Kutama

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ketama.

Les Kutama, Ketama ou Kotama (Ikutamiyene en berbère) était une tribu berbère Sanhadja branès peuplant la Kabylie des Babors, région située au Nord-Est de l'Algérie, ou la Petite Kabylie ( wilaya de Béjaia, wilaya de Jijel, Nord Sétifois, Ouest de Skikda, Nord de Mila et nord de Constantine) et classée parmi la confédération des Bavares. La tribu porta le nom de Ukutamanorum sous les Romains, puis de Ucutamani sous les Byzantins.

La tribu a eu un rôle important durant l'époque médiévale (909 – 1171) au centre de l'Afrique du Nord. Ils fonderont, aux côtés de missionnaires et d'imams chiites tels que Abu Abd Allah ach-Chi'i et Ubayd Allah al-Mahdi, la dynastie des Fatimides contre les Aghlabides, émirat arabe issu de la tribu des Banu Tamim originaire du Khorassan(Perse), vassal du Califat Abbassides et contrôlant l'Ifriqya (800 à 909).

Origines[modifier | modifier le code]

Les Kutama seraient une sous-branche des Sanhaja selon Ibn Khaldûn. Toujours selon lui ils seraient les enfants de "Ketam" ou de "Ketm", fils de Bernis et donc de la même souche que les Sanhadja.

Le nom ancien sous lequel cette tribu est signalée est "kédamousien". D'après Ptolémée, elle serait venue du sud s’installer dans les montagnes de la Kabylie orientale.

Histoire des Kutama[modifier | modifier le code]

Grandeur des Kutama[modifier | modifier le code]

C'est au Moyen Âge et le début de l'ère musulmane que sa renommée deviendra la plus importante.

La région est le foyer historique de la grande tribu berbère des Kutama, qui joua un rôle considérable dans le Moyen Âge maghrébin et islamique, notamment parce qu'elle fut à l'origine de la création de l'empire fatimide au Xe siècle, l'un des plus grands empires de l'histoire islamique, qui s'étendait du Maroc actuel à l'Arabie[1].

Au début du Xe siècle, les Kutama ont constitué avec les Fatimides une coalition contre les Abbassides. En rivalité avec les Aghlabides qui gouvernaient l'Ifriqiya, la tribu Kotama joua un rôle déterminant dans la fondation de l'État Fatimide. Ses membres devinrent les plus farouches protecteurs du jeune État et constituèrent également les principaux effectifs de sa fidèle armée[2],[1].

Abu Abd Allah ach-Chi'i, missionnaire chiite réunit les Kutama et prépare le terrain pour son maître Ubayd Allah al-Mahdi, un imam chiite ismaélien de Syrie présenté comme le Mahdi par Abû `Abd Allâh ach-Chî'î et dont le rêve est de faire basculer le pouvoir sunnite en place à Bagdad au profit de la dynastie chiite[2].

En 903 les Kutama commencèrent l'insurrection. Le 19 mars 909, ils détruisent définitivement les Aghlabides, dynastie installée par les Abbassides en Ifriqya, près de Laribus. Six jours après, ils entrent dans leur capitale Raqqâda puis fondent la capitale du nouveau califat Fatimide à Mahdiyah[3].

Les Fatimides, avec leurs armée Kutama conquièrent l'Égypte en 969 sous le commandement du général Jawhar al-Siqilli (le Sicilien) qui entra à Al-Fustât en 972, dans un pays désorganisé et en proie à la famine. Ils fondent, près de cette ville sunnite, une nouvelle capitale qu'il nommèrent al-Qâhira (Le Caire), signifiant « la Victorieuse »[2]. Ce qui provoqua un fort exil des Kutama vers l'Égypte, Ibn Khaldoun nous dit << toute la nation des Kutama organisée en différentes tribus, partit s'établir en Égypte >>[4]

Les Kutamas installèrent un campement militaire près du Caire, formant une puissance militaire redoutable au service du Calife fatimide. Ils conduiront plus tard des expéditions jusqu'à Damas contre les Abbassides. Le quartier des Kotama "Hai El-Kotamiyine", au Caire, et le quartier des Maghrébins "Harat Al-Maghariba" à Damas, témoignent encore aujourd'hui de l'influence de cette tribu.

Décadence et disparition des Kutama[modifier | modifier le code]

Au cours des innombrables guerres au profit de l'armée fatimide le peuple kutama aurait perdu plus de cent mille des siens. Ibn Khaldoun nous décrit la suite << Devenus donc aussi puissants que l'empire qu'ils avaient contribué à fonder, les Kutama sombrèrent dans le luxe et la mollesse >>[5], cela a certainement contribué à leur disparition mais la fin des Kutama fut surtout la conséquence d'une persécution religieuse qui allait durer deux siècles. En l'an 973 le calife fatimide quitta le Maghreb pour aller s'installer en Égypte et laisser à Bologhine ibn ziri la charge de gouverner le Maghreb. Les Kutamas se sentirent alors trahis mais n'avaient plus ni les chefs ni les forces pour imposer leur injonction. Ce sont donc les zirides qui allaient être les héritiers des fatimides.

