L'Académie des muses

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
L'Académie des muses
Titre original La Academia de las musas
Réalisation José Luis Guerín
Pays d’origine Drapeau de l'Espagne Espagne
Genre essai
Durée 92 minutes
Sortie 2015

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L'Académie des muses (titre original : La Academia de las musas) est un film espagnol de José Luis Guerín sorti en 2015.

Synopsis[modifier | modifier le code]

À travers ses cours, Raffaele, un philologue, enseigne l'importance de la poésie et des Muses dans la naissance du désir et de l'érotisme. Cependant, « cherche-t-il à émanciper » ses élèves « ou bien à trouver, dans la libération de leur sexualité, une invitation à exercer son narcissisme et son propre désir ? »[1]

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Titre original : La Academia de las musas
  • Réalisation, scénario, photographie et montage : José Luis Guerín -
  • Son : Amanda Villavieja
  • Production : PC Guerín et Los Films de Orfeo
  • Pays d'origine : Drapeau de l'Espagne Espagne
  • Durée : 92 minutes
  • Date de sortie :

Distribution[modifier | modifier le code]

Les noms des interprètes sont ceux des personnages :

  • Raffaele Pinto
  • Emanuela Forgetta
  • Rosa Delor Muns
  • Mireia Iniesta
  • Patricia Gil
  • Carolina Llacher
  • Juan Rubiño
  • Giulia Fedrigo
  • Giovanni Masia
  • Gavino Fedrigo

Commentaires[modifier | modifier le code]

  • « Vagabondage philosophique libérateur où la parole n'est plus un carcan mais le premier pas vers l'apprentissage de la légéreté. »[2]
  • « Guerín n'est pas Éric Rohmer, chez qui chacun s'efforce d'expliquer sa conduite. Ici chacun l'enrobe d'une épaisseur variable de théories. Cette puissance d'invention et de dissimulation fait le charme du film, parce que les événements y surgissent toujours par surprise : il faut se contenter de savoir que quelque malentendu, quelque impatience devant le bavardage, quelque illusion de vérité partagée les a causés. »[3]

Références[modifier | modifier le code]

  1. G. Tourman in : L'Annuel du cinéma 2017, Éditions Les Fiches du cinéma, Paris.
  2. F. Peleato, La sentinelle venue d'Espagne, in : Positif, n° 672, février 2017.
  3. A. Masson, Amour, je prends congé de ta menteuse école, in : Positif, n° 662, avril 2016.