Kimchi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le kimjang, préparation et partage du kimchi en République de Corée *
Image illustrative de l’article Kimchi
Préparation de kimchi.
Pays * Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud
Liste Liste représentative
Année d’inscription 2013
* Descriptif officiel UNESCO

La tradition de la préparation du kimchi dans la République populaire démocratique de Corée *
Pays * Drapeau de la Corée du Nord Corée du Nord
Liste Liste représentative
Année d’inscription 2015
* Descriptif officiel UNESCO

Le kimchi (hangeul : 김치 ; hanja : archaïque ; romanisation révisée : gimchi) est un mets traditionnel coréen composé de piments et de légumes lacto-fermentés, c'est-à-dire trempés dans de la saumure pendant plusieurs semaines jusqu'au développement d'une acidité. Un des plus connus en Europe est celui à base de chou chinois (alors appelé baechu gimchi en coréen : 배추김치 ; hanja : 白菜沈菜).

Il y a des centaines de variétés de kimchi fait à partir de différents légumes en tant que principaux ingrédients[1],[2]. Traditionnellement, le kimchi était stocké dans le sol dans de grandes faïences afin que le kimchi ne gèle pas pendant les mois d’hiver. C’était la principale façon de stocker des légumes au fil des saisons. En été le dispositif de stockage enterré gardait le kimchi assez froid pour ralentir le processus de fermentation[3]. À l’époque actuelle, les réfrigérateurs de kimchi sont plus généralement utilisés pour stocker le kimchi.

Étymologie[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

À l'origine, le mot kimchi signifiait « légume » (du chinois :  ; pinyin : cài) « submergé » (du chinois :  ; pinyin : shěn)[4]. Il s'agit d'un des aliments de base en Corée, accompagnant souvent les plats de ce pays, notamment sous forme de banchan.

Le nom kimchi vient à la base de chimchae qui signifie légumes imprégné. chim signifie imprégné et chae légumes. ce n'est que plus tard que le nom kimchi a été adopté.

Ji

Le terme ji (지), qui tire son origine du coréen archaïque dihi (디히), est utilisé pour faire référence au kimchi depuis l’antiquité[5]. Le changement phonétique peut être à peu près décrit de la façon suivante [6] :

  • dihi (디히) > di (디) > ji (지)

La forme dihi du Moyen coréen figure dans de nombreux livres de la période Joseon (1392-1897)[7],[8]. En coréen moderne, le mot subsiste en tant que suffixe -ji dans la langue standard (comme dans jjanji, seokbak-ji),[9],[10] et en tant que suffixe -ji ainsi qu’en tant que nom dans les dialectes Gyeongsang et Jeolla[10]. La forme in-palatalisée de di est conservé dans le dialecte P’yŏngan[9].

Kimchi

Kimchi (김치) est le mot utilisé dans les langues standards de Corée du Nord et du Sud. Parmi les anciennes formes du mot il y a timchɑi (팀), transcription en Moyen coréen du mot Sino-Coréen 沈菜 (littéralement « légume immergé »). Le mot Timchai apparaît dans la traduction coréenne du 16ème siècle Sohak Eonhae[11] du livre chinois Xiaoxue (en coréen, Sohak)[12]. Les changements phonétiques du Moyen Coréen au coréen moderne concernant le mot Kimchi peuvent être décrit de la façon suivante[13] :

  • timchɑi (팀; 沈菜) > dimchɑi (딤) > jimchɑi (짐) > jimchui (짐츼) > gimchi (김치)

La première consonne aspirée de timchai est devenue non aspirée dans dimchai, puis a subi une palatalisation dans jimchai. Le mot est ensuite devenu jimchui avec la perte de la voyelle a (아) dans la langue coréenne, puis Kimchi, avec la consonne dépalatalisée du mot initial.

En coréen moderne, les caractères hanja 沈菜 se prononce chimchae (침채), et ne s’utilise pas désigner le kimchi, ou quoi que ce soit d’autre. Le mot Kimchi n’est pas considéré comme un mot Sino-coréen[13]. des formes plus anciennes du mot sont conservées dans beaucoup de dialectes régionaux : jimchae (dialectes Jeolla,  Hamgyŏng )[9], jimchi (dialectes Chungcheong, Gangwon, Gyeonggi, Gyeongsang, Hamgyŏng, Jeolla)[9], and dimchi (dialecte P'yŏngan)[9].

Le mot anglais « Kimchi » est peut-être issu de kimch’i, la romanisation McCune Reischauer du mot coréen Kimchi (김치).


Histoire[modifier | modifier le code]

L’origine du kimchi remonte au moins au début de la période des Trois Royaumes de Corée (37 av. J.-C. – 7 apr. J.-C.)[14]. Les aliments fermentés étaient facilement accessibles, comme le texte historique chinois Chroniques des Trois Royaumes publié en 289 av. J.-C. le mentionne : « le peuple Goguryeo [renvoyant au peuple coréen] est doué pour faire de la nourriture fermentée telle que le vin, la pâte de soja, et le poisson salé et fermenté » dans la partie Dongyi dans le livre des Wei.[15],[16] La chronique historique des Trois Royaumes de Corée Samguk Sagi, mentionne également les faïences utilisées pour fermenter les légumes, ce qui montre que les légumes fermentés étaient couramment consommés à cette époque[15],[17]. Pendant la dynastie de Silla (57 av. J.-C. – 935 apr. J.-C.), le kimchi est devenu très répandu comme le bouddhisme s’est diffusé dans tout le pays et a promu un style de vie végétarien[18].

Le marinage des légumes était une méthode idéale, précédent les réfrigérateurs, qui permettait de préserver la durée de vie des aliments. En Corée, le Kimchi était fabriqué pendant l’hiver par la fermentation des légumes, et en les enfouissant dans le sol dans des pots en céramique marron traditionnels appelés onggi. Ce travail a également permis la création de liens entre les femmes au sein de la famille[18]. Un poème sur le radis coréen, écrit par Yi Gyubo à 13ème siècle, montre que le kimchi au radis était monnaie courante au sein du royaume de Goryeo (918-1392)[2],[19],[20].


Les tranches de radis marinées font un bon plat d’accompagnement d’été,

Le radis préservé dans le sel est un accompagnement d’hiver du début à la fin.

Les racines dans la terre sont plus grosses chaque jour,

La moisson après le givre, une tranche coupée par un couteau à le goût de poire.

— Yi Gyubo, Dongguk isanggukjip (traduit par Michael J. Pettid, in Korean cuisine: An Illustrated History)


Le Kimchi est un incontournable de la culture coréenne, mais les versions historiques n’étaient pas un plat épicé[21]. Les premières archives ne mentionnent ni ail ni piment[22]. Les piments, maintenant devenue un ingrédient standard du kimchi, étaient inconnus en Corée jusqu’au début de dix-septième siècle étant devenus alors une culture du Nouveau Monde. Les piments, provenant à l’origine des Amériques, ont été apportés en Asie de l’Est par les marchands portugais[22],[23],[24]. La première allusion au piment se trouve dans l’encyclopédie Jibong yuseol publiée en 1614[15],[25]. Le livre du 17ème -18ème siècle sur la gestion de la ferme parle de kimchi avec du piment[15],[26]. Cependant, ce n’est qu’au 19ème siècle que l’utilisation de piment s’est généralisée[27]. Les recettes du début du 19ème siècle sont très proches du kimchi actuel[28],[29].

