Kimberlé Williams Crenshaw

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Kimberlé Williams Crenshaw
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (62 ans)
CantonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Membre de

Kimberlé Williams Crenshaw, née en 1959 à Canton, est une féministe américaine majeure de la critical race theory, juriste et professeure à la UCLA School of Law (en) et à la Columbia Law School, spécialisée dans les questions de race et de genre ainsi qu'en droit constitutionnel. Elle est également la fondatrice du Center for Intersectionality and Social Policy Studies (CISPS) de la Columbia Law School et de l'African American Policy Forum (AAPF), ainsi que la présidente du Center for Intersectional Justice (CIJ), basé à Berlin. Elle est particulièrement connue pour avoir développé et popularisé le concept d'intersectionnalité.

Carrière universitaire[modifier | modifier le code]

Elle obtient un Bachelor of Arts de l'université Cornell en 1981, où elle est membre de la Quill and Dagger society (en), un Juris Doctor de la Faculté de droit de Harvard en 1984, un LL.M. de l'université du Wisconsin à Madison en 1985 et rejoint l'University of California, Los Angeles School of Law (en) en 1986.

C'est une professeure de référence aux États-Unis. En 1986, Kimberlé Crenshaw devient enseignante à la faculté UCLA School of Law. Elle y donne des cours sur la théorie critique de la race, sur les droits civiques ainsi que sur le droit constitutionnel. Actuellement[Depuis quand ?], elle enseigne également les cours Perspectives intersectionnelles sur la race, le sexe et la criminalisation des femmes et des filles ainsi que Race, droit et représentation. En 1995, elle devient professeure titulaire à la Columbia Law School, où elle est la fondatrice et la directrice du Centre pour l'intersectionnalité et les études de politique sociale (Center for Intersectionality & Social Policy Studies) depuis 2011. À Columbia, ses cours portent sur l’intersectionnalité et les droits civiques.

Ses objets de recherche sont les droits civiques, le Black feminism, le concept de race, le racisme et leurs liens avec la loi. Elle est élue professeure de l'année en 1991 et en 1994[1].

Carrière militante[modifier | modifier le code]

Les travaux de Kimberlé Crenshaw ont été publiés dans la Harvard Law Review, le National Black Law Journal, la Stanford Law Review et la Southern California Law Review[1]. Elle a donné des conférences sur les questions raciales à travers le monde et notamment en Europe, en Afrique et en Amérique du Sud. En tant que spécialiste des questions de race et d’égalité des sexes, elle a aussi animé des ateliers à destination de militants des droits civiques au Brésil et en Inde, ainsi que pour des juges des cours constitutionnelles en Afrique du Sud[1].

Kimberlé Crenshaw a rédigé le document d’information sur la race et la discrimination fondées sur le sexe à l’occasion de la Conférence mondiale des Nations Unies sur le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie, et l'intolérance qui s'est tenue à Durban[2]. Elle a aussi participé à l'inclusion du genre dans la WCAR Conference Declaration.

Depuis 1996, elle est cofondatrice et directrice exécutive du think tank African American Policy Forum (« Forum Politique Afro-Américain »), qui se concentre sur la déconstruction des inégalités structurelles et met en évidence l’importance du genre dans le discours sur la justice raciale[2]. Kimberlé Crenshaw est aussi un membre fondateur de la Women’s Media Initiative et écrit pour Ms Magazine, The Nation et d’autres magazines[1].

Elle était également membre de la Fondation nationale pour la science (National Science Foundation), qui finançait ses recherches dans le domaine de l’intersectionnalité et dans l’étude des violences faites aux femmes[2].

Elle a organisé un séminaire de formation du premier Comité préparatoire de l’ONU[pas clair]. Cet événement s'est déroulé à Genève en 2000, afin de présenter sa théorie de l’intersectionnalité dans nombreux pays[pas clair] comme Brésil, Inde, Portugal, Royaume-Uni, Israël, Guatemala, Philippine, Mali et Ouganda[3].

En 2016, Kimberlé Crenshaw est nommée lauréate des bourses d’excellence par l’American Bar Foundation. En 2015, elle figure dans le Ebony Power 100, une liste honorant les personnalités contemporaines de la communauté noire et figure à la première place du classement des personnalités féministes établi par le magazine Ms Magazine[2].

Elle fait partie du service juridique qui soutient Anita Hill. Elle intervient régulièrement dans The Tavis Smiley Show (en).

En , elle donne une conférence sur l'intersectionnalité au TedWoman de San Francisco[4].

Un certain nombre de femmes noires de France se réclamant de l'afroféminisme ont adopté son concept d'intersectionnalité[5].

Elle anime depuis novembre 2018 le podcast Intersectionality Matters diffusé par l'African American Policy Forum (en) (AAPF), où elle traite avec ses invités de l'actualité, de la politique et de la société américaine via le prisme de l'intersectionnalité[6].

Influence[modifier | modifier le code]

Kimberlé Crenshaw a participé[Quand ?] à une conférence au Rapaporte Treasure Hall, dans laquelle elle explique le rôle que joue l’intersectionnalité dans les sociétés modernes[7]. Elle a aussi été invitée[Quand ?][Où ?] à animer un jury sur le harcèlement sexuel (« Sexual Harrassment Panel »), modéré par les organisations « Women in Animation » et « The Animation Guild ». Elle est intervenue sur l’histoire du harcèlement au travail et ses implications contemporaines. L’ensemble des intervenants ont alors convenu que des mesures de protection contre le harcèlement au travail avaient été mises en place, bien que de nombreux problèmes continuent de perdurer pour que le sujet soit considéré comme réglé[8].

Elle a aussi contribué à l’article « Traffic at the Crossroads : Multiple Oppressions », édité en 2003 par Robin Morgan. Crenshaw compare de façon imagée l’intersectionnalité à une intersection routière, dont la circulation s’effectue dans les quatre directions, de sorte que lorsqu’un accident survient, ce dernier peut être considéré comme le résultat de voitures venant de n’importe quelle direction. Elle écrit plus tard que la reconstitution d’un accident était compliqué, au sens où il était difficile de visualiser le responsable des marques de dérapage et de trouver le conducteur responsable. Ce qui implique notamment que personne n’est responsable et que chaque individu retourne ensuite à sa vie[9].

Elle a participé au festival « Women of the world », organisé entre le 8 et le 13 mars 2016 à la Southbank Centre à Londres en Angleterre[10]. Le discours inaugural qu'elle a prononcé à cette occasion portait sur les défis auxquels font face les femmes de couleur en matière d’égalité des genres et de justice raciale.

L'intersectionnalité[modifier | modifier le code]

Kimberlé Crenshaw a introduit le concept d’intersectionnalité en 1989 dans son article écrit pour le Forum juridique de l’Université de Chicago intitulé « Démarginaliser l’intersection de la race et du sexe : une critique féministe noire de la doctrine de l’anti-discrimination, de la théorie féministe et de la politique anti-raciale ». Dans cet article, elle livre une étude mettant en lumière de façon concrète les discriminations auxquelles sont sujettes les femmes noires et précaires aux États-Unis[réf. souhaitée].

Héritée des théories féministes noires américaines, Kimberlé Crenshaw définit l’intersectionnalité comme étant une situation dans laquelle une personne regroupe « des caractéristiques raciales, sociales, sexuelles et spirituelles qui lui font cumuler plusieurs handicaps sociaux et en font la victime de différentes formes de discrimination »[5]. Elle milite particulièrement en soutien du mouvement Say Her Name, qui cherche à rendre plus visibles les femmes noires victimes de violences policières[11].

En 2020, Kimberlé Crenshaw revient dans une interview sur ce qu'elle considère comme une dénaturation opérée par les groupes identitaires de son concept : « Il y a eu une distorsion [de ce concept]. Il ne s'agit pas de politique identitaire (en) sous stéroïdes. Ce n'est pas une machine à faire des mâles blancs les nouveaux parias »[12].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Words that Wound: Critical Race Theory, Assaultive Speech and the First Amendment.
  • Critical Race Theory: Key Documents That Shaped the Movement

Distinctions[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Biography Page », sur law.ucla.edu (consulté le ).
  2. a b c et d (en-US) « Kimberlé Crenshaw », sur AAPF (consulté le ).
  3. Sirma Bilge, « Le blanchiment de l’intersectionnalité », Articles, vol. 28, no 2,‎ , p. 9–32 (ISSN 1705-9240 et 0838-4479, DOI 10.7202/1034173ar, lire en ligne, consulté le )
  4. « TED L'urgence de l'intersectionnalité », sur ted.com, (consulté le )
  5. a et b (en) « Kimberlé Williams Crenshaw et le concept d'intersectionnalité », sur NOFI, (consulté le )/
  6. (en) « Intersectionality Matters Podcast Exposes Attacks on Black Motherhood », sur www.colorlines.com, (consulté le )
  7. "The Joseph B. and Toby Gittler Prize Lecture". October 25, 2017. Retrieved October 7, 2018
  8. Wolfe, Jennifer, "Sexual Harassment Panel Offers Definitions, Strategies". Animation World Network. Retrieved December 16, 2017
  9. Puar, Jasbir K, "I Would Rather Be a CyborgThan a Goddess": Becoming Intersectional in Assemblage Theory. New York: Routledge, 2017, p. 602.
  10. WOW – Women of the World | Southbank Centre". wow.southbankcentre.co.uk. Retrieved March 23, 2017
  11. (en) « #SayHerName: why Kimberlé Crenshaw is fighting for forgotten women », sur the Guardian, (consulté le )
  12. (en) Katy Steinmetz, « She Coined the Term ‘Intersectionality’ Over 30 Years Ago. Here’s What It Means to Her Today », sur Time magazine, .
  13. a et b « Canton native Kimberlé Crenshaw receives legal scholar award », sur The Repository (consulté le )
  14. a et b « Canton native wins fellowships to study race », sur The Repository (consulté le )
  15. CantonRep.com staff report, « Kimberlé Crenshaw named to Ebony Magazine's 'Power 100' », sur The Repository (consulté le )
  16. American Bar Foundation, « UCLA and Columbia Law Professor Kimberlé Crenshaw to Receive 2016 Fellows Outstanding Scholar Award – American Bar Foundation », sur www.americanbarfoundation.org (consulté le )
  17. (en) Jarret Bencks, « Kimberlé Crenshaw honored with Gittler Prize », sur BrandeisNOW, (consulté le )
  18. (en) « Honorary doctorate Kimberlé Crenshaw », sur KU Leuven, (consulté le )
  19. (en) « Laudatio - Motivatio Kimberlé Crenshaw », sur KU Leuven, (consulté le )