Kincardineshire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’Écosse image illustrant l’administration territoriale
Cet article est une ébauche concernant l’Écosse et l’administration territoriale.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Localisation du Kincardineshire sur une carte de l'Écosse.

Le Kincardineshire était un comté d'Écosse jusqu'en 1975 et une région de lieutenance. Sa capitale la plus récente était Stonehaven.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Kincardine apparaît dans les documents d'époque sous différentes formes : « Kincardin, Kyncardyn, Kyncardyn in Miernes, Kincardin in Miernes, Kyncardyn en Mernes ». Ne pas confondre avec « Kyncardyn en Nele » qui correspond à Kincardine O'Neil (en)[N 1].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'existence de ce comté est attestée depuis le XIIIe siècle. Il doit son nom au château médiéval de Kincardine[1] construit pendant le règne d'Alexandre II d'Écosse[2] et au bourg qui en dépendait[N 2]. Les comtés du royaume d'Écosse à cette période étaient administrés par des shérifs et trouvent leurs origines dans les anciens thanedoms (en). On parle alors de sheriffdom (en), littéralement « le domaine du Shérif », chargé de collecter l'impôt pour le royaume[3]. Ces sheriffdoms sont attestés depuis le XIIe siècle mais celui de Kincardine n'est avéré qu'au siècle suivant[N 3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. On trouve parfois la graphie « Kingcardin » y compris dans des chartes en latin mais elle ne semble pas être associée avec le comté.
  2. « Kincardine in Mearns », paroisse de Fordoun (en). cf. Kinnear 1921, p. 1-2, 63, 83.
  3. La construction du château datant du début du XIIIe siècle, c. 1222. La première mention officielle semble être 1260[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Kinnear 1921, p. 1-2
  2. Royal Commission on the ancient and historical monuments of Scotland, « Kincardine castle », sur www.rcahms.gov.uk (consulté le 29 janvier 2014)
  3. (en) David Carpenter, « Scottish royal government in the thirteenth century from an english perspective », dans Matthew Hammond, New Perspectives on Medieval Scotland, 1093-1286, Boydell & Brewer Ltd, , 272 p. (ISBN 978-1-8438--38531, lire en ligne), p. 118
  4. Carpenter 2013, p. 135