Kim Yong-hwa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Kim Yong-hwa
김용화
Naissance (47 ans)
Drapeau de la Corée du Sud Chuncheon, Corée du Sud
Nationalité Drapeau de Corée du Sud Sud-Coréen
Profession Réalisateur
Scénariste
Films notables Take Off (en)
Mr. Go (en)
Along With the Gods : Les Deux Mondes

Kim Yong-hwa (김용화, né le ) est un réalisateur et scénariste sud-coréen.

Biographie[modifier | modifier le code]

Kim Yong-hwa est diplômé de cinéma de l'université Chung-Ang (en), mais en raison de difficultés financières, il lui faut une décennie pour obtenir son diplôme[1]. Son projet de fin d'études en 1999 est le court-métrage Dans la jungle (Maquereau salé en Corée) sur l'histoire de deux frères (dont l'un des sourd et muet) prenant soin de leur mère malade en phase terminale et qui doivent quitter l'hôpital après avoir payé les factures en retard[2]. Dans la Jungle remporte des prix à la 42e cérémonie du Festival international du film de Rochester (en) et à la 33e cérémonie du Festival international du film de Houston en 2000[3].

Pour son premier long-métrage, Kim écrit et réalise Oh! Brothers, une comédie sur un détective privé amoral endetté qui apprend à la mort de son père qu'il a un demi-frère plus jeune atteint de la progéria, avec Lee Jeong-jae (en) et Lee Beom-soo. Oh! Brothers est le 6e plus gros succès sud-coréen de l'année 2003 avec 3,2 millions d'entrées[4].

En 2006, Kim fait jouer Kim Ah-joong dans 200 Pounds Beauty (en) (C'est dur d'être belle en Corée), basé sur le manga japonais Kanna's Big Success ! de Yumiko Suzuki à propos d'une femme obèse qui voit sa vie transformée après une chirurgie plastique lourde et devient une pop star. Comédie romantique et satire d'une société hypocrite qui accorde trop d'importance à l'apparence, les thèmes du film sur la beauté et l'estime de soi trouvent écho auprès du public féminin coréen, et 200 Pounds Beauty est un succès surprise avec 6,6 millions d'entrées, en faisant le 3e plus grand succès sud-coréen de l'année[5]. Kim remporte le Prix de Nouveau réalisateur à la 30e cérémonie des Golden Cinematography Awards en 2007, et reçoit plusieurs nominations pour son travail de réalisateur et de scénariste[6].

Les critiques reconnaissent Kim pour ses films commerciaux intelligents et bien réalisés, ainsi que pour avoir défié le préjugé contre le handicap physique et l'obésité dans la société coréenne. Kim déclare : « La comédie commence avec la douleur. Mais est-il vraiment préférable de décrire cette douleur d'une manière douloureuse ? Si l'on a vraiment ressenti de la douleur, et que l'on est vraiment allé au fond, je doute qu'on en mette vraiment un côté brut. Je suis attiré par un film qui contient à la fois de la joie et de la tristesse, tout en restant simple et léger. Ma réponse à la comédie est d'inclure à la fois "une larme et un sourire"[1] ».

Son film sportif Take Off (en) (Athlète national ou Équipe nationale en Corée) de 2009 devient le troisième succès consécutif de Kim[7]. Avec Ha Jeong-woo, Kim Dong-wook (en), Kim Ji-seok (en), Choi Jae-hwan, Lee Jae-eung et Sung Dong-il (en) comme membres d'un groupe d'athlètes formé pour soutenir la candidature olympique de la ville de Muju City en 1996 mais dont la passion et l'esprit de compétition leur valent une place aux Jeux olympiques d'hiver de 1998 de Nagano. Le scénario est basé sur l'histoire vraie de l'équipe nationale de saut à ski souvent négligée, qui a fait face à un faible soutien du pays et à des conditions défavorables, mais qui a ensuite remporté plusieurs médailles successives à l'Universiade d'hiver[8]. Selon Kim, le protagoniste joué par Ha Jeong-woo, un ex-skieur alpin junior adopté et élevé aux États-Unis qui revient en Corée à la recherche de sa vraie mère, est inspiré par la vie de l'athlète Toby Dawson[9]. Take Off devient le 2e plus grand succès sud-coréen de l'année avec 8,8 millions d'entrées. Kim remporte le Prix de Meilleur réalisateur à la 29e cérémonie des Korean Association of Film Critics Awards, à la 46e cérémonie des Grand Bell Awards, et à la 30e cérémonie des Blue Dragon Film Awards, tandis que Take Off gagne le Prix de Meilleur film à la 17e cérémonie des Chunsa Film Art Awards et à la 46e cérémonie des Baeksang Arts Awards[10],[11].

Kim travaille ensuite sur un projet plus ambitieux avec Mr. Go (en) qui dispose d'un budget de 22,5 millions $ (l'un des plus grands de l'histoire du cinéma sud-coréen), dont 5 millions $ provenant de la Huayi Brothers de Chine[12]. Basé sur le manhwa La 7ème équipe de 1984 de Huh Young-man (en), le film raconte l'histoire d'une jeune fille de 15 ans (jouée par Xu Jiao (en)) qui tente de sauver le cirque de son grand-père après le séisme de 2008 au Sichuan en devenant l'agent sportif d'un gorille joueur de baseball nommé Ling Ling (inspiré de Christian le lion (en)[13]). Mr. Go est tourné en 3D et Kim fonde une nouvelle société d'effets visuels, Dexter Studios, pour développer et innover dans les techniques de capture de mouvement et de capture de mouvement facial (en), et un programme de reproduction de la fourrure en numérique pour rendre le gorille aussi réaliste que possible; une équipe de plus de 500 animateurs et professionnels d'infographie passe quatre ans sur la production et plus d'un an sur le montage[14]. Mr. Go sort simultanément en Corée du Sud et en Chine en 2013. Ce n'est pas un succès commercial en Corée du Sud, mettant fin à la série de succès de Kim au box-office national. Cependant, il s'en sort mieux en Chine continentale où il est distribué en tant que film pour enfants et diffusé exclusivement dans les cinémas 3D (avec des prix supérieurs), faisant plus que doubler les recettes sud-coréennes[15],[16]. Mr. Go permet également à Dexter Studios de se faire un nom, étant maintenant reconnu comme un pionnier des effets visuels en Corée[3].

Son film suivant, Along With the Gods : Les Deux Mondes, est le premier projet coréen à être pensé dès le départ à devoir être réalisé en deux volets. Sorti le , il totalise plus de 3,5 millions d'entrées dès sa première semaine d'exploitation.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Seong-hee Yang, « On the big screen, being thin still rules », sur Joong-ang Ilbo, (consulté le 19 mai 2015)
  2. « In the Jungle », sur Brooklyn Film Festival (consulté le 21 mai 2015)
  3. a et b « KIM Yong-hwa », sur Korean Film Biz Zone (consulté le 19 mai 2015)
  4. Derek Elley, « Review: Oh! Brothers », sur Variety, (consulté le 21 mai 2015)
  5. Nigel D'Sa, « 200 Pounds Beauty Weighs in at the Box Office », sur Korean Film Biz Zone, (consulté le 19 mai 2015)
  6. « KIM Yong-Hwa - Awards », sur Cinemasie (consulté le 21 mai 2015)
  7. Hae-in Shin, « (Movie Review) Take Off brings out the human drama of sport », sur Yonhap, (consulté le 21 mai 2015)
  8. Sun-young Park, « Tale of Korea's ski jumpers flies onto the big screen », sur JoongAng Daily, (consulté le 21 mai 2015)
  9. Hoo-nam Lee, « National ski team schusses to glory, box office gold », sur JoongAng Daily, (consulté le 19 mai 2015)
  10. « Mother Sweeps Blue Dragon Film Awards », sur Chosun Ilbo, (consulté le 21 mai 2015)
  11. « Ko Hyun-jung, Haeundae win grand prize at PaekSang Arts Awards », sur 10Asia, (consulté le 21 mai 2015)
  12. Sung-ran Jang, « Press Showcase for MR. GO Takes Places », sur Korean Film Biz Zone, (consulté le 19 mai 2015)
  13. Carla Sunwoo, « Mr. Go director stakes fame on virtual star », sur Joong-ang Ilbo, (consulté le 19 mai 2015)
  14. Eun-sun Lee, « Two Big Things Are Coming: The Dream Film of Korea – Mr. Go », sur Korean Film Biz Zone, (consulté le 19 mai 2015)
  15. Kevin Ma, « Korean cinema, Chinese characteristics » [archive du ], sur Film Business Asia, (consulté le 21 mai 2015)
  16. Ina Yoon et Yong-jin Ji, « Anatomy of Success in Korea-China Co-Productions with Focus on Top 4 Films », sur Korean Cinema Today, (consulté le 31 mai 2015)

Lien externe[modifier | modifier le code]