Klaus Fuchs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fuchs.
Klaus Fuchs
Klaus Fuchs - police photograph.jpg

Klaus Fuchs (photo de son badge pour le projet Manhattan).

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
DresdeVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Mémorial des Socialistes (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Domiciles
Grande-Bretagne (à partir de années 1930), Paris (à partir de ), République démocratique allemande (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieu de travail
Université Columbia (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activités
Père
Conjoint
Grete Keilson (en) (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Université technique de Dresde, Laboratoire national de Los Alamos (à partir de ), Établissement de recherche atomique d'Harwell (à partir de ), Helmholtz-Zentrum Dresden-Rossendorf (en) (jusqu'en )Voir et modifier les données sur Wikidata
Parrain
Partis politiques
Membre de
Académie des sciences de la RDA
Reichsbanner Schwarz-Rot-Gold
Comité central du Parti socialiste unifié d'Allemagne (d) ()
Conseil scientifique de la RDA (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Maîtres
Directeur de thèse
Distinctions

Emil Julius Klaus Fuchs ( - ) est un physicien allemand qui participa au Projet Manhattan durant la Seconde Guerre mondiale. Il était aussi un agent des services soviétiques qui contribua grandement à ce que l'URSS soit aussi dotée de la bombe atomique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Klaus Fuchs est le fils benjamin du théologien luthérien et militant social-democrate Emil Fuchs ; il était le filleul d'Harald Poelchau, l'aumônier de la prison de Plötzensee et membre du Cercle de Kreisau antinazi. Malgré les moqueries et les brimades de ses camarades du lycée classique d'Eisenach, Fuchs militait en faveur de la démocratie et de la République de Weimar, et devint membre du SPD et de la milice du Reichsbanner Schwarz-Rot-Gold. Bachelier, il s'inscrivit à l'Université de Leipzig pour y étudier les mathématiques (1930-31), poursuivit à l'Université de Kiel et enfin à l'université Frédéric-Guillaume de Berlin (1933). Après les élections du 30 janvier 1933 et la dissolution du SPD, Fuchs rallia le KPD. Lors de l'incendie du Reichstag (27-28 février 1933), Fuchs n'échappa à son arrestation qu'en ratant le départ d'une manifestation à Berlin. Désormais recherché dans toute l'Allemagne, il parvint encore à étudier pendant cinq mois à Berlin, puis au mois d'août 1933, il partit pour Paris. Un cousin qui travaillait au Royaume-Uni lui offrit la possibilité de poursuivre des études de physique à l'université d'Édimbourg. Il soutint sa thèse de doctorat, consacrée aux forces de cohésion dans le cuivre métal, en 1936 à l'université de Bristol sous la direction de Nevill Mott.

Il travailla au laboratoire national de Los Alamos et à l'Établissement de recherche atomique d'Harwell. Recruté par l'agent du NKVD Alexandre Feklissov en 1941, il fut découvert par le biais du projet Venona[1]. Il avoua son espionnage au profit de l'Union soviétique et fut condamné, en 1950, à 14 ans de prison pour avoir divulgué des secrets concernant les bombes atomiques américaines. Il évite l'emprisonnement à perpétuité prévu pour ce genre de crime, car l'URSS était considérée comme une alliée lorsque Fuchs fut recruté par l'Union soviétique.

En 1959, après 9 ans de prison, il fut libéré et retourna en Allemagne de l'Est. Son arrestation fut à l'origine de l'affaire Rosenberg. Il est mort en 1988 à Berlin-Est[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]