Kuzul ar Brezhoneg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Kuzul ar Brezhoneg
Histoire
Fondation

Kuzul ar Brezhoneg (en français Conseil de la langue bretonne) est une confédération d’associations culturelles de langue bretonne travaillant dans le domaine de l'édition.

Membres[modifier | modifier le code]

Il s’agit d’une confédération d’associations culturelles de langue bretonne, qui regroupe essentiellement des associations œuvrant dans le domaine de l’édition (publications et livres), comme Al Lanv, Al Liamm, Hor Yezh, Bannoù-Heol, l’apprentissage de la langue aux adultes, comme Skol Ober, ou les relations interceltiques.

Ces associations éditent dans l'orthographe unifiée du breton, qui est l'orthographe aujourd'hui de la majorité des publications hors même de la confédération. Les associations confédérées sont indépendantes mais travaillent en synergie.

Origine[modifier | modifier le code]

Elle fut instituée en 1958 en réaction à la création de la Fondation culturelle bretonne.

Actions[modifier | modifier le code]

De nos jours, outre la défense et le développement de la langue bretonne, Kuzul ar Brezhoneg est principalement un outil logistique au service de ses membres : gestion des abonnements, relations avec les métiers de l’imprimerie et de la presse, publicité, pré-presse, etc. Il délivre également une aide au public par des traductions, des renseignements, etc.

Kuzul ar Brezhoneg décerne des prix littéraires (comme le prix Xavier de Langlais).

Polémique[modifier | modifier le code]

Le Kuzul a été accusé de n'orienter son action qu'envers ses sympathisants plutôt que vers l'opinion publique ou les pouvoirs publics. Cette activité visant à privilégier l'usage du breton est considérée comme autocentrée par ses détracteurs, et le ferait passer pour une sorte de micro-société militante[1].

Note[modifier | modifier le code]

  1. Fanch Broudig, La pratique du breton de l'Ancien Régime à nos jours, PUR, 1995, p. 327. repris par Françoise Morvan, Le Monde comme si, chap. V, p. 108

Liens[modifier | modifier le code]