Knightmare (jeu vidéo)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Knightmare.

Knightmare
Une chauve-souris en ombre chinoise. Sur cette ombre est écrit en blanc, Knightmare.
Logo européen de Knightmare

Éditeur Konami
Développeur Konami

Date de sortie 1986
Licence commerciale
Genre Shoot 'em up
Mode de jeu un joueur
Plate-forme MSX
Média cartouche[1]
Langue anglaise
Contrôle clavier, joystick

Knightmare (魔城伝説 (Majō Densetsu?), littéralement, la légende du château du démon), est un jeu vidéo conçu par Konami et publié en 1986 sous forme de cartouche pour le standard MSX.

Dans ce jeu de tir à défilement vertical, le héros Popolon se bat contre divers démons, dont Hudnos qui détient sa bien-aimée, Aphrodite

On retrouve le même personnage quelques années plus tard dans un jeu de plates-formes appelé Maze of Galious.

Trame[modifier | modifier le code]

La mythologie grecque sert de trame de fond à l'action de Knightmare. Aphrodite, déesse de l'amour et promise à Popolon, le héros du jeu, se fait enlever par le roi du monde souterrain qui l'enferme dans le château du Cauchemar[Note 1],[2]. Popolon part alors à sa recherche[1],[2],[3],[4] sans savoir où se trouve ce château. Dans sa quête, il finit par s'endormir, épuisé. Héra, épouse et sœur de Zeus, et déesse du mariage et de la fécondité, lui apparaît alors en rêve pour lui dévoiler son emplacement, par-delà le mont Athos. Elle en profite pour lui conseiller de ramasser les différents joyaux et cristaux magiques, les premiers abandonnés par Aphrodite, les autres tombés d'Olympia[5],[6]. Dès son réveil, Popolon se met alors à traverser différents paysages afin de sauver sa bien-aimée. Ainsi passe-t-il par le chemin des temples parcouru de différentes rivières[1],[4],[6], la forêt rougeoyante[6], les terres volcaniques[6], le chemin aux temples rouges[6], la cité bleue[4],[6], les gorges rocheuses[4],[6] et le pays des fleuves[6] pour enfin arriver au château du Cauchemar[6]. Une fois le roi de ce château défait, il retrouve Aphrodite pour vivre son amour[6].

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Knightmare se présente sous la forme d'un shoot 'em up, soit un jeu de tir[1],[4], à défilement vertical : bien que le personnage puisse se déplacer dans tout l'écran, il ne peut pas aller au-delà de ce que le décor lui montre et doit attendre que celui-ci défile sous ses pieds pour explorer plus avant[2]. Il est contrôlé soit par le clavier de l'ordinateur soit par un joystick[4].

Divisé en huit niveaux[6], la difficulté de Knightmare va croissante, les ennemis à éliminer étant de plus en plus variés et rapides[1],[2],[7] et tirant différents projectiles[8]. Parmi ces ennemis, Popolon doit défaire des monstres amiboïdes[1],[4],[5],[6],[7],[8], des chauve-souris[1],[4],[5],[6],[7],[8], des chevaliers maléfiques[1],[4],[5],[6],[7], des monstres nuages[4],[5],[6],[7], des anges noirs[5],[6],[7], des monstres squelettes[5],[6],[7], des démons[5],[7], des monstres du tonnerre[5],[6], des monstres du feu[5],[6],[7], des fantômes[5],[6] et différents types de sorciers[5],[6], chacun donnant plus ou moins de points selon la difficulté à les abattre[5]. Chaque niveau se termine par un monstre maître, un ennemi beaucoup plus dur à battre ; seule son élimination permet l'accès au niveau supérieur[1],[4],[6]. Popolon dispose de trois vies, c'est-à-dire de trois chances, pour arriver à son but[4].

Pour l'aider dans sa tâche, Popolon peut récupérer différentes armes et options[2],[5],[6],[7]. Celles-ci sont obtenues par les cristaux magiques d'Olympia[5] qui défilent de haut en bas vers le héros. La sélection de l'option ou de l'arme s'effectue en tirant sur le cristal[6] qui change alors respectivement de couleur[8] ou de symbole ; attraper le cristal donne alors à Popolon des pouvoirs supplémentaires ou une autre arme[5]. Parmi les options disponibles, reconnaissables aux disques noirs à l'intérieur desquels la lettre P[1] est écrite en blanc, le héros peut accélérer sa vitesse[1],[4],[5],[6],[7], obtenir un bouclier qui le protège d'un certain nombre de coups des ennemis[1],[4],[5],[6],[7],[8], ou, pendant une durée limitée, devenir transparent et éviter tous les coups[1],[4],[5],[6], ou au contraire, invulnérable et détruire les ennemis en les touchant[1],[3],[4],[5],[6]. De la même manière, lorsque le joueur attrape un cristal d'arme, reconnaissable par un simple disque noir[8], Popolon remplace son arme actuelle, à l'origine de simples flèches[8], par des flèches doubles[1],[5], des triples flammes[5],[6], des boomerangs[1],[5],[6], des épées[1],[5],[6] ou des flèches enflammées[1],[5],[6]. Cette nouvelle arme peut encore être améliorée[7] si le cristal correspondant est choisi à deux reprises[5]. Le joueur peut également choisir de recevoir simplement des points supplémentaires à la place des options ou des armes[5].

