Klaus Schwab

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Klaus Schwab
Klaus Schwab, 2007 (cropped).jpg
Klaus Schwab à Davos en 2007.
Fonction
Président
Forum économique mondial
depuis
Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
Klaus Martin SchwabVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Conjoint
Hilde Schwab (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Distinctions
Œuvres principales
COVID-19. The Great Reset (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Klaus Schwab, né le à Ravensbourg en Allemagne, est un ingénieur et économiste allemand. Il fonde en 1971 le Symposium européen du management[1], organisé à Davos en Suisse, qui deviendra en 1987 le Forum économique mondial[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Origine et formation[modifier | modifier le code]

Fils d'un petit patron d'industrie mécanique en Suisse[3], Klaus Schwab est titulaire d'un doctorat en sciences de l'ingénieur de l'École polytechnique fédérale de Zurich (1966), d'un doctorat en sciences économiques de l'université de Fribourg (1967) et d'une maîtrise en administration publique à l'École d'administration publique de l'université Harvard (1967)[4].

Carrière[modifier | modifier le code]

Il commence sa carrière professionnelle à la fin des années 1960 en tant que professeur de management industriel à l'Université de Genève, où il enseigne jusqu'en 2002[2].

Il a été membre du comité directeur du Groupe Bilderberg[5].

World Economic Forum (Davos)[modifier | modifier le code]

En 1971, marqué par la lecture et le succès du Défi américain de Jean-Jacques Servan-Schreiber, il organise en 1971 le Symposium européen du management, s'adressant d'abord à un public européen[6].

Il est principalement connu comme président, depuis sa création, du Forum économique mondial (World Economic Forum), fondation à but non lucratif dont le siège est à Genève. Mais dans un entretien au quotidien La Liberté, Jacques Attali estime que « Davos est une opération commerciale très efficace où il faut payer très cher pour participer »[7].

Ce forum est célèbre par sa réunion annuelle à Davos, en Suisse, qui attire des dirigeants d’entreprise, des chefs d'État et des hommes politiques du monde entier, ainsi que des intellectuels et des journalistes, afin de débattre des problèmes les plus urgents de la planète, y compris dans les domaines de la santé et de l’environnement.

Moins libéral qu’on le dit souvent, il déplore en 2009 : « J’ai créé le forum il y a quarante ans pour que les PDG rencontrent la société civile mais au fil des ans, leurs politiques de rémunérations ont rapproché les PDG des actionnaires et, parallèlement, les actionnaires sont devenus court-termistes. Il faut reconstituer un ethos professionnel ».

Intelligence artificielle et transhumanisme[modifier | modifier le code]

Il est un partisan du transhumanisme, il prévoit l'implantation de puces d'abord dans les vêtements puis dans le cerveau, pour établir une « communication directe entre notre cerveau et le monde digital »[8]. Il défend et promeut l'avènement de l'intelligence artificielle pour nos vies dans La quatrième révolution industrielle paru en 2017.

La grande réinitialisation[modifier | modifier le code]

En 2020, il lance son projet de planification économique nommé la grande réinitialisation (The Great Reset), sous la forme d'un livre[9].

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Klaus Schwab est le père de Nicole Schwab, cofondatrice en 2009 du Gender Equality Project[10]. Klaus Schwab est membre honoraire du FC Bayern Munich.

Publications[modifier | modifier le code]

en allemand
  • Der längerfristige Exportkredit als betriebswirtschaftliches Problem des Maschinenbaues (untersucht am Beispiel der Bundesrepublik Deutschland), Offenbach 1965 (zugleich Dissertation der ETH Zürich)
  • Der Exportkredit. Hinweise für den deutschen Exporteur, Frankfurt am Main 1966
  • Öffentliche Investitionen und wirtschaftliches Wachstum, Ravensburg 1966 (zugleich Dissertation der Universität Freiburg)
  • Moderne Unternehmensführung im Maschinenbau (mit Hein Kroos), Frankfurt 1971
  • Chancenmanagement, Düsseldorf 1976
  • COVID-19. Der große Umbruch (mit Thierry Malleret). Forum Publishing, Genf 2020, (ISBN 978-2940631193).
en anglais
  • Overcoming indifference. Ten key challenges in today's changing world. A survey of ideas and proposals for action on the threshold of the twenty-first century (Herausgeberschaft), New York 1995
  • The Fourth Industrial Revolution, 2016 (book on demand). dt.: Die Vierte Industrielle Revolution. Aus dem Englischen von Petra Pyka und Thorsten Schmidt, Pantheon Verlag, München 2016. (ISBN 978-3-570-55345-9).
  • with Thierry Malleret: COVID-19: The Great Reset. Lightning Source, (ISBN 978-2-940631-12-4).
en français
  • La quatrième révolution industrielle, Dunod, 2017
  • avec Thierry Malleret, Covid-19 : La grande réinitialisation, 2020.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « A l'origine du Forum de Davos », France Culture,‎ (lire en ligne, consulté le 3 mars 2018)
  2. a et b « Klaus Schwab, le directeur du Forum de Davos est devenu le maître des maîtres du monde », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 3 mars 2018).
  3. « Klaus Schwab : « Les dirigeants devront mieux écouter les peuples » », sur Radio télévision suisse, (consulté le 3 mars 2018)
  4. (en) « Klaus Schwab: Executive Profile & Biography » (version du 24 janvier 2018 sur l'Internet Archive), sur bloomberg.com.
  5. (en) « Former Steering Committee Members », sur bilderbergmeetings.org, Groupe Bilderberg (consulté le 8 février 2014).
  6. « Klaus Schwab, l'étonnant fondateur du Forum de Davos (archives) », L'Obs,‎ (lire en ligne, consulté le 3 mars 2018)
  7. Frédéric Therin, « Klaus Schwab, le Forum de Davos, c'est lui », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le 3 mars 2018).
  8. Entretien avec Darius Rochebin à la Radio télévision suisse, émission « Pardonnez-moi », en 2016.
  9. Klaus Schwab et Thierry Malleret: COVID-19: The Great Reset. Lightning Source, (ISBN 978-2-940631-12-4).
  10. « Les 20 femmes qui font la Suisse », sur bilan.ch, (consulté le 4 mars 2018).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

.