L'Épée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2008).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Le ton de cet article ou de cette section est trop promotionnel ou publicitaire. (avril 2016).

Modifiez l'article pour adopter un ton neutre (aide quant au style) ou discutez-en.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
La mise en forme de cet article est à améliorer (juillet 2016).

La mise en forme du texte ne suit pas les recommandations de Wikipédia : il faut le « wikifier ». Découvrez comment faire.

La typographie, les liens internes ou externes, les conventions de style, la présentation des sourcesetc. sont autant de points qui peuvent ne pas convenir voire être absents. Les raisons de la pose de ce bandeau sont peut-être précisées sur la page de discussion. Si seules certaines sections de l'article sont à wikifier, pensez à les indiquer en utilisant {{section à wikifier}}.

L'Épée 1839
logo de L'Épée 1839

Logo

Création 1839
Fondateurs Auguste l'Epée
Slogan When Know How becomes Art
Siège social Drapeau de Suisse Delémont (Suisse)
Direction Arnaud Nicolas
Activité Horlogerie
Produits Horloges mécaniques, objets d'art
Société mère Swiza S.A. Manufacture
Site web http://www.lepee1839.ch
Auguste L'Epée

L’Epée 1839 (anciennement L'Épée) est une marque de luxe spécialisée dans la création et fabrication d’horloges mécaniques de luxe basée à Delémont, dans le Canton du Jura.

Histoire[modifier | modifier le code]

1839 – Création

A 41 ans, Auguste L’Epée (1798-1875) s’associe au genevois Pierre-Henri Paur et fonde la manufacture L’Epée à Saint Suzanne, en France, dans le département du Doubs. La manufacture produit alors des produits horlogers et des boites à musique.

1850 – L’Echappement

À partir de 1850, la manufacture L’Epée souhaite diversifier ses domaines d’expertise et se lance dans la production de porte échappement pour réveils et pendules de voyages prestigieux[réf. nécessaire].

1857 – Maitrise et Brevet

Sept ans après le lancement de cette activité, L’Epée dépose ses premiers brevets auprès des autorités pour asseoir et protéger son savoir faire. La manufacture est alors reconnue[réf. nécessaire] dans le monde horloger pour ses portes échappements de qualité. Certains brevets tels que ceux sur l’ « anti-rebattement », l’« auto-démarrant » ou encore l’échappement à force constante ont marqué leur époque.

1877 – 1889 - Production annuelle record[réf. nécessaire]

La production annuelle de porte échappement augmente peu à peu durant ces deux décennies. Elle atteint en 1889 une production annuelle de 200 000 échappements plateformes.

1889 – 1902 – Gold Awards

Le succès grandissant de la manufacture est récompensé par diverses médailles d’or reçues lors des expositions universelles de Paris en 1889 et 1900, Vienne en 1892, Hanoi en 1902, mais également celle d’Amérique ou encore de Grande Bretagne.

Précédent logo de la marque L'Epée 1839

Début du XXe siècle – Diversification

Durant ces quelques décennies, la manufacture L’Epée décide de se diversifier en produisant d’autres mouvements mécaniques aussi bien pour l’horlogerie (outil de précisions par exemple) que pour les industries voisines.

1975 – L’horlogerie de Luxe

L’année 1975 représente un grand tournant[réf. nécessaire] pour la manufacture. En effet, les nouveaux dirigeants réorientent leur production pour se focaliser sur la conception et fabrication de pendulettes de luxe et pendulettes d’officiers.

1976 – Le monde de l’aéronautique

Cette année ci, la manufacture L’Epée participe au grand projet aéronautique qu’est le Concorde en équipant de pendulettes murales les premiers vols commerciaux de l’avion supersonique.

1994 – Le régulateur géant

L'Epée inaugure une horloge géante baptisée « Le Régulateur Géant » : C’est la plus grande du monde[réf. nécessaire]. L’Epée fait alors son entrée dans le livre Guiness Des Records. Cette pièce unique mesure 2,20 mètres de haut et pèse 1,2 tonne. Son mouvement mécanique pèse à lui seul 120 kilogrammes. Cette pièce a nécessité plus de 2.800 heures de travail. L'horloge a été dévoilée au Louvre à Paris. L'horloge a par la suite effectué une tournée à travers l’Europe, le Moyen-Orient et les États-Unis.