De même, Popolon, peut tirer sur certains objets faisant partie du décor : les joyaux magiques d'Aphrodite[1]. Certains d'entre eux s'avèrent invisible de prime abord : pour les découvrir, le joueur doit tirer sur certains endroits prédéterminés du décor[6],[9]. Après plusieurs tirs, le joyau peut être récupéré et, selon sa représentation, peut éliminer tous les ennemis de l'écran de jeu[1],[3],[5],[6],[7], arrêter le temps pour les ennemis et le décor qui défile pendant une durée limitée[1],[3],[5],[6],[8], donner une nouvelle vie au joueur[5],[7],[8], devenir un obstacle intégré au décor[5] ou tout simplement donner des points supplémentaires[4],[5],[6],[8]. Un autre type de joyau permet également d'accéder à des raccourcis vers les niveaux supérieurs[3],[4],[6],[7],[8],[9].

Par ailleurs, le joueur peut effectuer une pause dans son jeu en appuyant sur la touche F1 ; Popolon apparaît alors humoristiquement dans son lit, en train de dormir[7]. Wolfgang Rui, testeur du jeu pour Aktueller Software Markt, voit plutôt dans cette pause le chevalier en train de tirer sur sa cigarette[4]. Un nouvel appui sur cette touche permet de reprendre l'action[5].

Accueil[modifier | modifier le code]

Critiques[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes reçues
Presse papier
Média MSX
Tilt (FR) Star full.svgStar full.svgStar full.svgStar full.svgStar full.svgStar empty.svg[2],[8]
Star full.svgStar full.svgStar full.svgStar full.svgStar full.svgStar full.svg[10]
ASM (DE) 10/10[4]
MSX-gids (NL) Star full.svgStar full.svgStar full.svgStar full.svgStar full.svg[1]

Si un des rédacteurs de Tilt trouve frustrant de ne pas pouvoir aller au-delà de ce que montre le décor[2], il reconnaît que c'est un moindre mal au vu des nombreux ennemis à abattre[2],[3]. Par ailleurs, Knightmare lui semble particulièrement difficile, et il le conçoit comme un véritable challenge proposé au joueur[2]. Il est rejoint en cela par le rédacteur de MSX-gids qui le qualifie de « défi[1] ». Wolfgang Rui, testeur du jeu pour Aktueller Software Markt, parle également de cette difficulté toute particulière[4]. Mathieu Brisou, un autre rédacteur de Tilt, indique que celle-ci est renforcée par la vitesse du jeu[3], amenant parfois le joueur à se tromper lors du choix des options[4] ; de manière générale, concilier ce choix et avoir une vision globale du jeu est une des difficultés de Knightmare pour le rédacteur de MSX-gids[1]. Mathieu Brisou conseille ainsi au joueur de connaître parfaitement les niveaux pour pouvoir progresser[3] ; Wolfgang Rui rajoute que de cette connaissance découle les options à choisir par le joueur[4]. Par ailleurs, Mathieu Brisou trouve que Knightmare est simple à prendre en main, sensation accentuée par des commandes qui répondent précisément aux actions du joueur[8]. Le plaisir est également toujours renouvelé au vu des différentes surprises à découvrir[8]. Un des rares points négatifs concerne le scénario, inexistant pour Mathieu Brisou[8].

Dans leurs conclusions, les avis sont unanimes. Mathieu Brisou loue à plusieurs reprises l'animation, les graphismes et la bande-son du jeu[3],[8], en un mot sa réalisation[8] qu'il estime « irréprochable[11]. » Wolfgang Rui admire également la musique, la décrivant comme « la meilleure chose [qu'il lui] ait été donné d'entendre jusqu'à présent sur MSX » : il donne la note maximum à ce critère ainsi qu'à la note globale de Knightmare, 10/10[4]. Dans la même veine, le rédacteur de MSX-gids commence et conclut son article en indiquant que quiconque y jouerait en deviendrait « accro » : lui aussi donne la note maximum, cinq étoiles sur cinq, ainsi qu'à tous les critères spécifiques de graphisme, de son et de documentation, avec une mention toute particulière au bon rapport qualité/prix[1]. MSX Magazine décrit le jeu comme « indispensable » aux amateurs de Shoot 'em up[7]. Ce même qualificatif est utilisé par le rédacteur de MSX News qui ne tarit pas d'éloges : précisant dans l'introduction de son article que ce jeu fit « sensation » lors de sa sortie, il le décrit comme « un authentique chef d’œuvre »[6]. Tilt estime pour sa part que Knightmare est un des meilleurs jeux jamais sortis sur MSX[2], devenant ainsi une « référence[12] », et lui décerne cinq étoiles sur six[2],[8]. Dans son deuxième numéro hors-série, cette note est revue à son maximum et la conclusion est sans appel : « c'est génial ! Et personne ne peut dire le contraire[10]. »

Récompense[modifier | modifier le code]

Knightmare reçoit le Tilt d'or 86 du Meilleur logiciel d'action[3],[6],[8],[11], prix que reçoit également Billy la Banlieue[13].