Le livre Jeungbo sallim gyeongje de 1766 rapporte les variétés de kimchi faites avec d’innombrable ingrédients, notamment le chonggak-kimchi (kimchi fait avec du radis Chonggak), le oi-sobagi (avec du concombre), le seokbak-ji (avec du jogi jeot), et le dongchimi[15],[30]. Néanmoins, le chou chinois n’est arrivé en Corée qu’à la fin du 19ème siècle[27], et le kimchi composé de chou similaire à sa forme actuelle est décrit dans le livre de cuisine Siuijeonseo publié à l’époque[31].

Le Kimchi est un plat national aussi bien en Corée du Nord et du Sud. Pendant l’implication de la Corée du Sud dans la guerre du Vietnam, son gouvernement a demandé aux Etats-Unis de garantir que les soldats sud-coréens, ayant apparemment « désespérément » besoin de nourriture, pourraient en obtenir sur le champ de bataille[32]. Le président sud-coréen Park Chung-hee a dit au président américain Lyndon B. Johnson que le kimchi était « indispensable au moral des soldats coréens ». Le kimchi fut aussi envoyé dans l’espace à bord du Soyuz TMA-12 avec un astronaute sud-coréen Yi So-yeon après des travaux de recherche de plusieurs millions de dollars pour tuer les bactéries et diminuer l’odeur sans que cela affecte le goût[32]. Le 22 novembre 2017 un Google doodle a servi à « Célébrer le Kimchi »[33].

Ingrédients[modifier | modifier le code]

Les ingrédients basiques du kimchi

Les variétés de Kimchi sont déterminées par les principaux légumes et le mélange d’assaisonnement utilisés pour assaisonner le kimchi.

Des légumes[modifier | modifier le code]

Il existe de nombreux types de Kimchi, mais sa version la plus célèbre est le Kimchi au chou[34]. Pour de nombreuses familles, ce repas piquant et souvent épicé est une source de fierté et rappelle le goût d'un bon foyer[34]. Les choux (choux napa, bomdong, choux pommés) et les radis (radis coréens, radis en queue de cheval, radis gegeol, radis yeolmu) sont les légumes kimchi les plus couramment utilisés[3]. Les autres légumes kimchi incluent: aster, racines de fleurs ballon, racines de bardane, céleri, chamnamul (en), coriandre, cresson, feuilles de marguerite en couronne, concombre, aubergine, ciboule de Chine, gousses d'ail, arbre à l'angélique de Corée, persil coréen, coriandre, racines de lotus, feuilles de moutarde, oignons, feuilles de perilla, pousses de bambou, charançons de Momordica, citrouilles, feuilles de colza, oignons verts, pousses de soja, épinards, betteraves à sucre, ceps de patates douces et tomates[35].

Assaisonnements[modifier | modifier le code]

Le sel de saumure (dont le grain est plus gros que le sel de cuisine) est principalement utilisé pour le salage initial des légumes kimchi. Étant peu transformé, il contribue au développement des arômes dans les aliments fermentés[36].

Les assaisonnements couramment utilisés comprennent le gochugaru (poudre de chili), les oignons verts, l'ail, le gingembre et le jeotgal (fruits de mer salés)[3]. Le jeotgal peut être remplacé par des fruits de mer crus dans les régions plus froides du nord de la péninsule coréenne[35]. S'il est utilisé, le saeu-jeot (crevette salée) plus doux est préférable et la quantité de jeotgal est également réduite dans les régions du Nord et du Centre[35]. En Corée du Sud, en revanche, on utilise couramment une quantité généreuse de myeolchi-jeot (anchois salés) et de galchi-jeot (poisson-sabre salé)[35]. Des fruits de mer crus ou daegu-agami-jeot (branchies de morue salée) sont utilisés sur les zones de la côte est[35].

Du sel, des oignons verts, de l'ail, de la sauce de poisson et du sucre sont couramment ajoutés pour parfumer le kimchi[37].

Les micro organismes présents dans le kimchi[modifier | modifier le code]

Parmi les microorganisme présents dans le kimchi il y a : Bacillus mycoides, B. pseudomycoides, B. subtilis, Lactobacillus brevis, Lb. curvatus, Lb. kimchii, Lb. parabrevis, Lb. pentosus, Lb. plantarum, Lb. sakei, Lb. spicheri, Lactococcus carnosum, Lc. gelidum, Lc. lactis, Leuconostoc carnosum, Ln. citreum, Ln. gasicomitatum, Ln. gelidum, Ln. holzapfelii, Ln. inhae, Ln. kimchii, Ln. lactis, Ln. mesenteroides, Serratia marcescens, Weissella cibaria, W. confusa, W. kandleri, W. kimchii. W. koreensis, and W. soli[38],[39],[40],[41],[42],[43],[44],[45].

La fermentation du kimchi

Ces micro organismes se trouvent dans le kimchi en raison de la microflore naturelle obtenus en utilisant des produits alimentaires non stérilisés lors de la production du kimchi[46],[47]. Le fait de pré salé les matières premières inhibe le pathogène et les bactéries en putréfaction présents dans la microflore, permettant aux bactéries d’acide lactique (BAL) de se développer et de devenir le micro organisme dominant[46],[48]. Le nombre de ces micro organismes anaérobiques augmente progressivement pendant les étapes intermédiaires de fermentation, il faut de préférence les conserver à basse température autour de 10°C, à un pH de 4,2-4, et les garder en présence de NaCl[46]. Puisque les légumes crucifères crus sont eux-mêmes source de BAL nécessaires à la fermentation, aucune culture de départ n’est requise dans la production du Kimchi ; à la place, une « fermentation spontanée » se produit[49]. La population totale de micro organismes présents au début du processus détermine l’issue de la fermentation, provoquant alors un résultat final très variable en qualité et en goût[46]. Actuellement, il n’y a aucune méthode recommandée pour contrôler la flore microbienne pendant la fermentation afin de d’anticiper le produit final[49].

Sous-produits du métabolisme des micro-organismes[modifier | modifier le code]

Gat kimchi

Les bactéries LAB produisent de l'acide lactique, du peroxyde d'hydrogène et du dioxyde de carbone au cours de la digestion. L'acide lactique fait rapidement baisser le pH, créant un environnement acide inhabitable pour la plupart des autres micro-organismes ayant survécu au salage[47]. Cela modifie également le goût des autres ingrédients et peut augmenter la valeur nutritive, car la population microbienne dans le processus de fermentation peut synthétiser les vitamines B et hydrolyser la cellulose dans les tissus végétaux afin de libérer des nutriments normalement indisponibles par le tractus gastro-intestinal humain[47]. Le peroxyde d'hydrogène est formé par l'oxydation du nicotinamide adénine dinucléotide réduit (NADH), il fournit un antibiotique pour inhiber certains micro-organismes indésirables[47]. Le dioxyde de carbone agit en tant que conservateur, évacuant l'oxygène pour créer un environnement anaérobie et créant la carbonatation souhaitée dans le produit final[47].

Variétés[modifier | modifier le code]

Baechu gimchi, une des nombreuses sortes de kimchi.
Des kimchi au milieu d'autres banchan, petits plats d'accompagnement des repas coréens traditionnels.
Jarres utilisées pour préparer les kimchi.

Les ingrédients les plus courants du kimchi sont le chou chinois, les carottes, les radis comme le radis blanc, l'ail, le piment rouge, l'oignon blanc frais, les crevettes fermentées ou autres fruits de mer, le gingembre, le sel et le sucre. Alors que l'on associe généralement le kimchi au chou chinois fermenté avec un mélange de piment rouge, d'ail, de gingembre, et de sauce de poisson salée (paech'u kimch'i), il existe différents types de kimchi, dont plusieurs variétés régionales ou saisonnières. On trouve par exemple le kaktugi, à base de radis, et l'oisobagi, à base de concombre farci. Le kaennip se compose de couches de feuilles de perilla marinées dans un mélange de sauce de soja, de piments, d'ail, d'oignons verts et d'autres épices.

