Koro Toro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Puits dans le désert à Koro Toro.
Emplacement du site KT 12.
La zone en bleu transparent limitée par des tirets correspond à l'extension maximale supposée du paléo-lac Tchad durant l'Holocène.

Koro Toro est un site préhistorique situé dans le Nord du Tchad. Il est connu pour être le lieu de découverte, de 1995 à 2012, de plusieurs fossiles d'Australopithecus bahrelghazali par l'équipe du paléoanthropologue français Michel Brunet[1].

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Les trois sites à hominines de KT12, KT13 et KT40 sont situés au pied d'un même cordon sableux, le Goz Kerki, témoignage d'un ancien rivage relatif à l'extension de l'ancien lac Méga Tchad. La présence d'espèces aquatiques, terrestres et amphibies, typiques de la brousse et de la savane, fait penser que les os se sont déposés sur les rivages d'un grand lac, prédécesseur du lac Tchad, entouré d'un milieu analogue. Selon Alain Beauvilain, le potentiel fossilifère de ce secteur demeure important[2].

Bagne[modifier | modifier le code]

Koro Toro serait aussi le lieu d'un bagne ouvert en 2003 où seraient retenus dans des conditions extrêmes environ 700 prisonniers[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Brunet, Alain Beauvilain, Yves Coppens, Heintz, É., Moutaye, A.H.E et David Pilbeam, « The first australopithecine 2,500 kilometres west of the Rift Valley (Chad) », Nature, 378, pp. 273-275, 1995
  2. Alain Beauvilain, L'Hominidé de KT40
  3. « Tchad : La liste nominative des déportés au bagne de Koro Toro », sur www.ndjamena-matin.com (consulté le )

Articles connexes[modifier | modifier le code]