Postérité[modifier | modifier le code]

Knightmare connait plusieurs suites, The Maze of Galious en 1987 sur MSX 1 et Knightmare III: Shalom en 1987 sur MSX et PC (Windows).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Note[modifier | modifier le code]

  1. Knightmare est un jeu de mots en anglais entre knight qui signifie « chevalier » et nightmare qui se traduit par « cauchemar ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x et y (nl) « Knightmare » (Software test), MSX-gids, Amsterdam, Uitgeverij Herps, no 6,‎ , p. 48 et 49 (ISSN 0169-9792, OCLC 72836538, lire en ligne [[image]], consulté le 10 janvier 2019).
  2. a b c d e f g h i j et k Tilt, « Knightmare : Sauver l'Amour » (Tubes), Tilt, Paris, Éditions Mondiales S.A., no 33,‎ , p. 40 (ISSN 0753-6968, OCLC 691510749, notice BnF no FRBNF38241957, lire en ligne [[image]], consulté le 18 décembre 2018).
  3. a b c d e f g h i et j Mathieu Brisou (Rédaction), « Knightmare » (Tilt d'or 86), Tilt, Paris, Éditions Mondiales S.A., no Hors-série 2 « Jeux et Micro : Le Guide 87 »,‎ , p. 57 (ISSN 0753-6968, OCLC 691510749, notice BnF no FRBNF38241957, lire en ligne [[image]], consulté le 19 décembre 2018).
  4. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w et x (de) Wolfgang Rui, «  Ballerei mit Zigarettenpause » [« Combat avec pause cigarette »] (Action Games), Aktueller Software Markt, Eschwege, TRONIC-Verlag, vol. 2, no 1,‎ , p. 44 et 45 (ISSN 0933-1867, OCLC 85133845, lire en ligne [[image]], consulté le 24 décembre 2018).
  5. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa ab ac ad ae af et ag Konami (trad. du japonais), Knightmare : How to Play (manuel de jeu), Konami, (lire en ligne [PDF]).
  6. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa ab ac ad ae af ag ah ai aj ak al et am « Knightmare : Le Cauchemar du chevalier » (Tests), MSX News, Paris, Sandyx S.A., no 3,‎ , p. 14 et 15 (ISSN 0984-9629, OCLC 474297206, notice BnF no FRBNF34402293, [1] [2] [[image]], consulté le 6 décembre 2018).
  7. a b c d e f g h i j k l m n o p q et r « Knightmare » (News), MSX Magazine, Paris, Laser Magazine, no 6,‎ , p. 8 (ISSN 0980-1545, OCLC 474239545, notice BnF no FRBNF34398389, lire en ligne [[image]], consulté le 5 décembre 2018).
  8. a b c d e f g h i j k l m n o p q r et s Mathieu Brisou (Rédaction), « Knightmare » (Le Joystick de la peur - Dossier), Tilt, Paris, Éditions Mondiales S.A., no 38,‎ , p. 109 et 120 (ISSN 0753-6968, OCLC 691510749, notice BnF no FRBNF38241957, lire en ligne [[image]], consulté le 24 décembre 2018).
  9. a et b « Knightmare : Premier passage secret » (Top secret), MSX News, Paris, Sandyx S.A., no 3,‎ , p. 22 (ISSN 0984-9629, OCLC 474297206, notice BnF no FRBNF34402293, lire en ligne [[image]], consulté le 7 décembre 2018).
  10. a et b Tilt, « Knightmare » (576 Logiciels), Tilt, Paris, Éditions Mondiales S.A., no Hors-série 2 « Jeux et Micro : Le Guide 87 »,‎ , p. 88 et 89 (ISSN 0753-6968, OCLC 691510749, notice BnF no FRBNF38241957, lire en ligne [[image]], consulté le 18 décembre 2018).
  11. a et b Mathieu Brisou (Rédaction), « Vampire Killer » (Tilt Parade), Tilt, Paris, Éditions Mondiales S.A., no 38,‎ , p. 68 (ISSN 0753-6968, OCLC 691510749, notice BnF no FRBNF38241957, lire en ligne [[image]], consulté le 24 décembre 2018).
  12. Mathieu Brisou (Rédaction), « Altaïr : Une arcade de qualité » (Tubes), Tilt, Paris, Éditions Mondiales S.A., no 55,‎ , p. 68 (ISSN 0753-6968, OCLC 691510749, notice BnF no FRBNF38241957, lire en ligne [[image]], consulté le 24 décembre 2018).
  13. Tilt, « Tilt d'or 86 », Tilt, Paris, Éditions Mondiales S.A., no Hors-série 2 « Jeux et Micro : Le Guide 87 »,‎ , p. 51 (ISSN 0753-6968, OCLC 691510749, notice BnF no FRBNF38241957, lire en ligne [[image]], consulté le 19 décembre 2018).