Kwangali

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Kwangali
Rukwángali
Pays Namibie, Angola
Région Kavango East, Kavango West (Namibie) ; Kwando-Kubango (Angola)
Nombre de locuteurs Namibie : 130 000 (2017)[1]
Angola : 22 000 (2017)[1]
Total : 152 000 (2017)[1]
Typologie SVO, langue à tons
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-3 kwn
Étendue langue individuelle
Type langue vivante
IETF kwn
WALS kwn
Glottolog kwan1273
Carte
Distribution du kwangali.
Distribution du kwangali.

Le kwangali (autonyme : rukwángali) est une langue bantoue parlée par la population kavango, principalement en Namibie et également en Angola.

Nom[modifier | modifier le code]

Le kwangali est aussi appelé kwangare, kwangari, rukwangari, sikwangali et vakwángali. En Angola, il est parfois nommé cuangar[1].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le kwangali est une langue à tons (haut et bas) comportant un clic[1].

Avec les diverses colonisations de pays Européens, son vocabulaire comprend un grand nombre de mots Portugais, Allemands, Anglais, mais de nos jours, ce sont plutôt des mots dont l'origine est Afrikaans qui enrichissent cette langue.[réf. nécessaire]

Dialecte[modifier | modifier le code]

Il existe le dialecte du shambyu (aussi appelé sambio, sambiu, sambyu, shisambyu)[1],[2].

Typologie[modifier | modifier le code]

Cette langue utilise une typologie syntaxique suivant l'ordre sujet-verbe-objet (SVO) dans ses phrases[1].

Alphabet[modifier | modifier le code]

Le kwangali s'écrit grâce à 18 consonnes et 5 voyelles de l'alphabet latin[1].

Utilisation[modifier | modifier le code]

En 2017, K. Legère a recensé 130 000 locuteurs en Namibie et 22 000 en Angola[1].

Cette langue est parlée dans les régions namibiennes du Kavango East et du Kavango West, et dans les municipalités de Diriku et Kalai de la province angolaise du Kwando-Kubango[1].

C'est une langue reconnue en Namibie par les sections 4.1.5.1 et 5.5 du National Curriculum, Basic Education de 2009.

Dans les régions namibiennes où elle est parlée, elle est utilisée par tous dans tous les domaines. C'est également la principale langue utilisée dans les écoles primaires et une matière à part entière dans l'enseignement secondaire. [1].

Elle est peut-être intelligible par les locuteurs du diriku et est utilisée comme langue seconde par ceux du Haikom (en)[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) J.K. Kloppers (et al.), Bukenkango rukwangali-english : english-rukwangali dictionary, Gamsberg Macmillan, Windhoek, 1994, 164 p. (ISBN 0-86848-878-X)
  • (en) Jouni Filip Maho, Few people, many tongues : the languages of Namibia, Gamsberg Macmillan, Windhoek, 1998, 222 p. (ISBN 99916-0086-8)

Liens externes[modifier | modifier le code]