2008 – Acquisition de la manufacture par Swiza SA

Swiza SA, manufacture suisse, alors propriétaire de la marque "Swiza 1904" et "Matthew Norman" fait l’acquisition de la marque L’Epée[réf. nécessaire]. L’Epée et Swiza unissent donc leur savoir-faire pour créer une manufacture suisse spécialisée dans la pendulette quartz et mécanique haut de gamme. Du design, au montage en passant par la réalisation de l’ensemble des composants - de l’usinage à la finition - les pendulettes sont réalisées entièrement en interne.

2009 – Création d’une nouvelle collection moderne

L’Epée 1839 a alors développé une collection d’horloges de table comprenant une gamme sophistiquée d’horloges de voyage classiques, de modèles contemporains (Le Duel) et de modèles minimalistes d’avant-garde (La Tour). Les créations L’Epée intègrent des complications[réf. nécessaire] comme les secondes rétrogrades, les indicateurs de réserve de marche sous forme de logos animés, les calendriers perpétuels, les tourbillons, les sonneries, etc. Les très grandes réserves de marche et les remarquables finitions sont devenues des signatures de la marque[réf. nécessaire].

2014 – Sculpture horlogère – 175ème anniversaire

Après des créations modernes telles que la collection Duel, ou encore La Tour, L’Epée 1839 dévoile la Starfleet Machine et la Two Hands à l ‘occasion de son 175ème anniversaire puis, en 2015, le robot Melchior en partenariat avec MB&F.

Collection[modifier | modifier le code]

Creative Art

Cette collection d’objet d’art est issue de la collaboration avec le laboratoire conceptuel horloger MB&F :

  • Sherman : Le robot au superpouvoir inspiré du fameux char de l’armée américaine[1]

Mouvement mécanique avec une réserve de marche de 8 jours. Le mouvement comporte 148 pièces,17 Rubis et Sherman mesure 143 x 109 x 80 mm [2]

  • Arachnophobia : Donne l’heure avec deux aiguilles et huit pattes

Mouvement Swiss made L'Epée 1839 de 8 jours - Disponible entièrement doré ou palladium et laqué noir

  • Melchior : Le robot des 10 ans de MB&F, laboratoire horloger
  • Starfleet Machine : un design venu de l’espace
Contemporary Timepiece
  • Two Hands : Pièce unique créée pour le 175ème anniversaire de la marque

Cabinet réalisé en Titane 5 avec un mouvement en laiton palladié, Réserve de marche de 40 jours. Le mouvement a été créé par Vincent Calabrese[3].

  • Duet : Projet en collaboration avec Reuge, fabriquant de boite à musique

Horloge de table de 40 jours de réserve de marche, inclus une boite à musique de 12 chansons - Mouvement en laiton palladié avec de multiples finitions (côtes de Genève, Polie, satinée...) - Cabinet en verre - Système de mise à l'heure et remontage du mouvement avec une clé unique L'Epée.

  • Le Duel : déclinaison de cette collection avec 4 produits : Le Duel, Le Duel Blackpearl (doré ou palladié), Le duel II
  • Le Duel Perpetuel Tourbillon : inclus un tourbillon, un calendrier perpétuel en ligne, des doubles secondes rétrogrades de 20 secondes, ainsi que d’un double affichage de la réserve de marche
  • Le Duel Perpetuel
  • La Tour et La Tour Noire : Une collection inspirée des courants artistiques du Bauhaus
Carriage Clocks

Une gamme d’horloges de voyage traditionnelles, également appelés Pendule d’officier

  • Anglaise
  • Corniche
  • Ovale
  • Ovale Tourbillon
  • Ovale Géante

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Le Point Montres, « #SIHH2016 : Sherman, le robot de bureau mi-char, mi-horloge »,‎ (consulté le 4 juillet 2016)
  2. Jean-philippe Tarot, « Sherman : le petit robot de MB&F x L'Epée » (consulté le 4 juillet 2016)
  3. « Blancpain - Vincent Calabrese, créateur horloger | WorldTempus » (consulté le 4 juillet 2016)

Bibliographie[modifier | modifier le code]