Kpayo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Stand de kpayo et d'huile à moteur à Porto-Novo
Vente à la bouteille à Cotonou

Le kpayo est le nom donné au Bénin à l'essence de contrebande, en provenance du Nigeria voisin, grand producteur de pétrole, où le carburant est fortement subventionné. Kpayo signifie littéralement « non original » en goun, une langue locale[1].

Il ne s'agit pas nécessairement d'un produit frelaté ou de mauvaise qualité. L’essence vendue dans les rues des villes et quartiers du Benin provient généralement des stations installées le long des frontières bénino-nigerianes. La quantité de l’essence de contrebande qui entre au Bénin par moto est infime, comparée à celle qui s’y déverse par des camions citernes, de grandes embarcations.

Le phénomène du kpayo a connu ses débuts dans les années 1980, conséquence de la crise économique qui a secoué le pays. En effet, l’essence au Nigeria coûte à la pompe environ trois fois moins cher qu’au Bénin. Aujourd'hui, l'usage du kpayo connaît une ampleur telle qu’il fait dorénavant partie du paysage géographique, social et économique des villes béninoises et nigérianes.

Dans tout le pays, cette essence de contrebande, importée illégalement, acheminée à moto à raison de trois à cinq bidons de cinquante litres par véhicule, est vendue dans de grosses, moyennes et petites bouteilles que l'on trouve partout au bord des routes.

Le commerce de ces produits est très rentable. Dans les villes béninoises frontalières, un pourcentage très élevé de la population vit de cette activité.

Ce commerce qui procure d’énormes bénéfices, comporte en même temps de grands risques, étant donné la précarité des conditions de stockage du produit. On note ainsi de fréquents incendies aux bilans très lourds.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alain Faujas, « Bénin : le secteur informel plombe l’économie », in Jeune Afrique, 9 avril 2015, [lire en ligne]

Annexes[modifier | modifier le code]

Artciels connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Mathurin C. Houngnikpo et Samuel Decalo, « Kpayo », in Historical Dictionary of Benin, The Scarecrow Press, Lanham, Toronto, Plymouth, 2013 (4e éd.), p. 233 (ISBN 9780810871717)
  • Marcel Zoumènou, « La traque inégale du kpayo », in La Nouvelle Tribune, 8 mai 2013, repris par Courrier international, [lire en ligne], consulté le 24 décembre 2015