Kiwi de l'Adour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kiwi.
Kiwi de l'Adour
image illustrative de l’article Kiwi de l'Adour
Production fruitière de kiwis de l'Adour, à Benquet
image illustrative de l’article Kiwi de l'Adour

Autre nom groseille de Chine
Lieu d’origine bassin de l'Adour
Créateur Henri Pedelucq
Date 1965
Type de produit fruit
Classification Label rouge en 1992
Indication géographique protégée en 2002
Festivité Janvier : fête du kiwi, à Peyrehorade[1]
Site web www.qualitelandes.com

Le kiwi de l'Adour est un des fleurons de la production fruitière du sud-ouest de la France. Il est le seul kiwi à bénéficier de la double certification Label rouge et Indication géographique protégée[2] (IGP).

Présentation[modifier | modifier le code]

Kiwis de l'Adour dans le Gers

Le kiwi de l’Adour est issu d’une plante pérenne subtropicale (Actinidia deliciosa, variété Hayward). Son acclimatation dans le bassin versant de l'Adour débute en 1965 grâce à Henri Pedelucq, qui fait figure de pionnier. Il est suivi au début des années 1970 par d'autres producteurs locaux[3].

L'aire géographique de l'IGP Kiwi de l'Adour s'étend sur des communes de l'ouest du département du Gers, du sud des Landes et du nord des Pyrénées-Atlantiques[3].

Historique[modifier | modifier le code]

Le kiwi est le fruit d'une liane. Découvert en Chine 1000 ans av. J.-C., il est importé au XIXe siècle en Nouvelle-Zélande où il connaît un développement immédiat. Il est d'abord connu sous le nom de « groseille de Chine », mais durant la guerre froide, ce nom pose problème pour sa commercialisation aux États-Unis. Les Néo-Zélandais le nomment alors « kiwi », sa peau velue leur rappelant celle de l'oiseau du même nom également nommé apteryx, emblème de leur pays[4].

Le kiwi arrive en France en 1904 à Nice et en 1920 au Jardin des plantes de Paris. Les chercheurs du Muséum national d'histoire naturelle de Paris mettent en évidence ses vertus antiscorbutiques et sa teneur exceptionnelle en vitamine C, sans toutefois en faire immédiatement part aux arboriculteurs français[5].

Ce n'est qu'à partir de 1965 que le kiwi est acclimaté en France, à l'initiative d'un arboriculteur du département des Landes, Henri Pedelucq. Exigeant un climat océanique, des sols fertiles, bien drainés et humides en profondeur, le kiwi trouve dans le bassin de l'Adour des conditions favorables à son développement. D'autres producteurs emboîtent le pas à Henri Pedelucq[4].

Mode de culture[modifier | modifier le code]

Kiwis de l'Adour à Aurice

Les vergers poussent en formant une tonnelle à plus de deux mètres de haut. L'arbre arrive à maturité à partir de six ans. En juin, la croissance du kiwi peut atteindre 20 cm par jour. La méthode de culture vise à favoriser la qualité des fruits : taille d'hiver, éclaircissage pour limiter le nombre de fruits et obtenir un meilleur calibre, taille d'été, irrigation maîtrisée, fertilisation raisonnée. Tous ces travaux sont effectués manuellement, y compris la récolte qui a lieu lorsque les fruits arrivent à maturité optimale, début novembre[4].

Après leur conditionnement en plateau ou barquette dans une station fruitière, le kiwi est disponible sur les étals dès le mois de décembre et jusqu'en mai. Il n'a aucun prédateur connu et ne développe aucune maladie, il ne nécessite par conséquent aucun traitement phytosanitaire[4].

Certification[modifier | modifier le code]

Verger de kiwis de l'Adour

Le kiwi de l'Adour obtient la certification « label rouge » en 1992, garantissant les qualités sur le goût et sur les conditions de culture et de commercialisation. De nombreux contrôles assurent la traçabilité totale de la production et le respect du cahier des charges, portant notamment sur la saveur, l'équlibre acide/sucre et le calibre des fruits. Depuis 2002, le kiwi de l'Adour bénéficie également de la certification communautaire IGP[4]. La filière est contrôlée par Qualisud, organisme certificateur externe[5].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Le kiwi de l'Adour, avec 25 % de la production française, est en tête de la production nationale. Il est le seul à bénéficier d'un label rouge. On compte 350 kiwiculteurs dans le pays de l'Adour et 8 stations fruitières. 600 ha sont mis en culture, soit une moyenne de 2 ha par verger. 20 000 tonnes sont produites par an. La teneur énergétique est, pour un kiwi de 100 g : des fibres, des carotènes, 94 mg de vitamine C, 27 mg de magnésium, 3 mg de vitamine E[4].

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fête du kiwi à Peyrehorade
  2. Règlement (CE) n° 419/2009 de la Commission du 20 mai 2009 enregistrant une dénomination dans le registre des appellations d’origine protégées et des indications géographiques protégées Kiwi de l'Adour (IGP)
  3. a et b Fiche « Kiwi de l'Adour » sur le site de l'INAO
  4. a, b, c, d, e et f Panneau de présentation « Té ki kiwi » à Aurice, rédigé par l'Association de promotion du kiwi de l'Adour, consitutée en 1996 pour protéger l'origine du kiwi de l'Adour et valoriser sa notoriété
  5. a et b Qualité Landes, article Découvrez les kiwis de l'Adour, paru dans Orpi, Lemagazine, décembre 2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]