Le baechu kimchi (kimchi de chou chinois), qui est la variété de kimchi la plus répandue aujourd'hui, est en fait relativement récent. Les piments rouges ont été introduits en Corée par les Japonais au début du XVIIe siècle et leur utilisation dans les kimchi n'est devenue populaire que deux siècles plus tard. Le chou chinois n'a sans doute pas été introduit en Corée avant le XIXe siècle ; auparavant, le kimchi devait être fabriqué à partir de légumes autochtones.

Le kimchi peut être préparé avec du chou occidental s'il n'est pas possible de se procurer de chou chinois. En Corée, le kimchi est un accompagnement populaire, mais il est aussi souvent utilisé comme un ingrédient culinaire, par exemple dans le kimchi chigae (soupe de kimchi) ou le kimchi bokkumbap (riz frit au kimchi).

Sa fermentation se réalise dans des jarres en terre cuite ensevelies pour certaines dans la terre, et peut durer plusieurs mois, voire plusieurs années.


Le Kimchi est l’un des plats les plus importants dans la cuisine coréenne. « Kimchi » est la terminologie coréenne pour légumes fermentés, et englobe les légumes salés et assaisonnés[34]. Le Kimchi est un plat traditionnel coréen composé de légumes marinés, qui est le plus souvent servi en tant que plat d’accompagnement à chaque repas, mais il peut aussi être servi en tant que plat principal[50]. Le Kimchi est généralement reconnu comme un plat de chou fermenté et épicé[18].

Les variations sont illimitées, comme les coréens « peuvent faire du kimchi avec tout ce qui comestible, un concept qui élargit les possibilités… »[51]. Le nombre de variétés continue d’augmenter, et le goût peut varier d’une région et d’une saison à l’autre[52]. Traditionnellement, le secret de la préparation du kimchi se passait de mère en fille dans l’espoir que cette dernière devienne une épouse convenable pour son mari[53]. Cependant, avec les avancées technologiques actuelles et l’augmentation de l’utilisation des réseaux sociaux, beaucoup de personnes dans le monde entier ont maintenant accès aux recettes de kimchi. C’est très nutritif et propose des repas fortement aromatisés et épicés à beaucoup de classes de la population, également le kimchi illustre la culture coréenne[53].

Le kimchi peut être classé selon les principaux ingrédients, les régions et les saisons. La différence de température entre la Corée du Nord et la Corée du Sud est considérable[54]. Il y a plus de 180 variétés reconnues de kimchi[55]. Les variétés de kimchi les plus courantes sont :

·       baechu-kimchi (배추김치), kimchi de chou chinois épicé, fait à partir de feuilles de chou entières.

·       Baechu-geotjeori (배추겉절이), kimchi au chou chinois non-fermenté.

·       Bossam-kimchi (보쌈김치), kimchi enroulé.

·       Baek-kimchi (백김치), kimchi blanc, fait sans piment.

·       Dongchimi (동치미), kimchi aqueux non-épicé.

·       Nabak-kimchi (나박김치), kimchi aqueux légèrement épicé.

·       Chonggak-kimchi (총각김치), kimchi aux jeunes radis blancs coréens, épicé et populaire.

·       Kkakdugi (깍두기), kimchi aux radis coréen coupés en cube très odorant.

·       Oi-sobagi  (오이소박이), kimchi aux concombres qui peuvent être farcis de fruits de mer et de pâte de piment. C’est un choix populaire au printemps et en été.

·       Pa-kimchi (파김치), kimchi épicé à l’oignon vert.

·       Yeolmu-kimchi (열무김치), fait de jeunes radis d’été (yeolmu) et qui n’est pas nécessairement fermenté. Kimchi également populaire au printemps et en été.

·       Gat-kimchi (갓김치), fait à partir de moutarde chinoise.

Le kimchi de Corée du Nord est généralement moins salée et pimenté et ne contient habituellement pas de fruits de mer en assaisonnement. Le kimchi du Nord a souvent une consistance aqueuse.

Le Kimchi de Corée du Sud, comme le Jeolla-do et le Gyeongsang-do, contient du sel, du piment et du myeolchijeot (멸치젓, anchois saumurés laissés à fermenter) ou du saeujeot (새우젓, crevettes saumurées laissées à fermenter), myeolchiaekjeot (멸치액젓), kkanariaekjeot (까나리액젓), de l’anchois salé liquide, similaires aux sauces de poissons utilisées en Asie du Sud-Est, mais plus épaisses.

Le Saeujeot (새우젓) ou myeolchijeot n’est pas ajouté au mélange d’assaisonnement épicé, mais est d’abord mijoté pour réduire les odeurs, éliminer la saveur tannique et les matières grasses, puis est mélangé à un épaississant fait à partir de riz ou d’amidon de blé (풀). Cette technique tombe en désuétude ces 40 dernières années.

Couleur[modifier | modifier le code]

Kimchi blanc

Les Kimchi blanc ne sont ni de couleur rouge ni épicés. Cela inclut le kimchi au chou chinois blanc et d’autres variétés tel que le kimchi au radis blanc (dongchimi). Les variétés de kimchi blanc aqueux sont parfois utilisées en tant qu’ingrédient dans de nombreux plats comme les nouilles froides dans la saumure du dongchimi (dongchimi-guksu).

Age[modifier | modifier le code]

  • Geotjeori (겉절이) kimchi frais et non-fermenté.
  • Mugeun-ji (묵은지), aussi connu sous le nom de mugeun-kimchi (묵은김치), kimchi âgé.

Region[modifier | modifier le code]

Cette classification régionale remonte aux années 1960 et contient de nombreux faits historiques, mais les tendances actuelles en matière de fabrication de kimchi en Corée sont généralement différentes de celles mentionnées ci-dessous[54].

- Pyongan-do (Corée du Nord, en dehors de Pyongyang): Les ingrédients non traditionnels ont été adaptés dans les zones rurales en raison de graves pénuries alimentaires.

- Hamgyeong-do (nord-est supérieur): En raison de sa proximité avec l'océan, les habitants de cette région utilisent du poisson frais et des huîtres pour assaisonner leurs kimchi.

- Hwanghae-do (Midwest): Le goût du kimchi à Hwanghae-do n'est pas fade mais pas extrêmement épicé non plus. La plupart des kimchi de cette région ont moins de couleur, car les flocons de piment rouge ne sont pas utilisés. Le kimchi typique du Hwanghae-do s'appelle hobakji. Il est fait avec de la citrouille (bundi).

- Gyeonggi-do (Bas-Midwest de Hwanghae-do).

- Chungcheong-do (entre le Gyeonggi-do et le Jeolla-do): au lieu d'utiliser du poisson fermenté, les habitants de la région comptent sur le sel et la fermentation pour produire du kimchi savoureux. Chungcheong-do détient la plupart des variétés de kimchi.

- Gangwon-do (Corée du Sud) / Kangwon-do (Corée du Nord) (Moyen-Orient): dans le Gangwon-do, le kimchi est stocké pendant de plus longues périodes. Contrairement aux autres régions côtières coréennes, le kimchi de cette région ne contient pas beaucoup de poisson salé.

- Jeolla-do (Bas Sud-Ouest): du maigre jaune salée et du poisson-papillon salé sont utilisés dans cette région pour créer différents assaisonnements pour le kimchi.

