Konghou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gravure chinoise ancienne.
En bas à gauche, une joueuse de konghou à 14 cordes

Le konghou (chinois : 箜篌 ; pinyin : kōnghóu) est une ancienne harpe chinoise, également connue sous le nom de kanhou, éteinte depuis l’époque de la Dynastie Ming. Elle est réapparue, sous une forme sensiblement différente au XXe siècle de manière très discrète.


Facture[modifier | modifier le code]

Il existe diverses variantes :

Jeu[modifier | modifier le code]

Le principal trait distinctif du konghou moderne par rapport à la harpe occidentale est constitué par les cordes repliées en deux permettant à des musiciens expérimentés d’utiliser des techniques de jeu avancées comme le vibrato. Les deux rangées de cordes facilitent également la réalisation de rythmes ou de traits rapides.

Le konghou était utilisé pour jouer le yayue (musique de cour) dans le royaume de Chu. Durant la période de la Dynastie Han (-206 - 220) le konghou était utilisé dans le qingshangyue (musique de genre). Au début de la Dynastie Sui (581 - 618), le konghou était aussi utilisé dans le yanyue (musique de banquet). C’est pendant les dynasties Sui et Tang que le jeu de konghou était le plus répandu. Il était généralement joué dans les cérémonies rituelles mais a progressivement gagné le peuple. Parmi les joueurs de konghou on trouve Cui Junzhi[1].

En dehors de la Chine[modifier | modifier le code]

L’instrument fut adopté dans l’ancienne Corée, où il était appelé ‘’gonghu’’ (hangul: 공후; hanja: ), mais n’y fut pas très longtemps employé. Il est décliné en trois appellations selon la forme :

  • Sogonghu (hangul: 소공후; hanja: , littéralement petite harpe [2],
  • Sugonghu (hangul: 수공후; hanja: , littéralement harpe verticale [3],
  • Wagonghu (hangul: 와공후; hanja: , littéralement harpe couchée [4].

De la même manière, le kudaragoto (aussi appelé kugo) du Japon était en usage dans les spectacles de tôgaku (musique du goût) pendant la période Nara, mais semble avoir disparu autour du Xe siècle. Il est réapparu récemment au Japon où le compositeur nippon Mamoru Fujieda a écrit pour l’instrument[5].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]