Ksour de Tunisie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ksour en Tunisie)
Aller à : navigation, rechercher
Ksar Ouled Soltane

Les ksour de Tunisie (قصور الجنوب التونسي) sont des greniers (ksar au singulier) à l'usage d'une ou de plusieurs tribus. Ils sont essentiellement concentrés dans le sud-est du pays, dans la zone comprise entre Matmata et Tataouine, où l'on en dénombre environ 150. Ces ksour font partie du patrimoine culturel de cette région de la Tunisie et témoignent de son évolution historique et sociologique. Ils suscitent un grand engouement chez les touristes.

Classification[modifier | modifier le code]

Les ksour se sont déplacés du haut de la montagne vers la plaine en fonction des nécessités historiques et économiques. Le ksar est un grenier constitué de cellules d'engrangement, appelées ghorfas, à l'usage d'une ou de plusieurs tribus. Ces tribus sont d'abord berbères, puis également arabes à partir du VIIe siècle avec la conquête arabo-musulmane, le sud-est tunisien n'ayant pas connu de « véritable peuplement [...] ni par les Carthaginois ni par les Romains ni par les Byzantins »[1]. Après les invasions hilaliennes au XIe siècle, les Berbères sont refoulés dans les montagnes quand les Arabes occupent les plaines. Dès lors, les rapports entre ces deux types de tribus hésitent « entre la confrontation, le servage et la protection pour aboutir à la complémentarité basée sur les échanges commerciaux des produits de la montagne et de la plaine »[1].

La classification naturelle suivante suit celle proposée par Hédi Ben Ouezdou dans son ouvrage cité en référence.

Ksar citadelle[modifier | modifier le code]

Les ksour citadelle, ou kalâa (forteresse), ont clairement une vocation défensive. Il est difficile d'y accéder et de les identifier de loin car ils sont haut perchés sur des reliefs dans lesquels ils se fondent du fait de leur structure et couleur. Les villages, des habitations troglodytiques avec leurs huileries souterraines, sont situés en aval. Les plus anciennes inscriptions trouvées sur les murs des ghorfas remontent à la période des invasions hilaliennes mais rien n'empêche de penser que leur construction puisse être antérieure.

Les ksour de Douiret, Chenini et Guermessa, situés sur des sites imprenables et disposant comme vaste arrière-pays du plateau du Dahar, « ont permis aux Berbères de se maintenir tout en établissant des relations de clientèle et de protection avec les tribus arabes »[1]. D'autres ksour, comme Ksar Hallouf, progressivement arabisés, ou ceux du Djebel Abiadh, qui ont pu être encerclés par les tribus arabes installées dans les plaines ou les vallées, sont devenus progressivement de simples greniers après l'abandon des villages troglodytiques associés.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Ksar de montagne[modifier | modifier le code]

Le caractère défensif des ksour de montagne demeure mais, situés sur des sites plus facilement accessibles, « ils dominent des dépressions fertiles et des plaines »[1] et sont « à vocation essentiellement agricole »[1]. Ils ne sont pas associés à des villages et servent le plus souvent des lieux d'engrangement « pour les tribus arabes qui utilisaient auparavant les ksour de leurs protégés berbères », à l'exemple de Ksar Ouled Soltane[1].

Ksar de plaine[modifier | modifier le code]

Ksar de Médenine

Les ksour de plaine sont les plus récents et correspondent à la volonté du protectorat français puis du gouvernement tunisien de développer des centres urbains — Ben Gardane, Médenine, Zarzis et Tataouine notamment — et des conditions d'habitation plus modernes. Libérés des contraintes topographiques, ils occupent une surface plus vaste (un hectare pour Ksar Morra). Simples greniers, ils ne dépassent pas un étage et ne disposent généralement pas de portes mais d'un simple couloir d'accès. Certains ksour de plaine sont toutefois devenus de véritables villes comme Médenine ou Zarzis.

Description[modifier | modifier le code]

Le ksar est généralement pourvu d'une seule entrée, protégée par une porte, sauf dans le cas des ksour de plaine. Un couloir, appelé skifa, permet d'accéder à la cour. Ces lieux servent à la vie sociale : on peut s'y réunir, accueillir les visiteurs et effectuer des transactions commerciales. Sur la cour, de forme variable, débouchent les ghorfas, quatre au maximum, disposées en rez-de-chaussée ou en étages. Certains ksour possèdent une deuxième cour s'ils ont connu une extension, comme c'est le cas de Ksar Ouled Soltane qui dispose ainsi de 440 ghorfas alors que la moyenne est comprise entre 150 et 200.

Les ghorfas sont des cellules superposées, closes du côté extérieur, présentant l'apparence d'un mur compact. Petites pièces de quatre à cinq mètres de profondeur et deux mètres de hauteur et de largeur, elles servent à entreposer sur de longues périodes — jusqu'à sept années de sécheresse — des produits alimentaires : les céréales dans la partie basse, éventuellement dans des compartiments séparés par des murets, des olives et des fromages accrochés à des barres en bois d'olivier situées dans la partie haute aérée par deux trous d'ouverture dans les murs extérieur et intérieur.

Les différentes ghorfas sont jointives mais ne communiquent pas, sauf si elles appartiennent à un même propriétaire, et aucun couloir ne permet de se déplacer horizontalement entre elles, elles ne sont d'ailleurs pas toujours au même niveau. On y accède par un escalier rudimentaire ou par des barres de bois d'olivier insérées dans le mur. Parfois un petit espace discret est aménagé entre deux ghorfas pour dissimuler des biens précieux.

Principaux ksour[modifier | modifier le code]

Ksar Hadada

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Hédi Ben Ouezdou, Découvrir la Tunisie du Sud. De Matmata à Tataouine. Ksour, jessour et troglodytes, éd. Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis, Tunis, 2001.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hédi Ben Ouezdou, Découvrir la Tunisie du Sud. De Matmata à Tataouine. Ksour, jessour et troglodytes, éd. Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis, Tunis, 2001
  • Mohamed Sadok Chaïeb, « Requalification des ksour du Sud tunisien », communication à la journée d'étude autour du thème « Spécificités architecturales du Sud tunisien », Douz, 4 juillet 2009
  • Herbert Popp et Abdelfettah Kassah, Les ksour du Sud tunisien. Atlas illustré d'un patrimoine culturel, éd. Naturwissenschaftliche Gesellschaft Bayreuth, Bayreuth, 2010

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :