Kimberly Drew

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Kimberly Drew
Image dans Infobox.
Kimberly Drew parlant d'art et de féminisme au MoMA, 2017
Fonctions
Associate director (d)
Pace Gallery (en)
depuis
Social media manager (d)
Metropolitan Museum of Art
-
Biographie
Naissance
(31 ans)
Orange Drapeau des États-Unis
Pseudonyme
@MuseumMammy
Nationalité
Américaine
Domicile
Bedford-Stuyvesant, Brooklyn, New-York
Formation
Bachelor en histoire de l'art et études africaines
Activité
Blogueuse, Associate Online Community Producer, responsable des médias sociaux, journaliste
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Metropolitan Museum of Art, New-York
Blog officiel
Black Contemporary Art

Kimberly Drew, née le , est une conservatrice d'art et écrivaine américaine. Ancienne responsable des médias sociaux pour le Metropolitan Museum of Art, elle est active sur les réseaux sociaux sous son pseudonyme @MuseumMammy.

Elle publie son premier livre, This Is What I Know About Art, en .

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Kimberly Drew naît le [1],[2] et grandit au sein d'une famille d'artistes, à Orange, dans le New Jersey, aux États-Unis[3],[4].

En , elle obtient le diplôme du pensionnat St. George's School de Middletown. Par la suite, alors qu'elle est scolarisée au Smith College, Kimberly Drew effectue un stage au Studio Museum de Harlem, aux côtés de Thelma Golden. Cette expérience influence ses perspectives professionnelles et oriente son cheminement de carrière[5].

En , Kimberly Drew obtient un Bachelor en histoire de l'art et études africaines, au Smith College, avec une orientation en études muséales[4].

En un article du Los-Angeles Times, la présente en tant que femme noire lesbienne et explique que les femmes noires homosexuelles jouent un rôle déterminant en s'impliquant dans les manifestations contre la brutalité policière et le racisme structurel qui se déroulent depuis le meurtre de George Floyd[1].

Carrière[modifier | modifier le code]

En , Drew lance le blog Black Contemporary Art, sur la plateforme Tumblr, alors qu'elle est encore étudiante à l'université[4]. Accompagnée d'autres rédacteurs, elle publie sous une forme de référentiel visuel[6], des articles sur les artistes noirs qui figurent sur les sites en ligne des musées mais n'ont aucune présence numérique sur Tumblr[7],[8]. Drew se qualifie de « a curator of "black art and experiences" » (« une conservatrice de "l'art et des expériences noirs" ») et est reconnue par Artsy pour avoir plaidé en faveur de l'égalité raciale dans le monde de l'art[9]. Pour elle, il est nécessaire de lier l'art et l'activisme, comme celui lié aux manifestations Black Lives Matters, particulièrement à la suite des meurtres de personnes noires américaines, telles que George Floyd, Breonna Taylor, Ahmaud Arbery et Tony McDade[10]. En , son compte Tumblr compte plus de 200'000 abonnés[11].

En , Elle est embauchée en tant qu'Associate Online Community Producer, au Metropolitan Museum of Art de New York. Responsable des médias sociaux, elle a commence alors à utiliser le pseudo @MuseumMammy[12], sur Twitter et Instagram, qui devient rapidement un élément clé de sa personnalité en ligne, reprenant de façon piquante le stéréotype séculaire lié à la domesticité des femmes noires[11]. En , son compte Instagram compte plus de 300'000 abonnés[11]. Elle occupe ce poste jusqu'en , date à laquelle elle entame une carrière de journaliste pigiste, dans le but de renouer avec son amour de l'écriture[13].

En , Kimberly Drew gère le compte Instagram de la Maison Blanche, pendant le déroulement du festival South by South Lawn proposé par l'administration Obama, une version du très populaire festival South by Southwest, organisé chaque année à Austin[14],[11]. Puis, en juillet de la même année, Elle organise un projet, en partenariat avec les écrivaines Taylor Renee Aldridge et Jessica Lynne, ainsi que l'historienne de l'art Jessica Bell Brown, un projet appelé Black Art Incubator[6], ouvert et accessible aux personnes de tous horizons en lien avec la diaspora africaine, sous forme de groupe de réflexion évolutif. Le projet est composé de deux mois d'échanges de livres, de critiques d'art et de tables rondes[15] et se déroule dans l'espace d'exposition Recess de SoHo, dans le quartier de Manhattan.

Elle est membre du conseil du conseil d'administration de Recess (une petite organisation artistique basée à Tribeca et au centre-ville de Brooklyn[8].

Écriture[modifier | modifier le code]

Le , Kimberly Drew publie son premier livre, destiné aux jeunes adultes et titré This Is What I Know About Art[13],[16],[17].

En , elle co-édite et publie l'anthologie Black Futures, avec la journaliste Jenna Wortham[18]. Cette anthologie résume les différentes formes d'art exercées par plus de cent créateurs noirs répondant à la question : « What does it mean to be Black and alive, right now ? » (« Qu'est-ce que cela signifie d'être noir et vivant, en ce moment ? »). Cette publication marque une époque où l'apogée de l'autonomisation des Noirs coexiste avec une forte oppression systémique[19].

Publications[modifier | modifier le code]

  • (en) Kimberly Drew, This is what I know about art, Penguin, , 64 p. (ISBN 978-0593095188)
  • (en) Jenna Wortham et Kimberly Drew, Black Futures, One World, , 544 p. (ISBN 978-0399181139)

Vie privée[modifier | modifier le code]

Kimberly Drew fait partie de la communauté queer[20],[21] et revendique son identité lesbienne[22]. Depuis , elle réside à Bedford-Stuyvesant, dans le quartier de Brooklyn, à New-York[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en-US) Facebook et Twitter, « Review: @museummammy knows a thing or two about art. Listen up », sur Los Angeles Times, (consulté le )
  2. (en-US) « Kimberly Drew - Bio, Net Worth, Age, Birthday, Dating, Wiki! » (consulté le )
  3. (en) SSENSE, « Kimberly Rose Drew on the Limits of Utopia », sur ssense, (consulté le )
  4. a b et c (en) April Simpson, « Shaking the Canon », sur Smith College (consulté le )
  5. (en) Hairston, « The Lenny Interview: Kimberly Drew, aka @MuseumMammy », sur Lenny Letter, (consulté le )
  6. a et b (en-US) « Where the Met's Kimberly Drew Sees the Art World in 10 Years », sur Artnet News, (consulté le )
  7. (en) « Meet The Social Media Star Whose Taste The Art World Follows », sur The FADER (consulté le )
  8. a b et c « Brooklyn 100 Influencer: Kimberly Drew, Metropolitan Museum of Art », sur Brooklyn Magazine, (consulté le )
  9. (en-US) Molly Oswaks, « Kimberly Drew Is a Curator of Black Art and Experiences », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  10. (en-US) Kimberly Drew, « Kimberly Drew: "I Need to Use My Platform to Offer Something Worth Reading" », sur Teen Vogue (consulté le )
  11. a b c et d (en) « Curator Kimberly Drew on Black Art, Social Media, and Taking Selfies in Museums », sur www.vice.com (consulté le )
  12. « Connexion • Instagram », sur www.instagram.com (consulté le )
  13. a et b (en-US) Noel Cymone Walker, « Curator of Cool Kimberly Drew Talks Owning Our Culture », sur Essence (consulté le )
  14. (en-US) Andrew Russeth et Andrew Russeth, « The Met’s Social Media Manager, Kimberly Drew, Is on the White House’s Instagram Account Today », sur ARTnews.com, (consulté le )
  15. (en-US) « BLACK ART INCUBATOR », sur Recess, (consulté le )
  16. (en-US) E. Tammy Kim, « Art of Protest », sur The New Yorker (consulté le )
  17. (en) Bergado, « I'm Obsessed with These Book Covers Featuring Some of Today's Leading Activists », Teen Vogue (consulté le )
  18. « Kimberly Drew and Jenna Wortham on Black Futures » (consulté le )
  19. Kimberly Drew et Jenna Wortham, Black futures, New York, First, (ISBN 9780399181139)
  20. (en-US) Meredith Talusan, « Two Queer Black Women Find Sisterhood Beyond the Gender Binary », sur them. (consulté le )
  21. (en-US) Ted Loos, « What Has Lockdown Meant for L.G.B.T.Q. Artists and Writers? », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  22. « Connexion • Instagram », sur www.instagram.com (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]