Kwese (peuple)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les Kwese sont un peuple bantou d'Afrique centrale établi principalement en République démocratique du Congo, également en Angola.

Ethnonymie[modifier | modifier le code]

Selon les sources on observe les variantes suivantes : Bakwese, Bakweze, Kikwese, Kweses, Kweze[1].

Aire géographique[modifier | modifier le code]

Ils sont établis entre les rivières Kwilu et Kasaï dans la province de Bandundu en République démocratique du Congo. Certains sont installés dans le Kasaï-Occidental[2]. Ils vivent dans une région de moyenne altitude (500-800 m) au climat tropical humide. Leur domaine est celui de la savane boisée à galerie forestière le long des cours d'eau[3]. Les principales localités sont Gungu, Kasanza Mwandu, Kilombo et Kingandu.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Kwese sont venus de l'ouest. Ils ont été colonisés par les Lunda et les Yaka au cours du XIXe siècle[4].

Population[modifier | modifier le code]

Leur nombre est estimé à 40 000[4]. La plupart sont de petits fermiers[2]. Ils cultivent le millet, le maïs et le manioc[4]. Leurs voisins immédiats sont les Mbala, les Ngongo, les Mbuun, les Pende, les Suku, les Tsamba et les Hungana[3].

Langue[modifier | modifier le code]

Ils parlent le kwese (ou kikwese), une langue bantoue, dont le nombre de locuteurs a été estimé à 60 000[5].

Arts[modifier | modifier le code]

L'influence yaka est très perceptible dans la culture kwese[3].

Les Kwese produisent peu de statues, à l'exception de quelques maternités et statues-fétiches. On leur connaît surtout des masques anthropomorphes au visage en forme de cœur, ainsi que des objets de prestige : sièges, tambours à fente, coupes pour le vin de palme[4]. Les masques-casques, portés notamment lors des cérémonies liées à la circoncision, sont parfois dotés d'une collerette en raphia destinée à dissimuler le bas du visage et les épaules du danseur[6].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source RAMEAU, BnF [1])
  2. a et b (en) James Stuart Olson, « Kwese », in The Peoples of Africa: An Ethnohistorical Dictionary, Greenwood Publishing Group, 1996, p. 323 (ISBN 9780313279188)
  3. a b et c (fr) Léon Matangila Musadila et de Bruno Lapika (dir.), « Les Kwese », in Le paradoxe politique : une réalité pour la diversité culturelle au Congo-Kinshasa : le cas des ethnies de la province de Bandundu, L'Harmattan, Paris, 2007, p. 68-70
  4. a b c et d (fr) Jean-Baptiste Bacquart, L'Art tribal d'Afrique noire, Thames & Hudson, 2010, p. 177 (ISBN 978-2878113549)
  5. (en) Fiche langue (code «kws») dans la base de données linguistique Ethnologue.
  6. Alain-Michel Boyer, Les Arts d'Afrique, Hazan, 2008, p. 259

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Elle partit avec une calebasse trouée : récits de littérature : kwese, ngongo, suku, Ceeba, Bandundu, 1974, 193 p.
  • (fr) Léon Matangila Musadila et de Bruno Lapika (dir.), « Les Kwese », in Le paradoxe politique : une réalité pour la diversité culturelle au Congo-Kinshasa : le cas des ethnies de la province de Bandundu, L'Harmattan, Paris, 2007, p. 68-70
  • (fr) François Neyt, Fleuve Congo : Arts d'Afrique centrale, correspondances et mutations des formes, Fonds Mercator, 2010, 405 p. (ISBN 978-9061539148) (catalogue de l'exposition organisée au Musée du quai Branly du 22 juin au 3 octobre 2010)

Discographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Anthologie de la musique congolaise, vol. 6, Musique des Kwese (René Ménard, coll. ; Jos Gansemans, éd.), Fonti Musicali, Musée royal de l'Afrique centrale, Tervuren, 2006, CD + livret)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]