Kwele (peuple)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kwele.
Kwele (peuple)

Populations significatives par région
Autres
Langues Bekwel
Description de cette image, également commentée ci-après
Populations kwele (en orange)

Les Kwele (ou Bakwele normalement au pluriel) sont un peuple d'Afrique centrale, établi au nord-ouest de la République du Congo, à la frontière avec le Gabon, entre la rivière Dja et l'Ivindo. Quelques-uns vivent également dans le sud du Cameroun. Selon les traditions orales, les Kwele seraient une branche des Maka et des Ndjem du Cameroun. Ils sont culturellement apparentés au groupe des Bakota ou Kota, mais aussi, dans une moindre mesure, aux Duma et aux Nzebi[1]. Les Kwele sont réputés pour leur art des masques.

Langue[modifier | modifier le code]

Ils parlent le bekwel (ou bekwil), une langue bantoue, qui leur a donné leur nom. Le nombre de locuteurs de cette langue est d'environ 12 000[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Selon la tradition orale, ils se seraient installés dans cette région au XIXe siècle pour fuir l'expansion des Fangs. Leur progression se serait arrêtée au nord de Makokou au moment de l'arrivée des Français[3].

Mode de vie[modifier | modifier le code]

Les Kwele pratiquaient une agriculture de subsistance et faisaient du commerce, échangeant l'ivoire et la gomme arabique contre du sel et des produits manufacturés. De nos jours la plupart d'entre eux sont de petits fermiers[3].

Arts[modifier | modifier le code]

Les Kwele ne produisent presque pas de statues, principalement des masques[4], également des plaques sculptées que l'on trouve à l'intérieur des cases et des soufflets de forge au manche sculpté d'une figurine[5]. Leurs masques sont généralement plats, avec un visage blanc en forme de cœur, des yeux incisés et un nez triangulaire[6]. On les appelle ekuk. Peu portés au cours des cérémonies d'initiation du culte des bwété, ils étaient accrochés dans les maisons pour attirer les forces bénéfiques[6]. Les masques anthropomorphes sont désignés sous le nom de pibibuzé, ce qui signifie « homme ». On trouve également des masques zoomorphes (antilope, gorille).

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Philatélie[modifier | modifier le code]

En 1966 la République du Congo a émis un timbre « Masque Bakwélé ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Louis Perrois, « Les masques des Kwele » dans : Yves Le Fur (dir.), 2018, p. 83
  2. (en) Fiche langue[bkw]dans la base de données linguistique Ethnologue.
  3. a et b (en) James Stuart Olson, « Bakouélé », in The Peoples of Africa: An Ethnohistorical Dictionary, Greenwood Publishing Group, 1996, p. 59-60 (ISBN 9780313279188)
  4. (fr) Alain-Michel Boyer, « Les Kwélés », in Les Arts d'Afrique, Hazan, Paris, 2008, p. 352-353 (ISBN 978-2754104258)
  5. (fr) Kerchache, Paudrat, Stéphan, 2008, p. 539
  6. a et b (fr) Jean-Baptiste Bacquart, L'Art tribal d'Afrique noire, Thames & Hudson, 2010, p. 121 (ISBN 978-2878113549)
  7. Metropolitan Museum of Art
  8. Muséum de La Rochelle
  9. 56x25x15 cm. Description sur le site du Musée du quai Branly, Inv. 70.2004.1.1 [1]
  10. Musée du quai Branly
  11. Musée du quai Branly
  12. National Museum of African Art

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Marion Cheucle, Les Bakwele du Gabon, perspective culturelle et perspective linguistique. Mémoire de Master 1 SDL, Université Lyon II, 2007
  • Hubert Deschamps, « Koulélé », in Traditions orales et archives au Gabon. Contribution à l'ethno-histoire, Berger-Levrault, Paris, 1962, p. 75-78
  • (en) Georges Dupré, « The History and adventures of a monetary object of the Kwélé of the Congo : Mezong, Mondjos, and Mandjong », in Jane I. Guyer (dir.), Money matters. Instability, values and social payments in the modern history of West African communities, Heinemann-James Currey, 1995, p. 77-96
  • Jacques Kerchache, Jean-Louis Paudrat et Lucien Stéphan (préf. Germain Viatte, « Principales ethnies » par Françoise Stoullig-Marin), L'art africain, Citadelles & Mazenod, 2008, nouvelle édition révisée et augmentée (1re éd. 1988), 595 p., 32 cm (ISBN 978-2-85088-441-2), p. 539 : « Kwele »
  • Yves Le Fur (commissaire et directeur de la publication), Louis Perrois (conseiller scientifique) et al. (Exposition : Musée du quai Branly, 2017-2018), Les forêts natales : Arts d'Afrique équatoriale atlantique, Actes Sud et Musée du quai Branly, , 367 p., 33 cm (ISBN 978-2-35744-097-5), p. 15 (carte des principaux groupes culturels concernés dans cette exposition)
  • G. Meguile, Histoire du peuple kwel du Gabon, des origines à 1960, Mémoire de maîtrise, UOB, Libreville, 1996
  • François Neyt, Fleuve Congo : Arts d'Afrique centrale, correspondances et mutations des formes, Fonds Mercator, 2010, 405 p. (ISBN 978-9061539148) (catalogue de l'exposition organisée au Musée du quai Branly du 22 juin au 3 octobre 2010)
  • (en) Leon Siroto, Masks and social organization among the BaKwele people of Western Equatorial Africa, Columbia University, 1969, 326 p. (thèse)
  • Jeanne-Françoise Vincent, « Dot et monnaie de fer chez les Bakwélé et les Djem », in Objets et mondes, 1963, tome 3, fasc. 4

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]