Korba (Tunisie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Korba.
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Corbas.
Korba
Monument au centre de Korba
Monument au centre de Korba
Administration
Pays Drapeau de la Tunisie Tunisie
Gouvernorat Nabeul
Délégation(s) Korba
Maire Imed Chaouche[1]
Code postal 8070
Démographie
Population 38 902 hab. (2014[2])
Géographie
Coordonnées 36° 35′ nord, 10° 52′ est
Altitude 1[3] m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tunisie

Voir la carte administrative de Tunisie
City locator 14.svg
Korba

Géolocalisation sur la carte : Tunisie

Voir la carte topographique de Tunisie
City locator 14.svg
Korba

Korba (قربة Prononciation du titre dans sa version originale Écouter [qɔrbæ]) est une ville du littoral nord-est de la Tunisie ouverte sur la façade orientale du cap Bon.

Rattachée administrativement au gouvernorat de Nabeul, elle constitue une municipalité de 38 902 habitants en 2014[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Construite à flanc de colline, à vingt kilomètres au nord de Nabeul, elle est connue pour ses longues plages de sable fin et les cultures maraîchères et arboricoles de sa campagne environnante.

Histoire[modifier | modifier le code]

Des anciens historiens et des itinérants ont mentionné la ville de Curubis sur la côte africaine entre Clupea, l'actuelle ville de Kélibia, et Néapolis, l'actuelle ville de Nabeul[4],[5],[6],[7],[8].

La première mention historique de Curubis est une inscription du temps de la guerre civile romaine, qui mentionne que les généraux pompéiens Publius Attius Varus et Gaius Considius Longus ont fortifié la ville en 46 av. J.-C.[9],[10],[7]. Dans les années qui suivent la guerre civile, la ville devient une colonie romaine, Colonia Iulia Curubis (Pline l'Ancien en parle comme une colonie libera soit « libre »), peut-être dans le cadre de la tentative de Jules César de débarrasser son armée de soldats plus âgés et, en même temps, de tenir l'Afrique contre les forces pompéiennes[11],[12],[13].

En 257, l'évêque Cyprien de Carthage est exilé ; son biographe Ponce, qui l'accompagne dans son exil, fait l'éloge du lieu : Provisum esse divinitus... apricum et conpetentem locum, hospitium pro voluntate secretum et quidquid apponi eis ante promissum est, qui regnum et iustitiam dei quaerunt (« Par la grâce de Dieu un endroit ensoleillé et approprié a été fourni, un refuge isolé comme il le souhaitait, et tout ce qui était déjà promis d'être mis en avant ceux qui cherchent le royaume et la justice de Dieu »).

En 411, Curubis, comme beaucoup de villes africaines, possède son propre évêque (nommé dans la procédure du Concile de Carthage de la même année)[14]. En 484, un évêque de Curubis est à nouveau cité dans la Notitia provinciarum et civitatium Africae, parmi les évêques exilés en Corse pour avoir refusé de jurer allégeance au roi vandale Hildéric[15], et encore dans la procédure du Concile de Carthage en 525[16].

La ville possède son propre théâtre ; une inscription de la fin du IIe siècle honore les citoyens qui l'avaient créée[17]. Des vestiges d'un aqueduc et une mosaïque d'Ostie réalisée par les armateurs de Curubis suggèrent que la ville possédait également un port, qui n'a toutefois pas survécu[18],[19].

Au XVIIe siècle, Korba accueille un afflux de morisques d'origine andalouse qui influencent le tracé labyrinthique des rues du centre-ville.

Culture[modifier | modifier le code]

Chaque été, la ville organise un festival de théâtre amateur.

La ville est évoquée dans le récit « Un coin du carré bleu » de Mounira Khemir paru dans le volume collectif Enfances tunisiennes[20].