Onze ans plus tard, soit en l'an 984, les zirides dirigés pas El mansour, demeurés seuls maîtres du Maghreb ne tardèrent pas à manifester leurs envies d'indépendance vis-à-vis des fatimides. La réaction de ces derniers ne se fit attendre, un missionnaire fut envoyé dans le pays des Kutama pour les soulever contre le "traitre" ziride, cependant El mansour riposta et entreprit une campagne contre le pays des Kutama, dont les villes et villages furent réduits en ruine. Une seconde révolte éclata l'année suivante qui connut le même sort, elle mobilisa pourtant un grand nombre de Kutama qui succombèrent tous.

À partir de l'an 1014 lorsque le ziride Hammad ibn Bologhine fait scission et fonde la dynastie hammadide rien ne s'arrange pour les Kutama, en effet aux troubles issus des conflits de pouvoir vinrent s'ajouter les conflits religieux entre sunnites et chiites dont faisaient partie les Kutama. Les hammadides reconnaissent désormais le calife sunnite abasside et les sanhadja en général veulent se débarrasser définitivement de l'emprise des fatimides. Cette persécution religieuse poussa nombre de Kutama à fuir, certains se sont réfugiés dans les montagnes, d'autres ont préféré apostasier leur foi chiite.

En l'an 1150 El Idrissi auteur de "la description de l'Afrique et de l'Espagne", constatait déjà l'état d'affaiblissement des Kutama dont il ne restait que <<quatre mille individus>>[6]

Il semble que l'ethnie kutama a définitivement disparu au XIVe siècle. Ibn Khaldoun nous explique que <<la raison en est que pendant les quatre siècles qui se sont écoulés depuis la chute de l'empire kutamien, les dynasties suivantes se sont plues à leur reprocher l'attachement qu'ils avaient montré aux doctrines hérétiques et aux croyances infidèles (ismaélites), il en résulta que la plupart des peuples kutama renoncèrent à ce surnom à cause de l'idée de dégradation que cela comportait>>[7]

Le reste des Kutama se sont donc par la suite alliés et mélangés aux tribus sunnites berbères et arabes, diluant ainsi leur tribus dans d'autres.

Les Kotamas au XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Le groupe kutama en tant que tel de nos jours n'existe plus. Peut être, en Égypte, peut-on rapprocher les Siwis des Kotamas. En ce qui concerne l’Algérie dont le foyer principal était la région actuellement désignée comme la Kabylie des Babors, les Kutamas restés dans la région se sont mélangés aux autres tribus berbères et hilaliennes, formant par la suite différentes tribus sans lien entre elles[8].

Cependant on peut encore trouver des descendants de Kutama dans les régions de Bejaia, Jijel, Constantine, Sétif, Annaba, ou encore en Égypte. Les spécificités culinaires kotama seraient encore relativement présentent, le "couscous au poisson" seksou bel'hout, très apprécié dans cette région et dans le nord de la Tunisie serait d'origine kotama[9].

La plupart des descendants de Kutamas se sont arabophonisés[10] (Jijel, Collo, Nord Mila et Sétif), d'autres ont réussi à sauvegarder leur langue berbère[11] comme à Béjaia, dans le Nord Ouest de Sétif, à Issaguen et dans une moindre mesure chez les Siwis en Égypte dont le parler est arabophonisé à 60 %[11],[12].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Ibn Khaldoun - Histoire des Berbères
  2. a, b et c Zidan Mohamed "État et tribus dans le monde Arabe
  3. Ibn Khaldoun
  4. Ibn Khaldoun op.cit. p. 967
  5. Ibn Khaldoun p. 967
  6. El Idrissi, description de l'Afrique et de l'Eespagne, BNF, Galica2, p. 116
  7. Ibn Khladoun, op, cit, p. 224
  8. Livre "la Kabylie orientale dans l'histoire" page 58
  9. 13th-century Andalusian cookbook, Kitāb al-tabǐkh fǐ al-Maghrib wa'l-Andalus (Arabic) "The cookbook of the Maghreb and Al-Andalus
  10. Ibn Khaldoun, op.cit, p. 573
  11. a et b Travaux de Salem Chaker de l'Institut National des Langues Et Civilisations orientales,de Paris
  12. « Sur l’oasis de Siwa » [archive] par Madjid Allaoua, Études et Documents Berbères, 1997-1998 (2000)
Erreur de référence : La balise <ref> avec le nom « Mercier » définie dans <references> n’est pas utilisé dans le texte précédent.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Laporte, « Ketama, Kutama », dans Encyclopédie berbère, vol. XXVII,‎ 2005, p. 4179-4187

Liens externes[modifier | modifier le code]