L'Économie sociale partenaire de l'École de la République

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Esper.

L'Économie sociale partenaire de l'École de la République (ESPER) est une association loi de 1901 créée le 8 décembre 2010. Elle s'inscrit dans la trajectoire du CCOMCEN (Comité de coordination des œuvres mutualistes et coopératives de l'Éducation nationale) qui s'est parallèlement dissout. Les organisations membres ont en commun les valeurs de laïcité, de solidarité, de militantisme, de citoyenneté et d'éducation, ainsi que les valeurs de l'Economie Sociale et Solidaire qu'elle partagent et promeuvent au sein de l'Ecole, de la maternelle à l'université. La charte de l'ESPER est annexée aux statuts[1].

L'ESPER représente :

  • 4,5 millions de personnes protégées par une mutuelle santé
  • 13,5 millions de personnes protégées par une mutuelle d’assurance
  • 1,2 million de sociétaires d’une coopérative bancaire
  • Un poids économique de 5,9 milliards d’euros (total des budgets)
  • 46 000 salariés sur toute la France
  • 1 450 établissements ou services de santé et médico-sociaux
  • 5 000 centres de loisirs
  • 300 centres de vacances

Objectifs et activités[modifier | modifier le code]

Objectifs[modifier | modifier le code]

L’ESPER est un espace de dialogue et d’échanges entre les organisations membres. Par sa nature et celle de ses adhérents, L’ESPER constitue donc un outil parfait pour promouvoir

  • le modèle de l’Economie Sociale et Solidaire (ESS) auprès des jeunes de tous âges,
  • les valeurs de la République
  • la laïcité.

Les organisations membres de L’ESPER, et ses partenaires, partagent l’objectif de diversifier l’enseignement de l’économie en France. Elles ont la volonté commune de montrer ce que l’ESS représente aujourd’hui en France, de porter ses potentialités et les valeurs qu’elle véhicule, et d’ouvrir le champ des possibles d’engagement, d’entreprenariat et les capacités d’innovation des jeunes.

Les actions portées par L’ESPER visent à donner toute sa place à l’ESS dans le système éducatif conformément à la signature collective du « Manifeste pour l’Education à l’ESS » de 2012. Elles s’inscrivent dans la droite ligne de la signature des Accords-cadres de Coopération signés entre le Ministère de l’Education Nationale, le Ministère Délégué à l’Economie Sociale et à la Consommation et l’Economie Sociale Partenaire de l’Ecole de la République en 2013, et des Accords-cadres de Coopération signés entre le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, le Ministre Délégué de l’Economie Sociale Solidaire et à la Consommation et les Acteurs de l’Economie Sociale et Solidaire en 2014.

En ce sens, L’ESPER a pour objectifs de :

  • rassembler et promouvoir les organisations laïques d’éducation et d’économie sociale et organiser leur représentation au sein des coordinations et institutions nationales et régionales. L’ESPER est ainsi membre d'ESS France, Chambre Française de l'ESS, du Conseil Supérieur de l'ESS, et, sur les territoires, des CRESS (chambres régionales de l’économie sociale et solidaire);
  • favoriser la mise en œuvre d’actions éducatives et solidaires convergentes dans le champ de l’éducation.
  • animer les coordinations sectorielles entre membres de l’ESPER : associations, coopératives, établissements sanitaires et médico-sociaux, mutuelles;
  • organiser et animer des rencontres, formations et débats permettant de mettre en commun des outils de réflexion et de développement à destination des responsables des organisations adhérentes ;
  • veiller à la coordination des organisations adhérentes dans le but de privilégier les partenariats et actions cohérentes.
  • développer l'éducation de l'ESS à l'école et dans les formations supérieures.

Activités[modifier | modifier le code]

L’ESPER agit pour l’éducation et la sensibilisation des jeunes à l’ESS, de la maternelle à l’université. Pour ce faire, elle est signataire de deux accords-cadres en 2013 et 2014 avec les Ministères de l’Education Nationale, de l’Economie Sociale et Solidaire et de l’Enseignement Supérieur.

Elle est à l'origine de projets éducatifs tels que le portail de ressources pédagogiques en accès libre et gratuit Ressourc'ESS, le programme national "Mon ESS à l'Ecole - Mon Entreprise Sociale et Solidaire à l'Ecole", ainsi que la "Semaine de l'ESS à l'Ecole".

L’ESPER agit au quotidien grâce à un réseau de correspondants régionaux qui agrègent les organisations membres au plan local pour monter des projets en région.

Composition[modifier | modifier le code]

L'ESPER regroupe actuellement 45 organisations mutualistes, coopératives, associatives ou syndicales. [2]

Associations[modifier | modifier le code]

Mutuelles et coopératives[modifier | modifier le code]

Organisations syndicales[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Selon le modèle associatif, l’ESPER est administrée par :

  • une assemblée générale annuelle regroupant des représentants des organisations adhérentes ;
  • un conseil d'administration de 24 membres.

Le conseil d'administration élit en son sein un bureau de 4 à 9 membres.

Le Bureau est actuellement composé comme suit[3] : :

  • Président : Roland Berthilier (Vice Président de la MGEN)
  • Vice-présidents :
    • Pierre Desvergnes (président de la CASDEN Banque populaire),
    • Dominique Thys (vice-président de la MAIF)
    • Didier Jacquemain (Francas)
  • Secrétaire général : Edgard Mathias (MAE)
  • Trésorière générale : Annick Valette (MAIF)
    • Trésorier général adjoint : Sébastien Chaillou (Solidarité étudiante)

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Voir Statuts de l’ESPER (document PDF).
  2. Le SE-UNSA, continuation du Syndicat national des instituteurs était en tant que tel adhérent du CCOMCEN en raison notamment de son rôle historique dans le développement des œuvres complémentaires de l’Éducation nationale.
  3. Élection par le CA issu de l’Assemblée générale du 6 avril 2012 [1]