Kumbo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Kumbo
Kumbo
Vue générale sur la cathédrale
Administration
Pays Drapeau du Cameroun Cameroun
Région Nord-Ouest
Département Bui
Démographie
Population 283 079 hab.[1] (2019)
Géographie
Coordonnées 6° 12′ nord, 10° 40′ est
Altitude 2 000 m
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Cameroun
Voir sur la carte topographique du Cameroun
City locator 14.svg
Kumbo
Géolocalisation sur la carte : Cameroun
Voir sur la carte administrative du Cameroun
City locator 14.svg
Kumbo
Géolocalisation sur la carte : région du Nord-Ouest
Voir sur la carte administrative de région du Nord-Ouest
City locator 14.svg
Kumbo
Géolocalisation sur la carte : Cameroun
Voir sur la carte administrative du Cameroun
City locator 14.svg
Kumbo

Kumbo — appelée aussi Banso — est une ville du Cameroun de la région du Nord-Ouest. C'est le chef lieu du département du Bui.

La localité est située à une altitude d'environ 2 000 mètres.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville est située sur la route nationale 11 à 95 km au nord-est du chef-lieu régional Bamenda.

Histoire[modifier | modifier le code]

La subdivision Nso Nso Area Council est établie le . La commune de Kumbo Kumbo Council est instaurée en 1977.

Ces dernières années, Kumbo a été un champ de bataille dans la Crise anglophone actuelle. En mai et juin 2021, l'armée camerounaise a mené l'opération "Kumbo Clean" pour expulser les séparatistes ambazoniens de la ville et de ses environs[2]. Les combats à Kumbo ont vu les deux parties subir de lourdes pertes[3].

Population[modifier | modifier le code]

Lors du recensement de 2005, la commune comptait 83 079 habitants[1], dont 80 212 pour Kumbo Ville.

La population de Kumbo est majoritairement d'origine nso (ou banso). La ville est connue pour ses courses de chevaux.

Structure administrative de la commune[modifier | modifier le code]

Outre la ville de Kumbo proprement dite, la commune comprend aussi deux villages : Tadu et Keri[1].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Musa Heritage Gallery (ou Mus'Art Gallery)[modifier | modifier le code]

wood carving : Mother and child
Mother and child (Musa Heritage Gallery, Kumbo, Cameroun)

Ce musée, également connu en tant que « musée des Grassfields », fut créé en 1996 en mémoire de deux défunts artistes camerounais, Daniel Kanjo Musa et son fils aîné John, afin de préserver les sculptures sur bois qu'ils réalisèrent. Au fil des années, Mus'Art s'est développé en élargissant ses collections. Parmi les 400 objets et œuvres d'art exposés, le visiteur peut notamment admirer des masques sculptés, des statues en bois ainsi que d'autres objets réalisés par les Musa. D'autres objets présentés ont été collectés dans la région des Grassfields, tels que des instruments de musique traditionnels, des armes de chasse, des travaux en métal, des objets en bambou et des poteries. Des expositions temporaires y sont également parfois organisées.

Le palais du Fon[modifier | modifier le code]

Vue de la cour intérieure du Palais du Fon Nso' à KumboCour intérieure du Palais du Fon Nso' à Kumbo
Cour intérieure du Palais du Fon

Siège du chef suprême du peuple Nso, il s'agit du cœur de la vie social et culturelle de Kumbo. Le palais se compose de divers bâtiments traditionnels, décorés de sculptures sur bois, entourant deux cours où le Fon a coutume de siéger pour recevoir son peuple ou ses conseillers. Au centre de la première de ses cours trône la statue de Ngonso, la première reine du peuple Nso selon la légende. Autour du palais en soi, se dressent d'autres bâtiments traditionnels, également décorés de sculptures en bois. Il s'agit des sièges des sociétés sacrées chargées de seconder le Fon dans sa tâche : la société Ngwerong et la société Ngirri. Une mosquée fut également construite à leur côté, bien que la plupart des Nso soient chrétiens.

La cathédrale[modifier | modifier le code]

Vue de la Cathédrale de Kumbo (Cameroun) et de ses alentours
La cathédrale de Kumbo au sommet de square

Construite dans les années 1950, cet imposant bâtiment se trouve au sommet de la colline du square, dominant ainsi la ville. La cathédrale est le siège de l'évêché de Kumbo depuis son instauration en 1983.

Évêché[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Le cardinal Christian Wiyghan Tumi est né à Kikaikelaki, un quartier de Kumbo, en 1930[4].
La chercheuse et universitaire Rose Leke est née à Banso (Kumbo) en 1947.
L'évêque Agapitus Enuyehnyoh Nfon est né à Shisong, un quartier de Kumbo, en 1964[5].
Le footballeur international Bruno Hameni Njeukam est né à Kumbo en 1978.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Troisième recensement général de la population et de l'habitat (3e RGPH, 2005), Bureau central des recensements et des études de population du Cameroun (BUCREP), 2010.
  2. (en) Ngala Killian Chimtom, « Bishop warns Cameroon military offensive risks radicalizing Anglophone youth », sur cruxnow.com, (consulté le )
  3. (en) « Cameroon News Agency », sur www.facebook.com (consulté le )
  4. (en) Fiche sur Catholic Hierarchy
  5. (en) Fiche sur Catholic Hierarchy

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Christopher M. Awambeng, Evolution and growth of urban centres in the North-West Province (Cameroon) : case studies (Bamenda, Kumbo, Mbengwi, Nkambe, Wum), P. Lang, Bern, Berlin, 1991, 129 p. (ISBN 3-261-04401-2) (texte remanié d'une thèse)
  • Dictionnaire des villages de Bui, ORSTOM, , 43 p.
  • Goustan Le Bayon, Les Prêtres du Sacré-Cœur et la naissance de l'Église au Cameroun : Kumbo, Foumban, Nkongsamba, Bafoussam, Procure des Missions SCJ, Paris, 1988, 156 p. + pl.
  • (en) Gillian Sanguv Ngefor, Institutional changes, water accessibility strategies and governance in the Cameroon western highlands : the case of Bali, Kumbo and Bafou small cities, Université Toulouse Jean Jaurès, 2014, 397 p. (thèse de Géographie)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :