Kunyaza

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Kunyaza est le nom rwanda-rundi donné à une pratique sexuelle trouvée dans la région des Grands Lacs de l'Afrique de l'Est qui est destiné à faciliter l'orgasme féminin pendant les rapports sexuels.

Le mot rwanda-Rundi kunyaza est dérivé du verbe kunyaàra, signifiant « uriner », mais aussi signifiant l'éjaculation féminine réalisée par la pratique. Il est connu sous différents noms dans différentes régions, le terme ougandais régulier étant kakyabali – souvent kachabali dans l'orthographe anglicisée – ou Western jazz dans l'argot, en raison de sa prévalence dans les régions occidentales comme Ankole.

Étendue géographique[modifier | modifier le code]

Kunyaza est présent notamment au Rwanda[1], au Burundi, dans l'ouest de l'Ouganda, dans l'ouest de la Tanzanie et dans l'est de la République démocratique du Congo. Un sondage réalisé en 2008 auprès de répondants masculins rwandais a suggéré que des femmes européennes visitent le pays pour être mises en pratique par des hommes locaux. Au cours des années 2010, la pratique s'est propagée à travers les médias sociaux au Kenya.

Histoire[modifier | modifier le code]

Kunyaza est généralement considéré comme une pratique traditionnelle[2] au Rwanda et la tradition populaire suggère qu'il remonte à la troisième dynastie. Selon la tradition, un garde royal que la reine a choisi pour avoir des relations sexuelles est devenu très anxieux et n'a pas réussi à pénétrer la reine, mais à la place, son pénis frottant ses lèvres et son clitoris a donné satisfaction. Une version formulée de kunyaza a été présentée au public occidental dans les livres Weiblicher Orgasmus und weibliche Ejakulation dank afrikanischer Liebeskunst (2005) et Le secret de l'amour à l'africaine (2008) par le spécialiste rwandais de la médecine traditionnelle rwandais Nsekuye Bizimana. Une traduction chinoise de Le secret de l'amour à l'africaine a été publiée à Hong Kong en 2010.

Technique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Rwanda : gukuna, kunyaza... "L'eau sacrée" raconte la tradition secrète du plaisir sexuel féminin - JeuneAfrique.com », JeuneAfrique.com,‎ (lire en ligne)
  2. Michela Fusaschi, « Plaisirs croisés : gukuna-kunyaza. Missions, corps et sexualités dans le Rwanda contemporain », Genre, sexualité & société, no 8,‎ (ISSN 2104-3736, DOI 10.4000/gss.2571, lire en ligne)