Klangfarbenmelodie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la théorie de la musique
Cet article est une ébauche concernant la théorie de la musique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Littéralement en allemand, le terme klangfarbenmelodie signifie « jeu de mélodie et de timbre ». Cette technique musicale consiste à confier aux différents instruments des interventions très concises dans un kaléidoscope de timbres différents. Les instruments de l'orchestre n'ont pas de rôle mélodique à proprement parler, mais chacun contribue à l'élaboration d'une mélodie globale et générale. Les compositeurs comme Anton Webern (Cinq pièces pour orchestre op. 10), Arnold Schönberg, ou encore Alban Berg ont beaucoup eu recours à cette technique mais c'est principalement Hector Berlioz qui a initié cette pratique dans les années 1830.

La notion de Klangfarbenmelodie a été forgée par Arnold Schönberg dans son Traité d'harmonie (1911)[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Brice Leboucq, « Chronique rétrospective du XXe, publié dans Études, tome 395 », sur Cairn.info,‎ (consulté le 3 février 2015)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]