- Gyeongsang-do (Bas Sud-Est): La cuisine de cette région est plus salée et plus épicée. Les composants d'assaisonnement les plus courants comprennent le myeolchijeot, qui produit une saveur salée.

- Pays étrangers: dans certaines parties du monde, les gens font parfois du kimchi avec du chou occidental et de nombreux autres ingrédients alternatifs tels que le brocoli[56],[57].

Saison[modifier | modifier le code]

Kimchi buchimgae, des savoureux pancakes coréens avec du kimchi

Différents types de kimchi étaient traditionnellement fabriqués à différentes périodes de l’année, en fonction du moment où les légumes étaient de saison et pour tirer parti des saisons chaudes et froides pour une meilleure réfrigération. Bien que l'avènement de la réfrigération moderne - y compris les réfrigérateurs à kimchi spécialement conçus avec des contrôles précis pour maintenir différentes variétés de kimchi à des températures optimales à différents stades de fermentation - ait rendu cette saisonnalité inutile, les Coréens continuent à consommer du kimchi selon les préférences saisonnières traditionnelles[58].

Printemps[modifier | modifier le code]

Après une longue période de consommation de gimjang kimchi (김치) en hiver, des herbes potagères et des légumes frais ont été utilisés pour la fabrication du kimchi. Ces sortes de kimchi n'ont pas été fermentées ni même conservées pendant de longues périodes, mais ont été consommées fraîches.

Eté[modifier | modifier le code]

Yeolmukimchi

Les radis Yeolmu et les concombres sont des légumes d’été transformés en kimchi, yeolmu-kimchi (김치), qui se mange en plusieurs bouchées. On peut ajouter du poisson saumuré ou des crustacés, et on utilise souvent des piments séchés fraîchement moulus.

L'automne[modifier | modifier le code]

Le Baechu kimchi est préparé en insérant de la farce mélangée, appelé sok (littéralement à l'intérieur), entre des couches de feuilles salées de chou Napa entier non coupé. Les ingrédients de sok peuvent varier en fonction des régions et des conditions météorologiques. En règle générale, le baechu kimchi avait une saveur fortement salée jusqu'à la fin des années 1960, avant laquelle une grande quantité de myeolchijeot ou de saeujeot avait été utilisée.

Baechu kimchi

Le Kimchi Gogumasoon est fabriqué à partir de tiges de patate douce.

L'hiver[modifier | modifier le code]

Traditionnellement, les plus grandes variétés de kimchi étaient disponibles en hiver. En prévision des longs mois d’hiver, de nombreux types de kimjang kimchi ont été préparés au début de l’hiver et stockés dans le sol dans de grands pots à kimchi. Aujourd'hui, de nombreux citadins utilisent des réfrigérateurs modernes à kimchi, offrant des contrôles de température précis pour stocker le kimchi. Novembre et décembre sont traditionnellement les mois où les gens commencent à faire du kimchi; les femmes se rassemblent souvent chez elles pour aider à la préparation du kimchi d'hiver[59]. Le "baechu kimchi" est composé de baechu salé, rempli de fines lanières de radis, persil, pignons de pin, poires, châtaignes, poivron rouge râpé, lichen de manne (coréen: 버섯; RR: seogi beoseot), d'ail et de gingembre.

La préférence des coréens[modifier | modifier le code]

Kimchi dongchimi

Un livre de 2004 sur la préservation des légumes indiquait que la préparation du kimchi dans les ménages coréens, du type de kimchi le mieux préparé aux types de kimchi les moins préparés, était : baechu kimchi, étant le type de kimchi le mieux préparé, puis le kaktugi, puis le dongchimi et le chonggak Kimchi. Le livre indique que le baechu kimchi comprend plus de 70% des kimchi et des radis kimchi commercialisés comprend environ 20% des kimchi commercialisés[60].

Nutrition et santé[modifier | modifier le code]

Les lactobacilles étant très impliqués dans la fermentation du kimchi, il en résulte une concentration en acide lactique supérieure à celle du yaourt. En Asie de l'Est, le faible nombre de cas de SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) en Corée est parfois attribué à l'habitude coréenne de consommer de grandes quantités de kimchi, bien qu'aucun lien entre cette consommation et une résistance au SRAS n'ait été scientifiquement établi. En Corée, le kimchi est réputé bénéfique pour la santé, les brassicacées sont considérées bonnes pour la prévention du cancer[61].

Selon un article paru en 2003 dans le Los Angeles Times, les Sud-Coréens consomment 18 kg de kimchi par personne et par an[62]. Un livre de 2015 citait une source de 2011 qui affirmait que les Coréens adultes mangeaient de 50 grammes (0,11 lb) à 200 grammes (0,44 lb) de kimchi par jour[63].

Certains Coréens pensent que le kimchi les aide à faire face à leur vie au rythme effréné[32]. Le Kimchi est composé de divers légumes et contient une forte concentration de fibres alimentaires[64],[65], tout en étant pauvre en calories. Une portion fournit également plus de 50% de la quantité quotidienne recommandée de vitamine C et de carotène. La plupart des types de kimchi contiennent des oignons, de l'ail, du gingembre et des piments chili, qui sont tous salutaires. Les légumes utilisés dans le kimchi contribuent également à l'apport en vitamine A, en thiamine (B1), en riboflavine (B2), en calcium et en fer[66],[66] et contiennent des bactéries lactiques, parmi lesquelles l'espèce typique Lactobacillus kimchii[67],[39],[68].

Lors de l’épidémie de SRAS en Asie en 2003, de nombreuses personnes pensaient que le kimchi pouvait protéger contre l’infection. Bien qu'aucune preuve scientifique ne corrobore cette conviction, les ventes de kimchi ont augmenté de 40%[69],[62].

Production[modifier | modifier le code]

La Corée du Sud consomme 1,85 million de tonnes de kimchi par an. Il en importe une fraction importante, principalement de Chine, et il enregistre un déficit commercial de 47,3 millions de dollars de kimchi[70].

Processus de fabrication[modifier | modifier le code]

La première étape dans la fabrication d'un kimchi consiste à couper le chou ou le daikon en morceaux plus petits et uniformes pour augmenter la surface[71]. Les morceaux sont ensuite recouverts de sel pour les conserver, et pour en extraire l’eau afin de réduire l’activité de ses molécules. Cela inhibe la croissance des micro-organismes indésirables en limitant l’eau disponible pour la croissance et la digestion[71]. L'étape de salage peut utiliser 5 à 7% de salinité pendant 12 heures ou 15% de 3 à 7 heures[47]. L'excès d'eau est ensuite évacué et les assaisonnements sont ajoutés[71]. Le sucre, qui est parfois ajouté, a également pour effet d’absorber l'eau restante. Enfin, les légumes en saumure sont placés dans des bocaux hermétiques et reposent pendant 24 à 48 heures à température ambiante[71]. La concentration de sel idéale pendant le processus de fermentation est d'environ 3%[47]. Étant donné que le processus de fermentation aboutit à la production de dioxyde de carbone, le pot doit être ouvert quotidiennement pour libérer le gaz[71].

Réglementation alimentaire[modifier | modifier le code]

L’agence Canadienne d’inspection des aliments a une réglementation pour la production commerciale du kimchi. Le produit final doit avoir un pH compris entre 4,2 et 4,5[72]. Tout ingrédient à faible acidité avec un pH supérieur à 4,6, notamment le radis blanc et le chou chinois, ne doit pas être laissé dans des conditions qui favorisent le développement de micro-organismes indésirables et nécessite une illustration de la démarche visant à garantir sa disponibilité si nécessaire[72]. Cette conception procédurale devrait comporter des étapes pour maintenir la stérilité du matériel et des produits utilisés, et les détails de tous les processus de stérilisation[72].

Histoire récente[modifier | modifier le code]

Le conflit du kimchi japonais de 1996[modifier | modifier le code]

Kimchi au Japon

En 1996, la Corée a protesté contre la production commerciale japonaise de kimchi, affirmant que le produit fabriqué au Japon (kimuchi) était différent du kimchi (en particulier, le kimuchi japonais n'était pas fermenté, il était donc salé comme du chou doux). La Corée a fait pression pour que le Codex Alimentarius, une organisation associée à l'Organisation mondiale de la santé, définisse des normes pour la préparation des aliments à des fins commerciales internationales[62],[73]. En 2001, le Codex Alimentarius a publié une norme définissant le kimchi comme "un aliment fermenté qui utilise des choux napa salés comme ingrédient principal mélangé à des assaisonnements et qui passe par un processus de production d'acide lactique à basse température", mais qui ne spécifie aucun minimum de fermentation et qui n’interdit pas l’utilisation d’additifs[74].

Visites de la patrie de 1998 à 2007[modifier | modifier le code]

La Corée du Sud a mis au point des programmes permettant aux enfants coréens adoptés devenus adultes de revenir en Corée du Sud et d’apprendre ce que signifie être coréen. L'un de ces programmes était d'apprendre à faire du kimchi[75].

Crise des prix des ingrédients du kimchi en 2010[modifier | modifier le code]

En raison des fortes pluies raccourcissant la période de récolte du chou et des autres ingrédients principaux du kimchi en 2010, le prix des ingrédients du kimchi et du kimchi lui-même a augmenté considérablement. Les journaux coréens et internationaux ont décrit la hausse des prix comme une crise nationale[76]. Certains restaurants ont cessé d'offrir le kimchi comme plat d'accompagnement gratuit, ce que le New York Times a comparé à un restaurant de hamburgers américain qui n'offre plus de ketchup gratuit[59]. En réponse à la crise des prix du kimchi, le gouvernement sud-coréen a annoncé la réduction temporaire des droits de douane sur les choux importés, afin de coïncider avec la saison du Kimjang[77].

2012 : interdiction effective des exportations de kimchi coréen vers la Chine[modifier | modifier le code]

Depuis 2012, le gouvernement chinois a effectivement interdit les exportations coréennes de kimchi en Chine par le biais de réglementations gouvernementales. Ignorant les normes du kimchi définies par le Codex Alimentarius, la Chine a défini le kimchi comme un dérivé de l'une de ses propres cuisines, appelée pao cai[78]. Toutefois, en raison de techniques de préparation sensiblement différentes de celles du pao cai, le processus de fermentation du kimchi est sensiblement supérieur à celui des bactéries lactiques, ce qui dépasse les normes de la Chine[79]. Depuis 2012, les exportations commerciales de kimchi coréen vers la Chine ont atteint zéro, les seules quantités mineures d'exportations comptabilisées pour le kimchi coréen sont des manifestations organisées en Chine[78].

Patrimoine culturel immatériel de l'humanité[modifier | modifier le code]

Des articles liés au kimchi ont été inscrits sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité de l'UNESCO par la Corée du Sud et par la Corée du Nord. Cela fait du kimchi le deuxième patrimoine immatériel soumis par deux pays différents, l’autre étant la chanson folklorique "Arirang" qui a également été soumise par les deux Corée[80].

Proposé par la Corée du Sud (inscrit en 2013)[modifier | modifier le code]

Le Kimjang, la tradition de fabrication et de partage du kimchi qui a généralement lieu à la fin de l'automne, a été ajouté à la liste en tant que "Kimjang, fabrication et partage de kimchi en République de Corée". La pratique du Kimjang réaffirme l'identité coréenne et renforce la coopération familiale. Le Kimjang est également un rappel important pour de nombreux Coréens que les communautés humaines ont besoin de vivre en harmonie avec la nature[81].

Proposé par la Corée du Nord (inscrit en 2015)[modifier | modifier le code]

La fabrication de kimchi nord-coréen a été inscrite sur la liste en décembre 2015[80] en tant que "tradition de la fabrication de kimchi en République populaire démocratique de Corée"[82]. Le kimchi nord-coréen a tendance à être moins épicé et moins rouge que le kimchi sud-coréen[83].

Cours de kimchi 2014 pour les mariées vietnamiennes[modifier | modifier le code]

Un article publié en 2014 dans Tuổi Trẻ indiquait qu'environ 40 épouses vietnamiennes déjà mariées ou sur le point de se marier avec des hommes coréens passaient deux heures dans une classe en 2014 pour fabriquer du kimchi et du kimbap à l'usine Kim & Kim Company dans la zone industrielle de Tân Bình de Ho Chi Minh-Ville. L'événement a été organisé par la société Kim & Kim et le centre d'enseignement de la langue coréenne à Ho Chi Minh-Ville. Le cours est gratuit et a été enseigné à 30 à 35 femmes une fois par mois. Han Ji-sook, directeur du Centre d'enseignement de la langue coréenne à Hô Chi Minh-Ville, a déclaré: "Le Kimchi est important pour les Coréens. Ainsi, tous ceux qui visitent le pays feront l'expérience du kimchi ou de la fabrication de kimchi. Surtout pour les épouses d'hommes coréens , il est important de savoir comment faire du kimchi. "Kim Tae-kon, directrice de la société Kim & Kim, a déclaré: "Toutes ces femmes vietnamiennes qui vont vivre en Corée doivent manger du kimchi tous les jours, trois repas par jour. Je suis heureuse de leur donner l'occasion d'apprendre comment faire du kimchi. "[84]

Boycott en Chine[modifier | modifier le code]

Un article paru en 2017 dans le New York Times indiquait que le sentiment anti-coréen en Chine s'était accru après l'acceptation par la Corée du Sud du déploiement de THAAD en Corée du Sud, les médias chinois gérés par le gouvernement ont encouragé le boycott des produits sud-coréens, et des nationalistes chinois ont fait serment de ne pas manger de kimchi[85].

Économie[modifier | modifier le code]

En 2010, le mauvais temps en Corée du Sud provoque une baisse de la récolte de choux chinois : 150 000 tonnes au lieu de 250 000[86]. En conséquence, le prix du chou a quadruplé, atteignant les 7,30 euros pièce, et provoquant par répercussion une augmentation des prix de tous les fruits et légumes locaux[86]. Le gouvernement a réagi en suspendant les droits de douane sur les choux chinois, et en annonçant l'importation de 100 tonnes de choux et de 50 tonnes de radis en provenance de Chine[86]. Cette annonce a provoqué la hausse du prix du chou en Chine, ainsi que d'autres légumes[87].

Culture[modifier | modifier le code]

Kimchi est également le ouistiti traditionnel des Coréens lorsqu'ils se font prendre en photo[88].

Il existe un musée du kimchi, à Séoul[89].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Italy September-October MMV, « Abstracts of the "Giornate di Coniglicoltura ASIC". Italy 30 September - 1 October 2005 », World Rabbit Science, vol. 14, no SP,‎ (ISSN 1989-8886 et 1257-5011, DOI 10.4995/wrs.2006.538, lire en ligne, consulté le 25 novembre 2019)
  2. a et b Pettid, Michael J., Korean cuisine : an illustrated history, Reaktion Books, (ISBN 978-1-86189-348-2 et 1-86189-348-5, OCLC 132314911, lire en ligne)
  3. a b et c Henry Franklin Tribe, Mara, Wellington (14 August 1916–25 October 2005), Oxford University Press, coll. « American National Biography Online », (lire en ligne)
  4. « Fox-Strangways, Maurice Walter, (23 March 1862–27 May 1938) », dans Who Was Who, Oxford University Press, (lire en ligne)
  5. « Fox-Strangways, Maurice Walter, (23 March 1862–27 May 1938) », dans Who Was Who, Oxford University Press, (lire en ligne)
  6. Kyungpook National University et Giok Hong, « Study on the Lexicon Related to Gimchi -Based on Survey of Ethnic Living Words in 2008- », The Korean Association for Dialectology, no 24,‎ , p. 61–99 (DOI 10.19069/kordialect.2016.24.061, lire en ligne, consulté le 25 novembre 2019)
  7. « Du Fu Lore and Translation Conventions », dans The Poetry of Du Fu, De Gruyter, (ISBN 978-1-5015-0189-0, lire en ligne)
  8. 염재웅, « A Quantity Comparative Study on the Phonetic and Semantic Analysis Relation of Sino-Joseon Korean Words Recorded in EonHae (Korean Character Translated) Books », The Journal of Chinese Cultural Studies, vol. null, no 36,‎ , p. 159–193 (ISSN 1598-8503, DOI 10.18212/cccs.2017..36.007, lire en ligne, consulté le 25 novembre 2019)
  9. a b c d et e Jung-a Park, « A Study on the key Features Analysis of 『National Institute of Korean Language's Korean-Foreign language Learners' Dictionary』 for Korean learners », The Language and Culture, vol. 13, no 2,‎ , p. 75–100 (ISSN 1738-3641, DOI 10.18842/klaces.2017.13.2.4, lire en ligne, consulté le 25 novembre 2019)
  10. a et b Ji Hyun Choi, « Executive Conditions of Flipped Learning in Korean Language Education », Journal of Korean Language Education, vol. null, no 40,‎ , p. 253–281 (ISSN 1227-8823, DOI 10.17313/jkorle.2017..40.253, lire en ligne, consulté le 25 novembre 2019)
  11. 신정엽, « A Study on the Korean Annotations of Sohak in the Joseon Dynasty », Journal of the Institute of Bibliography, vol. null, no 44,‎ , p. 409–448 (ISSN 1225-5246, DOI 10.17258/jib.2009..44.409, lire en ligne, consulté le 25 novembre 2019)
  12. Zhu Yuan et Liu Song, « Identification of Protein Complex Based on Multi-label Learning Algorithm », 2019 Chinese Control Conference (CCC), IEEE,‎ (ISBN 978-988-15639-7-2, DOI 10.23919/chicc.2019.8865513, lire en ligne, consulté le 25 novembre 2019)
  13. a et b Suyeon Jeong et SeungRan Yoo, « Kimchi Packaging Technology : An Overview », KOREAN JOURNAL OF PACKAGING SCIENCE AND TECHNOLOGY, vol. 22, no 3,‎ , p. 41–47 (ISSN 1226-0207, DOI 10.20909/kopast.2016.22.3.41, lire en ligne, consulté le 25 novembre 2019)
  14. Bayor, Ronald H., 1944-, Multicultural America : an encyclopedia of the newest Americans, Greenwood, (ISBN 978-0-313-35787-9, 0-313-35787-0 et 1-283-17285-2, OCLC 751220112, lire en ligne)
  15. a b c d et e Hui, Y. H. (Yiu H.), Handbook of vegetable preservation and processing, M. Dekker, (ISBN 0-8247-4301-6 et 978-0-8247-4301-7, OCLC 52942889, lire en ligne)
  16. 민경욱, « A Textual Criticism on the Chosun Metal Type Edition of Romance of Three Kingdoms(Sanguozhi-TongsuYanyi) », The journal of the research of chinese novels, vol. null, no 42,‎ , p. 213–230 (ISSN 1225-9624, DOI 10.17004/jrcn.2014..42.009, lire en ligne, consulté le 25 novembre 2019)
  17. Yong-Shik Lee, « Reconsideration of Goguryeo Music in Samguk sagi (History of Three Kingdoms) », Tongyang Ŭmak, vol. 45,‎ , p. 39–63 (ISSN 1975-0218, DOI 10.33452/amri.2019.45.39, lire en ligne, consulté le 25 novembre 2019)
  18. a b et c Katsuki Aoki et Thomas Taro Lennerfors, « Whither Japanesekeiretsu? The transformation of verticalkeiretsuin Toyota, Nissan and Honda 1991–2011 », Asia Pacific Business Review, vol. 19, no 1,‎ , p. 70–84 (ISSN 1360-2381 et 1743-792X, DOI 10.1080/13602381.2011.652832, lire en ligne, consulté le 25 novembre 2019)
  19. Juyong Won, « The animal awareness and literary figuration of Lee Gyubo », DONG-BANG KOREAN CHINESE LIEARATURE, vol. null, no 61,‎ , p. 159–188 (ISSN 1226-668X, DOI 10.17293/dbkcls.2014..61.159, lire en ligne, consulté le 25 novembre 2019)
  20. (en) « Fermented Vegetables », dans Food Microbiology, American Society of Microbiology, (ISBN 978-1-55581-626-1, DOI 10.1128/9781555818463.ch33, lire en ligne), p. 841–855
  21. « Funk, Isaac Kaufman, (10 Sept. 1839–4 April 1912), author; President Funk & Wagnalls Company; Editor-in-chief of the various periodicals of Funk & Wagnalls Company; Editor-in-chief of the Funk & Wagnalls Standard Dictionary, new edition revised 1903; Chairman of Editorial Board that produced Jewish Encyclopædia », dans Who Was Who, Oxford University Press, (lire en ligne)
  22. a et b Haeoe Hongbowŏn (Korea),, Guide to Korean culture. (ISBN 978-89-7375-571-4 et 89-7375-571-4, OCLC 882879939, lire en ligne)
  23. A-Ram Jeong, Mi-Jin Jo, Min-Seon Koo et Se-Wook Oh, « Microbiological Contamination of Fresh-Red Pepper and Packaged-Red Pepper Powder in South Korea », Preventive Nutrition and Food Science, vol. 15, no 3,‎ , p. 233–238 (ISSN 2287-1098, DOI 10.3746/jfn.2010.15.3.233, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  24. Marianski, Stanley,, Sauerkraut, kimchi, pickles & relishes : your passport to a healthy and happy life (ISBN 978-0-9836973-2-9 et 0-9836973-2-9, OCLC 825056387, lire en ligne)
  25. Jibong Lim, « Korean Constitutional Court and the Due Process Clause », Litigation in Korea, {{Article}} : paramètre « date » manquant (DOI 10.4337/9781849805179.00013, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  26. 김용옥, « HIstory about ITKC and new hope of our nation », The Journal of Korean Classics, vol. 50, no null,‎ , p. 5–10 (ISSN 1738-4648, DOI 10.15752/itkc.50..201712.5, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  27. a et b « Food and Nationalism: Kimchi and Korean National Identity », The Korean Journal of International Studies,‎ (DOI 10.14731/kjis.2006.12.46.5.207, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  28. « FAMILIES », dans In the Blood, Princeton University Press, (ISBN 978-1-4008-7387-6, lire en ligne), p. 12–45
  29. Park Eun-Jung, « Seasonal Customs in the Later of Joseon Dynasty, and Daily Life -Focused on Sesigi(歲時記)․Sesigisoksi(歲時紀俗詩)- », Journal of East Aisan Cultures, vol. null, no 58,‎ , p. 13–42 (ISSN 2383-6180, DOI 10.16959/jeachy..58.201408.13, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  30. Soon Min Hong, « The Outhouses of the Royal Palaces », dans Everyday Life in Joseon-Era Korea, Global Oriental, (ISBN 978-90-04-26115-0, lire en ligne)
  31. Kim Hyun-Sook, « Characteristics of Modern Physical Education Discourse in the late 19th Century Korea », The Korean Cultural Studies, vol. 27, no null,‎ , p. 115–148 (ISSN 1598-4176, DOI 10.17792/kcs.2014.27..115, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  32. a b et c Kathryn J. Lively, « To Boldly Go Where No Ethnographer has Gone Before », Symbolic Interaction, vol. 35, no 4,‎ , p. 493–496 (ISSN 0195-6086, DOI 10.1002/symb.30, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  33. (en) « Celebrating Kimchi », sur www.google.com (consulté le 26 novembre 2019)
  34. a b et c (en) Dai Ja Jang, Ae Ja Lee, Soon-A Kang et Seung Min Lee, « Does siwonhan-mat represent delicious in Korean foods? », Journal of Ethnic Foods, vol. 3, no 2,‎ , p. 159–162 (DOI 10.1016/j.jef.2016.06.002, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  35. a b c d et e Hyo-Sang Jin, Jong-Bum Kim, Yeong-Ju Yun et Kyung-Ja Lee, « Selection of Kimchi Starters Based on the Microbial Composition of Kimchi and Their Effects », Journal of the Korean Society of Food Science and Nutrition, vol. 37, no 5,‎ , p. 671–675 (ISSN 1226-3311, DOI 10.3746/jkfn.2008.37.5.671, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  36. Sedeer El-Showk, « Shaking up salt-friendly agriculture », Nature Middle East,‎ (ISSN 2042-6046, DOI 10.1038/nmiddleeast.2017.168, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  37. « Colorado State University gives up its wind farm project », Physics Today,‎ (ISSN 1945-0699, DOI 10.1063/pt.5.024968, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  38. Paramithiotis, Spiros., Lactic acid fermentation of fruits and vegetables (ISBN 978-1-4987-2693-1, 1-4987-2693-3 et 978-1-315-35330-2, OCLC 971613661, lire en ligne)
  39. a et b Jung-Sook Lee, Gun-Young Heo, Jun Won Lee et Yun-Jung Oh, « Analysis of kimchi microflora using denaturing gradient gel electrophoresis », International Journal of Food Microbiology, vol. 102, no 2,‎ , p. 143–150 (ISSN 0168-1605, DOI 10.1016/j.ijfoodmicro.2004.12.010, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  40. Jinhee Cho, Dongyun Lee, Changnam Yang et Jongin Jeon, « Microbial population dynamics of kimchi, a fermented cabbage product », FEMS Microbiology Letters, vol. 257, no 2,‎ , p. 262–267 (ISSN 0378-1097 et 1574-6968, DOI 10.1111/j.1574-6968.2006.00186.x, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  41. H CHANG, K KIM, Y NAM et S ROH, « Analysis of yeast and archaeal population dynamics in kimchi using denaturing gradient gel electrophoresis », International Journal of Food Microbiology, vol. 126, nos 1-2,‎ , p. 159–166 (ISSN 0168-1605, DOI 10.1016/j.ijfoodmicro.2008.05.013, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  42. Ji Young Jung, Se Hee Lee, Hyun Mi Jin et Yoonsoo Hahn, « Metatranscriptomic analysis of lactic acid bacterial gene expression during kimchi fermentation », International Journal of Food Microbiology, vol. 163, nos 2-3,‎ , p. 171–179 (ISSN 0168-1605, DOI 10.1016/j.ijfoodmicro.2013.02.022, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  43. Sang Hyeon Jeong, Se Hee Lee, Ji Young Jung et Eun Jin Choi, « Microbial Succession and Metabolite Changes during Long-Term Storage of Kimchi », Journal of Food Science, vol. 78, no 5,‎ , M763–M769 (ISSN 0022-1147, DOI 10.1111/1750-3841.12095, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  44. Sang Hyeon Jeong, Ji Young Jung, Se Hee Lee et Hyun Mi Jin, « Microbial succession and metabolite changes during fermentation of dongchimi, traditional Korean watery kimchi », International Journal of Food Microbiology, vol. 164, no 1,‎ , p. 46–53 (ISSN 0168-1605, DOI 10.1016/j.ijfoodmicro.2013.03.016, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  45. Yeun Hong, « Comparison of Bacterial Community Changes in Fermenting Kimchi at Two Different Temperatures Using a Denaturing Gradient Gel Electrophoresis Analysis », Journal of Microbiology and Biotechnology, vol. 23, no 1,‎ , p. 76–84 (ISSN 1017-7825 et 1738-8872, DOI 10.4014/jmb.1210.10002, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  46. a b c et d Mo-Eun Lee, Ja-Young Jang, Jong-Hee Lee et Hae-Woong Park, « Starter Cultures for Kimchi Fermentation », Journal of Microbiology and Biotechnology, vol. 25, no 5,‎ , p. 559–568 (ISSN 1017-7825 et 1738-8872, DOI 10.4014/jmb.1501.01019, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  47. a b c d e f et g « Applications of Biotechnology in Traditional Fermented Foods », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant,‎ (DOI 10.17226/1939, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  48. Kun-Young Park, Ji-Kang Jeong, Young-Eun Lee et James W. Daily, « Health Benefits of Kimchi (Korean Fermented Vegetables) as a Probiotic Food », Journal of Medicinal Food, vol. 17, no 1,‎ , p. 6–20 (ISSN 1096-620X et 1557-7600, DOI 10.1089/jmf.2013.3083, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  49. a et b Ji Young Jung, Se Hee Lee, Jeong Myeong Kim et Moon Su Park, « Metagenomic Analysis of Kimchi, a Traditional Korean Fermented Food », Applied and Environmental Microbiology, vol. 77, no 7,‎ , p. 2264–2274 (ISSN 0099-2240 et 1098-5336, DOI 10.1128/aem.02157-10, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  50. Kyung-Koo Han, « The “Kimchi Wars” in Globalizing East Asia », dans Consuming Korean Tradition in Early and Late Modernity, University of Hawai'i Press, (ISBN 978-0-8248-3393-0, lire en ligne), p. 150–166
  51. Saberi, Helen,, Cured, fermented and smoked foods : proceedings of the Oxford Symposium on Food and Cookery 2010 (ISBN 978-1-903018-85-9 et 1-903018-85-4, OCLC 704382758, lire en ligne)
  52. John Collier, « The migration problem. By Jeremiah W. Jenks, Ph. D., LL.D., and W. Jett Lauck, A.B. New York: Funk and Wagnall Company », National Municipal Review, vol. 1, no 2,‎ , p. 326–327 (ISSN 0190-3799 et 1931-0250, DOI 10.1002/ncr.4110010220, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  53. a et b (en) Hae-Kyung Chung, Dayeon Shin, Kyung Rhan Chung et Soe Yeon Choi, « Recovering the royal cuisine in Chosun Dynasty and its esthetics », Journal of Ethnic Foods, vol. 4, no 4,‎ , p. 242–253 (DOI 10.1016/j.jef.2017.12.001, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  54. a et b « NETWATCH: Botany's Wayback Machine », Science, vol. 316, no 5831,‎ , p. 1547d–1547d (ISSN 0036-8075 et 1095-9203, DOI 10.1126/science.316.5831.1547d, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  55. Dipu Bhuyan, Rohit Kr. Chandak, Pankaj Kr. Patel et Sushant Agarwal, « MULTI SYSTEM ATROPHY: REPORT OF TWO CASES », Journal of Evolution of Medical and Dental Sciences, vol. 4, no 75,‎ , p. 13135–13139 (ISSN 2278-4748 et 2278-4802, DOI 10.14260/jemds/2015/1890, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  56. William F. Kenkel, « Traditional Family Ideology and Spousal Roles in Decision Making », Marriage and Family Living, vol. 21, no 4,‎ , p. 334 (ISSN 0885-7059, DOI 10.2307/347105, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  57. « Libri ad Mnemosynen missi December 2010—February 2011 », Mnemosyne, vol. 64, no 3,‎ , p. 533–537 (ISSN 0026-7074 et 1568-525X, DOI 10.1163/156852511x578231, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  58. Ma Ngok, « Political Development in Hong Kong », dans Political Development in Hong Kong, Hong Kong University Press, (ISBN 978-962-209-810-7, lire en ligne), p. 1–14
