Komerční banka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Komerční banka
logo de Komerční banka
illustration de Komerční banka

Création et [1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Forme juridique Société par actions de droit tchèque (en)[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Action Bourse de Prague[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Siège social PragueVoir et modifier les données sur Wikidata
Direction Jan Juchelka (d) (depuis )[2]Voir et modifier les données sur Wikidata
Actionnaires Société générale (0,6 )[1], Northern Trust (0,04 )[1], JPMorgan Chase (0,04 )[1], BlackRock (0,02 )[2], Brown Brothers Harriman & Co. (en) (0,03 )[2] et Clearstream (0,02 )[2]Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité Secteur bancaire (d)[1], Finance (d)[3] et secteur financierVoir et modifier les données sur Wikidata
Société mère Société générale[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Filiales Modrá pyramida stavební spořitelna (d), KB Penzijní společnost (d), Essox (d), KB Real Estate (d) et VN 42 (d)
Effectif 8 492 ()[2]Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web www.kb.czVoir et modifier les données sur Wikidata
Chiffre d'affaires 31 060 000 000 de couronne tchèque ()[2]Voir et modifier les données sur Wikidata
Résultat net 15 274 000 000 de couronne tchèque ()[2]Voir et modifier les données sur Wikidata

Komerční banka (souvent abrégée en KB) est une institution bancaire en République tchèque. Depuis 2001, c'est une filiale de la Société générale à 60 %. C'est une société anonyme dont les 40 % restants sont cotés à la bourse de Prague sur le SPAD[4]. Elle sert environ 1 450 000 clients[5].

Elle dispose de 364 agences en 2005, et emploie 8 476 personnes, ce qui en fait la première banque pour les entreprises et la seconde pour les particuliers en République tchèque.

Histoire[modifier | modifier le code]

Sous le communisme, la banque d'État tchécoslovaque a le monopole de toutes les activités bancaires. En 1990, la banque d'État opère le spin-off de ses activités commerciales réunie au sein de la nouvelle entité créée à l'occasion, la Komerční banka (banque commerciale). En 1992, elle devient société par actions dont les actions sont gérés par le Fonds des biens nationaux (Fond národního majetku) qui les revend alors dans le cadre de la privatisation par coupons.

Dans les années 1990, la connivence entre l'État, le Fonds des biens nationaux qui en dépend, et la direction de la banque conduit à une série de scandales qui entache la réputation de la banque[réf. nécessaire]. En novembre 1997, le gouvernement tchèque approuve la cession de la majorité des actions (toujours en possession du Fonds des biens nationaux) à un investisseur stratégique étranger qui doit assurer le développement futur de la banque et « garantir l'indépendance du secteur bancaire par rapport à l'intervention de l'État ». En août 1999, l'Appel d'offres pour la sélection d'un investisseur stratégique est initié.

La Société générale reprend 60 % de la banque en juin 2001 pour 1,186 milliard €, et devient ainsi propriétaire majoritaire. La Komerční banka compte alors 300 agences et 1200 employés, et se positionne 2e sur le marché des particuliers (15 % des dépôts) et 1e dans le secteur des entreprises (30 %)[6],[7].

En 2006, la Komerční banka finance à hauteur de 40 millions d'euros la construction de la Cité de la Culture à Tunis[8]. Au deuxième trimestre 2011, son bénéfice net chute de 35,8%, ce que les analystes attribuent à la dépréciation de ses titres souverains grecs[9].

En 2012, la Komerční banka adopte le paiement sans contact NFC en partenariat avec Visa[10]. En 2016, la banque européenne d’investissement (BEI) accorde deux prêts à la BK (95 millions puis 30 millions d'euros) pour favoriser le développement des PME dans le pays[11].

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Une succursale de la Komerční banka à Písek.

La Komerční banka utilise le même logo que la Société générale.

Filiales[modifier | modifier le code]

Le groupe KB opère également en Slovaquie sous le nom Komerční banka Bratislava, filiale qu'elle détient à 100%[12].

