Kyste de Tarlov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kyste de Tarlov
Description de cette image, également commentée ci-après

IRM en coupe sagittale montrant des kystes périneuraux de Tarlov aux étages dorsal lombaire et sacré.

CIM-9 355.9
DiseasesDB 32082
MeSH D052958

Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

Un kyste de Tarlov (KT) ou kyste péri-neural, est une dilatation locale de l'espace sous-arachnoïdien se formant au contact d'une racine nerveuse, le plus souvent sacrée, dans la zone de transition entre arachnoïde et périnèvre (membrane externe du nerf). Il est fréquent et le plus souvent asymptomatique, mais peut parois causer des symptômes neurologiques : on parle alors de maladie de Tarlov.

On doit sa première description, en 1938, au neurochirurgien américain Isadore Tarlov (1905-1970)[1].

Définition[modifier | modifier le code]

La cavité kystique correspond à une prolongation de l'espace sous-arachnoïdien entre l'endonèvre et le périnèvre. Dans la classification de Nabors (1988) les KT correspondent à des kystes de type II[2]. Génétiquement, ils sont rattachés à la famille des défauts du tube neural[3],[4].

Coupe coronale du bassin en IRM révélant des kystes de Tarlov.

Symptômes[modifier | modifier le code]

Le kyste de Tarlov est le plus souvent asymptomatique et découvert fortuitement lors du bilan d'imagerie d'une lombosciatique[5]. Cependant le kyste en lui même peut être une cause de sciatique, voire lorsqu'il est situé au niveau sacré de troubles vésico-sphinctériens (mictions impérieuses, dysesthésie anale ...)[5].


Causes[modifier | modifier le code]

Traitement[modifier | modifier le code]

La prise en charge d'un kyste de Tarlov responsable de sciatique ne diffère pas de celle d'une sciatique classique. En cas d'échec du traitement médical, on propose une libération chirurgicale de la racine comprimée[5].


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Principes d'imagerie par résonance magnétique de la tête, de la base du crâne et du rachis, Approche anatomo-clinique et guide d'interprétation, Tamraz, J., Outin, C., Forjaz Secca, M., Soussi, B., 2e éd. revue et augmentée, 2004, XII, 717 p., broché (ISBN 978-2-287-59742-8).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Tarlov IM, « Perineural cysts of the spinal nerve roots », Archives of Neurology & Psychiatry, vol. 40,‎ , p. 1067-1074 (ISSN 0096-6754)
  2. (en) Nabors MW, Pait TG, Byrd EB, et al., « Updated Assessment and Current Classification of Spinal Meningeal cysts », J Neurosurg, vol. 68,‎ , p. 366-377 (DOI 10.3171/jns.1988.68.3.0366)
  3. Tarlov-AracEuropeInformation
  4. (en) Langdown AJ, Grundy JR, Birch NC, « The clinical relevance of Tarlov cysts », J Spinal Disord Tech, vol. 18, no 1,‎ , p. 29-33. (PMID 15687849) modifier
  5. a, b et c M. Younes, W. Korbaa, S. Zrour et I. Bejia, « Lombosciatique de causes inhabituelles : kystes de Tarlov et anomalies des racines nerveuses », Revue Neurologique, vol. 165, no 3,‎ , p. 282–287 (DOI 10.1016/j.neurol.2008.07.019, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :