Kouros de Kroisos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kouros anavissos.jpg

Le Kouros de Kroisos ou Kouros d'Anavyssos est une statue grecque antique en marbre de l'époque archaïque, vers 540/510 av. J.-C., représentant un jeune homme (grec ancien κοuρος / koũros) nu à vocation funéraire. Elle est conservée au musée national archéologique d'Athènes (n°3851).

Découverte[modifier | modifier le code]

La statue est découverte en 1936 lors de fouilles clandestines dans la nécropole d'Anavyssos, une localité côtière à 34 km au Sud-Est d'Athènes (Dème du Saronique), puis en 1938, la base de la statue portant l'inscription est retrouvée. La statue était restée miraculeusement presque intacte, seuls quelques petits fragment manquaient et le pied gauche était cassé. Elle a été cependant sciée en plusieurs morceaux pour être envoyée illégalement en France, mais elle sera récupérée par la Grèce en 1937[1] pour rejoindre le musée national archéologique d'Athènes.

Description[modifier | modifier le code]

Kouroi 02.JPG

La statue, en marbre de Paros, mesure 1,94 m et représente un jeune guerrier nu, en position frontale, le pied gauche légèrement avancé, les bras le long du corps. Sa coiffure est typique des Kouroi de l'époque, les cheveux, bouclés sur le front, sont retenus par un bandeau et tombent en longues mèches tressées à l'arrière des épaules. Le visage arbore le sourire archaïque typique des statues de cette époque.

Une inscription en forme d'épigramme, gravée sur quatre lignes à la base de la statue donne le nom de la personne[2] et la fonction mémorielle de la statue :

ΣΤΕΘΙ ΚΑΙ ΟΙΚΤΙΡΟΝ ΚΡΟΙΣΟ
ΠΑΡΑ ΣΕΜΑ ΘΑΝΟΝΤΟΣ ΗΟΝ
ΠΟΤ' ΕΝΙ ΠΡΟΜΑΧΟΙΣ ΟΛΕΣΕ
ΘΟΡΟΣ ΑΡΕΣ

« Levez-vous et pleurez sur la tombe de Kroisos le mort, dans la ligne de front, tué par le sauvages Arès »[3], ou bien « Arrête-toi devant la tombe et pleure Kroisos mort, qui fut tué par Arès sauvage alors qu'il combattait en première ligne »[4].

Analyse stylistique[modifier | modifier le code]

Le grand Kouros de Sounion, 3,05 m.

On peut comparer ce Kouros à d'autres d'époques proches, le grand Kouros de Sounion (n°2720, musée national archéologique) qui possède une taille plus resserrée et des détails anatomiques plus stylisés et représentés par des lignes ou des incisions qui le datent des années 610/590 av. J.C., ou le Kouros de Volomandra (n°1906, musée national archéologique, vers 550 av. J.C.) qui montre des formes plus arrondies, des détails anatomiques traités en reliefs plus modelés, proche du Kouros de Kroisos mais d'une facture qui semble moins maîtrisée. Le Kouros qui semble le plus proche de celui de Kroisos serait celui appelé Kouros de Getty, exposé au Jean-Paul Getty Museum de Malibu, mais une suspicion pèse sur ce dernier, certains experts mettant en cause son authenticité[5].

Une question reste posée, la quinzaine de Kouroi archaïques qui sont parvenus jusqu'à nous, et dont la fonction mémorielle funéraire ne fait aucun doute, étaient-ils conçus sur un modèle standard impersonnel et symbolique, ou cherchaient-ils, malgré la difficulté technique et les possibilités artistiques de l'époque, à représenter une personne définie, celle sur la tombe de laquelle ils étaient érigés ? D'autre part, leur fonction magique et leur relation avec une représentation sublimée d'Apollon ouvrent le champ à de nombreuses interprétations qui divisent les archéologues et les chercheurs en histoire de l'art[6]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Indication sur le site Perseus.tufts.edu.
  2. Traduit en français par Crésus.
  3. Traduction anglaise de Thomas Sakoulas.
  4. Traduction dans l'édition française de Musée national, sculptures, bronzes, vases, Basile Pétrakos, Éphore des Antiquités de l'Attique, éditions Clio, 1982.
  5. Article sur le site Science Presse.qc.ca
  6. Jean Ducat, Fonctions de la statue dans la Grèce archaïque : kouros et kolossos, bulletin de correspondance hellénique. Volume 100, livraison 1, 1976. pp. 239-251.[lire en ligne] sur le site Persée.fr.

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]