Kuman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une langue image illustrant la Papouasie-Nouvelle-Guinée
Cet article est une ébauche concernant une langue et la Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

 Ne doit pas être confondu avec Miguel Angel Santiso, joueur de beach soccer espagnol surnommé Kuman
Kuman
Pays Papouasie-Nouvelle-Guinée
Région Hautes-Terres
Nombre de locuteurs 115 000 (en 2000)[1]
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-3 kue
Étendue langue individuelle
Type langue vivante
IETF kue

Le kuman est une langue parlée dans la province Simbu de Papouasie-Nouvelle-Guinée, dans les Hautes-Terres (Highlands). Le kuman appartient à la famille de langues de Trans-Nouvelle-Guinée, qui sont des langues papoues. Parlé par 200 000 personnes, il a plus de locuteurs natifs que n'importe quelle autre des huit cents langues (environ) de Papouasie-Nouvelle-Guinée, à la seule exception de l'enga[2].

En 1994, environ 12,5 % des locuteurs du kuman étaient monolingues. Les autres avaient le tok pisin pour deuxième langue, et 25 % environ parlaient également l'anglais ou une autre langue locale. Le kuman est utilisé pour les trois premières années à l'école dans sa province d'origine. Toujours en 1994, environ un locuteur natif sur huit savait lire et écrire en kuman[1].

Typologie[modifier | modifier le code]

Le kuman est une langue SOV.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Fiche langue (code «kue») dans la base de données linguistique Ethnologue.
  2. (en) "English in the South Pacific", John Lynch & France Mugler, Université du Pacifique Sud

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]