Knowledge graph

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Illustration d'un knowledge graph produit par Wikidata et centré sur des œuvres illustrant Socrate.

Dans le domaine de la représentation des connaissances, un knowledge graph (KG, pouvant se traduire en français par graphique ou carte des connaissances) est une base de connaissance modélisant les données sous forme de représentation graphique.

Depuis le développement du web sémantique, les knowledge graphs sont souvent associés aux projets de données ouvertes du web des données, visant surtout à connecter les concepts et entités[1],[2]. Ils sont fortement liés aux et utilisés par les moteurs de recherches, dont certains, tels tel Google, ont développés leur propre knowledge graph. Les knowledge graphs sont également utilisés par des services de question-réponse en ligne tels WolframAlpha, des assistants personnels intelligents tels Siri et Alexa, ainsi que par des médias sociaux tels Facebook et LinkedIn.

Histoire[modifier | modifier le code]

Animation d'un KG du Smithsonian American Art Museum.

Le terme knowledge graph est utilisé en 1972 lors d'une discussion visant à déterminer comment construire des modules de cours[3]. À la fin des années 1980, les universités de Groningue et de Twente entament un projet commun intitulé Knowledge Graphs et qui vise à établir une structure de réseau sémantique.

Dans un premier temps, les KG se limitent au sein de disciplines spécifiques. Ainsi, en 1985, WordNet crée un knowledge graph centré sur la relation entre les mots et leur signification. En 2005, GeoNames en présente un également dans le domaine de la géographie.

En 2007, DBpedia et Freebase forment deux knowledge graphs (bien qu'elles n'utilisent pas ce terme) généraux. DBpedia se concentre sur des données extraites de Wikipédia, alors que Freebase s'intéresse également à d'autres jeux de données publiques.

En 2012, Google lance le Google Knowledge Graph (GKG[4]), reprenant, entre autres, les données de DBpedia et Freebase. Le GKG intègre par la suite des données de type RDFa, microdonnées et JSON-LD de sites tels CIA World Factbook, Wikidata et Wikipedia[4],[5]. La structure de l'outil est par la suite adaptée à celle de schema.org[6]. Le GKG popularise la notion de knowledge graph.

Depuis lors, plusieurs multinationales s'intéressent aux KG, dont Facebook, LinkedIn, Airbnb, Microsoft, Amazon, Uber et eBay[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Lisa Ehrlinger et Wolfram Wöß (2016) « Towards a Definition of Knowledge Graphs » dans SEMANTiCS2016 : 13–16 p., Leipzig: Joint Proceedings of the Posters and Demos Track of 12th International Conference on Semantic Systems - SEMANTiCS2016 and 1st International Workshop on Semantic Change & Evolving Semantics (SuCCESS16). 
  2. (en) Ahmet Soylu, « Enhancing Public Procurement in the European Union through Constructing and Exploiting an Integrated Knowledge Graph », Proceedings of the International Semantic Web Conference (ISWC 2020),‎ , p. 430–446 (DOI 10.1007/978-3-030-62466-8_27, lire en ligne)
  3. (en)Edward W. Schneider. 1973. Course Modularization Applied: The Interface System and Its Implications For Sequence Control and Data Analysis. In Association for the Development of Instructional Systems (ADIS), Chicago, Illinois, April 1972
  4. a et b (en) Amit Singhal, « Introducing the Knowledge Graph: things, not strings », sur Official Google Blog, (consulté le )
  5. (en) Barry Schwartz, « Google's Freebase To Close After Migrating To Wikidata: Knowledge Graph Impact? », sur Search Engine Roundtable, (consulté le )
  6. (en) James P. McCusker et Deborah L. McGuiness, « What is a Knowledge Graph? », sur www.authorea.com (consulté le )
  7. (en) « Knowledge Graph Enterprises »,