Koenraad Elst

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Elst.

Koenraad Elst (né à Louvain le 7 août 1959) est un chercheur et essayiste belge spécialisé dans le domaine de l'hindouisme. Il a étudié la philosophie, la sinologie et la culture Indo-Iranienne à Louvain, où il a terminé sa thèse de doctorat en 1998. Pendant un séjour à l'Université Hindoue de Bénares (« Benares Hindu University »), il a écrit son premier livre sur le conflit de Ayodhya.

Ses vues sur Gandhi[modifier | modifier le code]

Dans un article sur les lettres de Gandhi à Hitler (dont la première est datée du 23 juillet 1939[1]), Koenraad Elst estime d'une part que les admirateurs de Gandhi ont tendance à passer sous silence ces lettres où Gandhi demande « amicalement » à Hitler d'épargner au monde un conflit qui risque de réduire l'humanité à l'état sauvage, et que, d'autre part, les détracteurs de Gandhi aiment citer ces lettres comme une preuve de la naïveté et de l'irréalisme de la non-violence.

Il donne comme exemple de ces détracteurs la femme de lettres flamande Kristien Hemmerechts qui écrivait dans le journal De Morgen : « En d’autres mots, Gandhi était un idiot naïf qui tentait en vain de vendre sa non-violence comme panacée au Führer »[2].

Koenraad Elst, qui n'est pas un admirateur inconditionnel de Gandhi (il lui reproche par exemple « son aveuglement par rapport à l'islam »[3]) s'expose à déplaire à l'un et à l'autre camp en soutenant que Gandhi, en écrivant ces deux lettres, « (1) était entièrement gandhien, et (2) avait fondamentalement raison.»[4].

Idées[modifier | modifier le code]

Il exerce sur le contenu factuel de l'islam une critique de type rationaliste et dénonce ce qu'il considère comme le fanatisme de cette religion, notamment dans ses rapports avec l'hindouisme[5]. Ayant cessé de croire au contenu factuel de la foi chrétienne, il estime que les missionnaires chrétiens en Inde, dans la mesure où leur action ne se limite pas à un travail purement social, introduisent des tensions communautaires préjudiciables à la société indienne[6].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Linguistic Aspects of the Aryan Non-Invasion Theory, In Edwin Bryant and Laurie L. Patton (editors) (2005). Indo-Aryan Controversy: Evidence and Inference in Indian History. Routledge/Curzon. (ISBN 0-7007-1463-4).
  • Postcript to Daniel Pipes: The Rushdie Affair: The Novel, the Ayatollah, and the West (1990), Transaction Publishers, paperback (2003) (ISBN 0-7658-0996-6)
  • Gujarat After Godhra : Real Violence, Selective Outrage/edited by Ramesh N. Rao and Koenraad Elst. New Delhi, Har-Anand Pub., 2003, 248 p., (ISBN 81-241-0917-6).
  • “The Ayodhya demolition: an evaluation”, in Dasgupta, S., et al.: The Ayodhya Reference, q.v., p. 123-154.
  • “The Ayodhya debate”, in Pollet, G., ed.: Indian Epic Values. Râmâyana and Its Impact, Peeters, Leuven 1995, q.v., p. 21-42. BJP Hindu Resurgence. Voice of India, Delhi 1997.
  • India's Only Communalist: In Commemoration of Sita Ram Goel (edited by Koenraad Elst, 2005) (ISBN 81-85990-78-6)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Gandhi, Complete Works, vol.70, p.20-21
  2. Kristien Hemmerechts, article « Milosevic, Saddam, Gandhi et Hitler », journal De Morgen, 16 avril 1999
  3. Koenraad Elst, « Pourquoi j'ai tué Gandhi » ; examen et critique de la défense de Nathuram Godse, Paris, Les Belles Lettres, 2007, p. 224, où il parle en son nom propre.
  4. Koenraad Elst, Les lettres du Mahatma Gandhi à Adolf Hitler, voxnr, 2010.
  5. (en) Wahi: the Supernatural Basis of Islam
  6. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées missionaries.

Liens externes[modifier | modifier le code]