Aller au contenu

Kinkeliba

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Combretum micranthum

Le kinkeliba (Combretum micranthum) fait partie de la grande famille des Combrétacées, qui forme le fond arbustif et arboré des forêts de savane.

Reichenbach (1825) est le premier à publier l'espèce, qu'il nomme Combretum parviflorum. Viennent ensuite plusieurs auteurs, donnant chacun un nom différent qui deviennent plus tard autant de synonymes : A. de Candolle avec Guillemin & Perrottet (Combretum altum, 1828), Baillon (Bureava crotonoides, 1860), Heckel (Combretum raimbaultii[1], 1891[2],[3]) et Engler & Diels (Combretum floribundum, 1899)[4].

Heckel n'est donc pas le premier à étudier cette espèce. Mais il fait se généraliser l'usage du kinkéliba de Sénégambie dans les colonies françaises comme remède contre la fièvre bilieuse hématurique des pays chauds[2],[5],[6].

Description

[modifier | modifier le code]

Le kinkeliba est un arbrisseau touffu, se groupant quelquefois en buisson. Il peut atteindre 4 ou 5 mètres.

L'extrémité des branches est volubile.

Les feuilles, courtement pétiolées, vert sombre, largement ovales, en pointe à l'extrémité, sont entières et coriaces.

Les fleurs sont petites et blanches, groupées en épis.

Le fruit est une samare à quatre ailes membraneuses de 1,5 cm de long sur 1,5 cm de large.


Répartition

[modifier | modifier le code]

Le kinkeliba pousse dans les pays du SahelSénégal, Mali, Niger, Burkina Faso, Guinée, Guinée-Bissau – où ses feuilles séchées sont consommées en tisane. On le trouve également au Togo, au Bénin ou encore en Côte d'Ivoire[7] et Soudan[8].

Quelques constituants

[modifier | modifier le code]

Le kinkeliba contiendrait des tanins, de la bétaïne, du nitrate de potasse, des hétérosides, des polyphénols.

Le kinkeliba et la santé

[modifier | modifier le code]

Le kinkeliba est réputé pour ses propriétés diurétiques, dépuratives et digestives. Il est parfois recommandé en accompagnement de jeûnes ou de diètes, ou en cas de constipation. On dit du kinkeliba qu'il est aussi un remède contre l'obésité.

Au Sénégal, les feuilles séchées sont vendues attachées aux rameaux et ficelées en gros cigares avec des lanières de palmes de rônier (Borassus)[9].

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. (en) « Combretum raimbaultii Heckel », sur powo.science.kew.org, Plants of the world (consulté en ).
  2. a et b [Heckel 1891] Édouard Heckel, « Un médicament nouveau : de l'emploi des feuilles du Combretum Raimbaultii Heckel contre la fièvre bilieuse hématurique des pays chauds » (Kinkelibah), Répertoire de pharmacie, t. 3, 3e série,‎ , p. 246-254 (présentation en ligne, lire en ligne [sur archive.org]).
  3. [Heckel 1892] Édouard Heckel, « Mémoire sur le Kinkélibah (Combretum Raimbaultii E. Heck.) », Répertoire de pharmacie,‎ .
  4. a b c d e et f (en) « Combretum micranthum G.Don », sur powo.science.kew.org, Plants of the world (consulté en ).
  5. [Legré 1900] Ludovic Legré, « Notice sur le musée et l'Institut colonial de Marseille, publiée à l'occasion de l'Exposition universelle de 1900 » (revue bibliographique), Bulletin de la Société botanique de France, t. 47 (3e série, t. 7),‎ , p. 378-381 (voir p. 381) (lire en ligne [sur biodiversitylibrary.org]).
  6. [Heckel 1900] Édouard Heckel, « Contribution à l'étude des plantes médicinales et toxiques employées par les indigènes de la Côte d'Ivoire (Afrique occidentale) » (séance du 9 novembre 1900), Bulletin de la Société botanique de France, t. 47 (3e série, t. 7),‎ , p. 296-303 (voir 300, note ; et p. 301) (lire en ligne [sur biodiversitylibrary.org]).
  7. AfricaNews, « La culture du thé de Kinkeliba au Togo », sur Africanews, (consulté le )
  8. shifaAdmin, « Les vertus du Sekhew (kinkéliba) boisson remède à de nombreux maux », Shifa - Sante Bien Etre,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. Geneviève N'Diaye-Corréard, « Quinquéliba, kinkéliba, kinkeliba, quinkéliba, quinkeliba », da&ns Les mots du patrimoine : le Sénégal, Archives contemporaines, 2006, p. 451 (ISBN 9782914610339)

Bibliographie

[modifier | modifier le code]
  • [Doré 1993] Thierry Doré, Le kinkeliba (Combretum micranthum G. Don. Étude botanique et pharmaceutique (thèse de pharmacie), Université Paris 11, .
  • [Heckel 1891] Édouard Heckel, « Un médicament nouveau : de l'emploi des feuilles du Combretum Raimbaultii Heckel contre la fièvre bilieuse hématurique des pays chauds » (Kinkelibah), Répertoire de pharmacie, t. 3, 3e série,‎ , p. 246-254 (présentation en ligne, lire en ligne [sur archive.org]).
  • [Huetz 2001] Alain Huetz de Lemps, Boissons et civilisations en Afrique, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, (ISBN 2-86781-282-8), p. 272-274.
  • [Pierre & Lys 2007] Michel Pierre et  Michel Lys, Secret des Plantes, Éditions Artemis, ,  463 (ISBN 2844165869 et 9782844165862), p. 175.
  • [Valetas 1939] Jean Valetas, Contribution à l'étude du Kinkeliba (Combretum Micranthum G. Don) (thèse de médecine), Toulouse, impr. Lion, , 67 p..

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes

[modifier | modifier le code]