Gouvernance[modifier | modifier le code]

  • Depuis 2017 : Jan Juchelka[13]
  • 2013-2017 : Albert Le Dirac’h[13]

Prix et honneurs[modifier | modifier le code]

  • 2004 : Banque de l'année (Banka Roku)[14]
  • 2005 : Banque de l'année (Banka Roku)
  • 2017 : 45e banque la plus sûre d'Europe par le magazine Global Finance[15]
  • 2018 : 47e banque la plus sûre d'Europe par le magazine Global Finance[16]

Incidents[modifier | modifier le code]

En 2006, une dizaine de comptes de particuliers de la banque sont vidés. La banque affirme que le vol, informatique, a eu lieu via les ordinateurs de ses utilisateurs (piratage ou fishing), et rembourse cependant les victimes. Un système de double authentification par SMS est lancé dans la foulée. La somme totale dérobée est alors estimée à 1 million de couronnes[17].

En 2011, la banque diffuse une publicité audiovisuelle mettant en scène une femme en plein orgasme sexuel pour vendre ses services bancaires[18],[19].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g et h (cs) Komerční banka 2016 Annual Report, Voir et modifier les données sur Wikidata
  2. a b c d e f et g rapport annuelVoir et modifier les données sur Wikidata
  3. « https://apl.cnb.cz/apljerrsdad/JERRS.WEB15.BASIC_LISTINGS_RESPONSE_3?p_lang=cz&p_DATUM=01.08.2018&p_hie=HI&p_rec_per_page=108&p_ses_idx=1 » (consulté le 1er août 2018)
  4. Fin 2006, l'entreprise était valorisée 118,8 milliards CZK soit 5,7 milliards $.
  5. Selon la KB.
  6. Muriel Jasor, La Société Générale rachète le tchèque Komercni Banka, www.lesechos.fr, 29 juin 2001 (consulté le 3 mars 2019)
  7. La Société Générale finalise l'acquisition de 60 % du tchèque Komercni Banka, www.lesechos.fr, 8 octobre 2001 (consulté le 3 mars 2019)
  8. Amal Amraoui, La Cité de la Culture : L’archipel des manœuvres douteuses, www.nawaat.org, 27 juillet 2015 (consulté le 3 mars 2019)
  9. Chute de 35,8% du bénéfice net de Komercni au 2e trimestre, www.lexpress.fr, 3 août 2011 (consulté le 3 mars 2019)
  10. (en) Sarah Clark, Komerční Banka to launch NFC payments in Czech Republic, www.nfcworld.com, 22 février 2012 (consulté le 3 mars 2019)
  11. La BEI renouvelle sa coopération avec Komerční Banka à l’appui des PME et des ETI qui investissent dans l’emploi des jeunes en République tchèque, www.eib.org, 28 novembre 2016 (consulté le 3 mars 2019)
  12. Sophie Brana et Delphine Lahet, La présence de banques étrangères en Europe de l’Est quels risques financiers ?, www.cairn.info, 2010 (consulté le 3 mars 2019)
  13. a et b (en) BRIEF-Komercni Banka says Jan Juchelka to become CEO in August, www.reuters.com, 13 juillet 2017 (consulté le 3 mars 2019)
  14. Alexis Rosenzweig, Komerční banka, filiale tchèque du groupe Société générale, désignée "Banque de l'année 2004", www.radio.cz, 26 novembre 2004 (consulté le 3 mars 2019)
  15. (en) Andrew Cunningham, World's Top 50 Safest European Banks, www.gfmag.com, 9 novembre 2017 (consulté le 7 mars 2019)
  16. (en) David Sanders, Top 50 Safest Banks In Europe 2018, www.gfmag.com, 1 novembre 2018 (consulté le 7 mars 2019)
  17. Anna Kubišta, Plusieurs comptes bancaires de la KB dévalisés par internet, www.radio.cz, 24 août 2006 (consulté le 3 mars 2019)
  18. (en) Mark Duffy, Using sex to sell unsexy products is stupid, www.digiday.com, 15 juillet 2016 (consulté le 7 mars 2019)
  19. (cs) Tereza Mynářová , Komerční banka: how much does a student account cost for free?, www.penize.cz, 15 septembre 2011 (consulté le 7 mars 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]