King Tee

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
King Tee
Surnom King T
Nom de naissance Roger McBride
Naissance (47 ans)
Compton, Californie, Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical Hip-hop, gangsta rap, rap West Coast, RnB[1]
Instruments Voix, batterie, clavier, boîte à rythmes, échantillonneur
Années actives Depuis 1988
Labels Capitol Records (1988-1995), MCA (1995-1996), Aftermath Entertainment (1996-2004), Ruthless Records (2004-2006), Boss'up Entertainment (depuis 2006)
Site officiel kingtla.com

King Tee, ou King T, de son vrai nom Roger McBride, né le à Compton en Californie[2],[3], est un rappeur américain.

L'un des premiers rappeurs originaires de Compton, McBride signe au label Capitol Records, où il publie son premier album Act a Fool en 1988 qui contient les singles à succès Act a Fool, Payback's a Mutha, The Coolest et Bass (Remix). À la fin des années 1980 et début des années 1990, il s'associe avec DJ Pooh, et aide à la popularisation du groupe Tha Alkaholiks. T est également CEO de son propre label, King T Inc. En 2012, le magazine Complex classe McBride 11e dans sa liste des « 50 rappeurs les plus sous-estimés de tous les temps »[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

McBride est né le à Compton en Californie. Il commence sa carrière musicale sous le label Capitol Records en publiant son premier album Act a Fool le [5]. Certains de ses premiers morceaux sont produits par The Unknown DJ, qui a aussi produit les premiers titres d'Ice-T. L'album, qui contient les singles à succès Act a Fool, Payback's a Mutha, The Coolest et Bass (Remix), se classe 125e du Billboard 200[6]. Le , McBride publie son deuxième album, At Your Own Risk[1]. L'album contient les singles Do Your Thing, Jay Fay Dray et On the Dance Tip[1], et se classe 175e du Billboard 200[7]. Il suit en 1993 d'un troisième album, Tha Triflin' Album[8], classé 195e du Billboard 200[9]. Chez Capitol Records, il apporte son soutien au groupe de rap Tha Alkaholiks[10].

Modérément connu, McBride est souvent cité pour avoir inspiré les premiers rappeurs gangsta rap du début et du milieu des années 1990 ; il collabore notamment avec les producteurs DJ Pooh et E-Swift, encore inconnus à l'époque[2]. Par la suite, King T refait surface de temps à autre[2]. Il signe au label Music Corporation of America (MCA) pour la publication de son quatrième album, IV Life, le [11]. L'album, qui contient les singles Super Nigga, Down Ass Loc et Let's Go Dippin[11], se classe 171e du Billboard 200[12].

En 1996, il signe sur le label Aftermath Entertainment de Dr. Dre et participe à l'album Dr. Dre Presents... The Aftermath puis à l'album 2001[2],[13]. Dre produit le cinquième album de King T, intitulé Thy Kingdom Come, en 1998, qui ne sera finalement publié qu'en 2002[13].

McBride quitte le label en bons termes en 2004, et signe par la suite sur celui d'Eazy-E, Ruthless Records. En 2006, il signe au label Boss'up Entertainment et publie une mixtape intitulée Boss Up[14].

Vers 2009, McBride entre dans une profonde dépression après la mort de sa fille, et des problèmes conjugaux, qui l'empêcheront de se consacrer à la musique comme il l'explique lors d'un entretien en 2013 avec HipHopDX[15]. Il reprendra finalement le micro, notamment, grâce au soutien de Dre et Xzibit[15] et publiera une nouvelle mixtape en 2012 intitulée Still Triflin, titre qui s'inspire de son album Tha Triflin' Album[14].

En 2014, King T entre en conflit avec le rappeur Coolio, ce dernier ayant rappelé lors d'un entretien avec le magazine Vibe une vieille confrontation de King T face à Tupac dans les années 1990 à laquelle il a assisté[16].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Le , la fille de King Tee, Heaven McBride, est tuée dans un accident de voiture. Elle était âgée de 16 ans[17].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]

Mixtapes[modifier | modifier le code]

  • 2006 : Boss Up: Volume 1
  • 2007 : CT Experience
  • 2012 : Still Triflin

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Ron Wynn, « King Tee - At Your Own Risk Overview », sur AllMusic (consulté le 11 novembre 2015).
  2. a, b, c et d (en) Jason Birchmeier, « King Tee Biography », sur AllMusic (consulté le 11 novembre 2015).
  3. (en) « McBride », sur Family Tree Legends (consulté le 20 décembre 2014).
  4. (en) « The 50 Most Slept-On Rappers of All Time », sur Complex,‎ (consulté le 11 novembre 2015).
  5. (en) Ron Wynn, « King Tee - Act a Fool Overview », sur AllMusic (consulté le 11 novembre 2015).
  6. (en) « King Tee - Act a Fool Awards », sur AllMusic (consulté le 11 novembre 2015).
  7. (en) « King Tee - At Your Own Risk Awards », sur AllMusic (consulté le 11 novembre 2015).
  8. (en) Ron Wynn, « King Tee - Tha Triflin' Album Overview », sur AllMusic (consulté le 11 novembre 2015).
  9. (en) « King Tee - Tha Triflin' Album Awards », sur AllMusic (consulté le 11 novembre 2015).
  10. (en) « 11. King Tee, The 50 Most Slept-On Rappers of All Time », sur Complex (consulté le 3 mai 2014).
  11. a et b (en) Ron Wynn, « King Tee - IV Life Overview », sur AllMusic (consulté le 11 novembre 2015).
  12. (en) « King Tee - IV Life Awards », sur AllMusic (consulté le 11 novembre 2015).
  13. a et b (en) Matt Josh, « King T :: Thy Kingdom Come :: Greedy Green Entertainment », sur RapReviews,‎ (consulté le 11 novembre 2015).
  14. a et b (en) « King T Says Dr. Dre & Xzibit Motivated Him To Rap Again, Recalls Years At Aftermath », sur HipHopDX,‎ (consulté le 11 novembre 2015).
  15. (en) Paul Meara, « King T Disses Coolio Regarding Tupac Fight Story », sur HipHopDX,‎ (consulté le 11 novembre 2015).
  16. (en) « King Tee's Daughter Funeralized Today », sur AllHipHop,‎ (consulté le 12 janvier 2013).