Économie[modifier | modifier le code]

Sans être aussi importante sur le plan touristique que Nabeul ou Hammamet, la ville abrite l'un des plus importants villages de vacances du Club Med des années 1960 à la fin des années 1980. Elle est surnommée « ville rouge » du fait de ses spécialisations agricoles dans la culture de la tomate, du piment et de la fraise. La vigne y est également très présente.

Pont de Korba[modifier | modifier le code]

En 1931, le premier pont en arc de Tunisie est érigé dans la ville de Korba pour franchir l'oued Bouldine ; le pont en béton armé, nommé « pont de Korba », devient l'emblème de la ville[21].

Ancienne vue du pont de Korba (1931)
Opération de ripage du pont de Korba

Le monument érigé au centre de Korba est fortement inspiré par l'ossature en arc du pont.

Dans les années 2000, le trafic accru sur le pont exige le doublement des voies de circulation mais, au vu de la valeur historique et symbolique de l'ouvrage, la décision est prise de le conserver. Ainsi, commence en 2010 une opération de ripage de l'ancien pont pesant 663 tonnes, sur une distance de 25 m, afin de permettre l'élargissement de la voie de circulation et la construction d'un nouveau pont à poutres à sa place[22] ; le pont de Korba devient une passerelle piétonne.

Sport[modifier | modifier le code]

Le Club sportif de Korba est l'équipe de football de la ville.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : Naissance à Korba.

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Korba, Tunisia » (voir la liste des auteurs).

  1. Décret du 23 août 2011 modifiant le décret du 25 juin 2011 portant nomination de délégations spéciales dans certaines communes du territoire de la République tunisienne, Journal officiel de la République tunisienne, n°62, 19 août 2011
  2. a et b (ar) [PDF] Recensement de 2014 (Institut national de la statistique)
  3. (en) Coordonnées géographiques de Korba (Dateandtime.info)
  4. Pline l'Ancien, Histoire naturelle, 5, 24
  5. Ptol. 4, 3, 2[réf. incomplète]
  6. Itinéraire d'Antonin, 56, 7
  7. a et b Hermann Dessau, « Curubis », Realencyclopädie der classischen Altertumswissenschaft, vol. IV, 1893
  8. TLL : Onomasticon, vol. II, 771, 11 et suiv.
  9. CIL VIII, 24099
  10. (de) Theodor Mommsen, « Inschriften von Curubis und Lilybaeon », Hermes, vol. XXX, 1895, pp. 456-460 avec une discussion de l'inscription
  11. Thomas Robert Shannon Broughton, The Romanization of Africa Proconsularis, éd. The Johns Hopkins Press/Oxford University Press, Baltimore/Oxford, 1929, pp. 54-55
  12. CIL VIII, 980 et 12452
  13. La ville était apparemment déjà une colonie en 45 av. J.-C. : une inscription (CIL VIII, 12451) montre un duumvir restaurant à nouveau les murailles ou suggère l'achèvement de la construction débutée par les généraux pompéiens comme l'indique Theodor Mommsen, op. cit., p. 460. Pour les discussions sur cette inscription, voir CIL I2, p. 951.
  14. Conc. Carth. a. 411, 1, 198[réf. incomplète]
  15. Not. episc. proc. Afr. 36[réf. incomplète], voir Victor de Vita, Histoire de la persécution vandale en Afrique, éd. Les Belles Lettres, Paris, 2002, pp. 184 et 339
  16. Conc. Carth. a. 525 p. 271[réf. incomplète]
  17. ILS, 9407
  18. Pol Trousset, « Curubis (Korba) », Encyclopédie berbère, éd. Edisud, Aix-en-Provence, 1994 (ISBN 2857442017)
  19. CIL XIV, 4549
  20. Mounira Khemir, « Un coin du carré bleu », Enfances tunisiennes, éd. Elyzad, Tunis, 2010
  21. Grand Prix Sika Tunisienne 2008
  22. « Ripage d'un pont de 663 tonnes à Korba », La Presse de Tunisie, 2 octobre 2010