  59. a et b « CBS News/New York Times New York State Survey Monthly Poll #3, October 2010 », sur ICPSR Data Holdings, (consulté le 26 novembre 2019)
  60. « Handbook of Vegetable Preservation and Processing », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant,‎ (DOI 10.1201/b19252, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  61. « Alimentation et forme physique », sante.canoe.ca.
  62. a b et c Mark L. Fuerst, « Brentuximab Vedotin May Cure Some Hodgkin Lymphoma Patients », Oncology Times, vol. 38, no 17,‎ , p. 1 (ISSN 0276-2234, DOI 10.1097/01.cot.0000499604.44587.fb, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  63. Health Benefits of Fermented Foods and Beverages, CRC Press, (ISBN 978-0-429-16834-5, lire en ligne)
  64. Heart Disease, S. Karger AG, (ISBN 978-3-318-02743-3, lire en ligne)
  65. « September 13–19, 2014 », The Lancet, vol. 384, no 9947,‎ , i (ISSN 0140-6736, DOI 10.1016/s0140-6736(14)61634-2, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  66. a et b Yoshitate Takakura et Jawad Elsayed Ahmad, « Noise distribution of Mueller matrices retrieved with active rotating polarimeters », Applied Optics, vol. 46, no 30,‎ , p. 7354 (ISSN 0003-6935 et 1539-4522, DOI 10.1364/ao.46.007354, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  67. Richard Krishfield, Susumu Honjoa, Takatoshi Takizawa et Kiyoshi Hatakeyama, Ice-ocean environmental buoy program : archived data processing and graphical results from April 1992 through November 1998, Woods Hole Oceanographic Institution, (lire en ligne)
  68. M KIM et J CHUN, « Bacterial community structure in kimchi, a Korean fermented vegetable food, as revealed by 16S rRNA gene analysis », International Journal of Food Microbiology, vol. 103, no 1,‎ , p. 91–96 (ISSN 0168-1605, DOI 10.1016/j.ijfoodmicro.2004.11.030, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  69. « Harding, Andrew William John, (born 14 May 1967), Africa Correspondent, BBC News, since 2009 », dans Who's Who, Oxford University Press, (lire en ligne)
  70. « January Updates: People and Places », Lab Animal, vol. 47, no 1,‎ , p. 19–19 (ISSN 0093-7355 et 1548-4475, DOI 10.1038/laban.1386, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  71. a b c d et e « Managing Food Safety Practices from Farm to Table », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant,‎ (DOI 10.17226/12594, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  72. a b et c Canadian Food Inspection Agency Government of Canada, « Archived - Processed Products Establishment Inspection Manual », sur www.inspection.gc.ca, (consulté le 26 novembre 2019)
  73. Edgar Chambers, Jeehyun Lee, Soonsil Chun et Ashley E. Miller, « Development of a Lexicon for Commercially Available Cabbage (Baechu) Kimchi », Journal of Sensory Studies, vol. 27, no 6,‎ , p. 511–518 (ISSN 0887-8250, DOI 10.1111/joss.12015, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  74. Mariëlle D. Masson-Matthee, « The Codex Alimentarius: Harmonisation Through Standard-Setting », dans The Codex Alimentarius Commission and Its Standards, T.M.C. Asser Press, (ISBN 978-90-6704-256-7, lire en ligne), p. 51–94
  75. Jacob Ki Nielsen, « The Return of the Returnee: A Historicized Reading of Adult Overseas Adoptees “Going Back” in South Korean Cinema », The Review of Korean Studies, vol. 18, no 1,‎ , p. 153–178 (ISSN 1229-0076, DOI 10.25024/review.2015.18.1.007, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  76. « Roy, Andrew Donald, (28 June 1920–11 March 2003), economist », dans Who Was Who, Oxford University Press, (lire en ligne)
  77. H. A. van Nierop, « De October-crisis », De Economist, vol. 79, no 1,‎ , p. 40–52 (ISSN 0013-063X et 1572-9982, DOI 10.1007/bf02204563, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  78. a et b 왕유 et 김형태, « 한국 인터넷 면세점 E-서비스품질, 한류스타 광고모델이 이용객만족도 및 재 사용의도에 미치는 영향: 중국 쇼핑관광객과 중국 유학생을 중심으로 », Journal of Distribution and Management Research, vol. 22, no 3,‎ , p. 33–44 (ISSN 2384-0137, DOI 10.17961/jdmr.22.3.201906.33, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  79. « From Bishop Ullathorne to Cardinal Nina », dans The Letters and Diaries of John Henry Newman, Vol. 29: The Cardinalate: January 1879 to September 1881, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-920059-7, lire en ligne), p. 24–24
  80. a et b Ioan Trifu, « Dealing with a Difficult Past: Japan, South Korea and the UNESCO World Heritage List », dans Cultural Contestation, Springer International Publishing, (ISBN 978-3-319-91913-3, lire en ligne), p. 197–217
  81. Unesco. Division of Cultural Objects and Intangible Heritage. Section of Intangible Cultural Heritage., Basic texts : Convention for the Safeguarding of the Intangible Cultural Heritage., UNESCO Division of Cultural Objects and Intangible Heritage, Section of Intangible Cultural Heritage, Culture Sector, (OCLC 476751025, lire en ligne)
  82. Chaihark Hahm et Sung Ho Kim, Making We the People, Cambridge University Press, (ISBN 978-1-139-08848-0, lire en ligne)
  83. « Local practice forum event: 10 December 2015 », The Pharmaceutical Journal,‎ (ISSN 2053-6186, DOI 10.1211/pj.2015.20200122, lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019)
  84. « Seale, Sir John Henry, (3 March 1921–26 Jan. 2017) », dans Who Was Who, Oxford University Press, (lire en ligne)
  85. « New York Times New York City Poll, April 2004 », sur ICPSR Data Holdings, (consulté le 26 novembre 2019)
  86. a b et c Jan Arnica, « La Corée touchée par la crise du kimchi » , Aujourd'hui la Corée, sur archive.is, 6 octobre 2010.
  87. Sophie Fruitier, « La crise du kimchi coréenne touche la Chine », sur www.aujourdhuilachine.com.
  88. « Why do koreans say “kimchi” when they are taking pictures? », www.kpopnews.org.
  89. « The only Korean museum selected by CNN as one of the world's top 11 food museums, “Museum Kimchikan” », www.lifeinkorea.com.