Kurt Peiser

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un graveur image illustrant un peintre image illustrant belge
Cet article est une ébauche concernant un graveur et un peintre belge.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Kurt Peiser
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
UccleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Site web

Kurt Peiser, né à Anvers le et mort à Uccle le , est un peintre et graveur belge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Kurt Peiser suit les cours de l'Académie d'Anvers de 1901 à 1905. À sa sortie de l'académie, il devient l'élève de Gérard Jacobs. Il pratique essentiellement la peinture à l'huile mais aussi toutes les techniques graphiques : dessin à la mine de plomb, au fusain, au crayon Conté, aux pastels et à l'encre de Chine ; il est aussi aquarelliste, lithographe et graveur en particulier à l'eau-forte. Il a vécu à Anvers de sa naissance à 1914 pour devenir ensuite Bruxellois jusqu'à sa disparition en 1962.

Il expose pour la première fois à la salle Forst à Anvers en 1907 et pour la dernière fois de son vivant en 1961 à l'hôtel communal de Forest. Entre ces deux dates, il expose chaque année et souvent à plusieurs reprises à Anvers, Bruxelles et d'autres villes belges mais aussi à l'étranger à Dresde, Londres, Kaunas, etc. On retiendra à titre d'exemple ses expositions à la XIVe exposition internationale des Beaux-Arts de Venise en 1924, à la salle Giroux à Bruxelles en 1929 et à l'exposition d'Art belge à Moscou et à Leningrad en 1938. Il est présent entre autres dans les collections du Musée de l'Ermitage, du British Museum, du Musée juif de Bruxelles et dans celles de l'État belge.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Les sujets qu'il aborde sont extrêmement variés. Durant sa période anversoise, il se consacre principalement à la vie du port, aux chevaux, aux marines et aux quartiers populaires de la métropole. Durant sa période bruxelloise, il abordera tous les sujets de la vie du peuple en particulier dans le quartier des Marolles. C'est alors que le titre de « Peintre de la misère et des bas-fonds » lui est donné dans la monographie que lui consacre Robert de Bendere en 1922. L'épithète lui est ensuite restée alors que ces œuvres ont ensuite évolué vers des sujets différents, même si sa préoccupation centrale a toujours été de représenter les sentiments humains.

Si son style est réaliste et peut présenter des touches impressionnistes et expressionnistes, il est resté en dehors de tous les courants et de toutes les modes. Humaniste, Kurt Peiser se définissait lui-même comme le « Peintre du peuple ».

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Kurt Peiser : Peintre de la misère et des bas-fonds, Éditions Gauloises, 1922
  • Kurt Peiser : Gravures, Buch Édition, 2011
  • Kurt Peiser : Peintre du peuple, Buch Édition, 2015

Liens externes[modifier | modifier le code]