Ksar Ouled Soltane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ksar Ouled Soltane
Image dans Infobox.
Cellules de Ksar Ouled Soltane.
Présentation
Type
Fondation
Matériau
Longueur
60 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Largeur
40 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Patrimonialité
Monument classé (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Adresse
Coordonnées

Ksar Ouled Soltane (arabe : قصر أولاد سلطان) est un ksar de Tunisie situé dans le gouvernorat de Tataouine.

Localisation[modifier | modifier le code]

Situé sur un piton à proximité des villages de Tazeghdanet, Techout et Beni Oussine, il couvre une surface rectangulaire de soixante mètres sur quarante ouverte par une unique entrée[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Kamel Laroussi date sa construction de 1699, avec une extension orientale édifiée autour d'une cour extérieure avant l'instauration du protectorat français en 1881[2]. L'ensemble est complètement restauré à partir de 1993, même si les ghorfas ne comportent désormais plus de portes[3]. En 2019, le ministère de la Culture consacre 100 000 dinars à son entretien et à sa rénovation en raison de dégâts enregistrés à la suite de pluies[4].

Le , le gouvernement tunisien propose le site pour un futur classement sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco[5]. Le , un arrêté en fait un monument classé[6].

Aménagement[modifier | modifier le code]

Il compte 287 ghorfas dont 96 autour de la cour extérieure, le tout essentiellement réparti de nos jours sur trois à quatre étages[2].

Le grand nombre d'escaliers extérieurs collés à la maçonnerie et la présence de crochets en bois servant à hisser la marchandise dans les ghorfas le distinguent des autres ksour de Tunisie[1].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Billet de vingt dinars représentant le ksar et Kheireddine Pacha.

Considéré comme « l'un des plus importants » et photogéniques ksour du pays, il est l'objet de visites touristiques[3]. Il figure sur le billet de vingt dinars émis en 2011.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Popp et Kassah 2010, p. 348.
  2. a et b Popp et Kassah 2010, p. 349.
  3. a et b Popp et Kassah 2010, p. 350.
  4. « Tataouine : 100 mille dinars pour l'entretien de Ksar Ouled Soltane », sur mosaiquefm.net, (consulté le ).
  5. « Habitat troglodytique et le monde des ksour du Sud tunisien », sur whc.unesco.org (consulté le ).
  6. « Arrêté du ministre des affaires culturelles par intérim du 21 janvier 2021, relatif à la protection de monuments historiques et archéologiques », Journal officiel de la République tunisienne, no 10,‎ , p. 302-303 (ISSN 0330-7921, lire en ligne [PDF]).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hédi Ben Ouezdou, Découvrir la Tunisie du Sud, de Matmata à Tataouine : ksour, jessour et troglodytes, Tunis, Hédi Ben Ouezdou, , 78 p. (ISBN 978-9-973-31853-4).
  • André Louis, Tunisie du sud : ksars et villages de crêtes, Paris, Éditions du Centre national de la recherche scientifique, , 370 p. (ISBN 978-2-222-01642-7).
  • Herbert Popp et Abdelfettah Kassah, Les ksour du Sud tunisien : atlas illustré d'un patrimoine culturel, Bayreuth, Naturwissenschaftliche Gesellschaft Bayreuth, , 400 p. (ISBN 978-3-939-14604-9).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :