Kim Jong-pil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Kim Jong-pil
김종필
Illustration.
Kim Jong-pil en 1999.
Fonctions
Premier ministre de Corée du Sud

(1 an, 4 mois et 25 jours)
Président Kim Dae-jung
Prédécesseur Goh Kun
Successeur Park Tae-joon

(4 ans, 6 mois et 14 jours)
Président Park Chung-hee
Prédécesseur Baek Du-jin
Successeur Choi Kyu-hah
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Buyeo (Corée japonaise)
Date de décès (à 92 ans)
Lieu de décès Séoul (Corée du Sud)
Nationalité Sud-coréenne
Parti politique Parti républican démocrate

Kim Jong-pil
Premiers ministres de Corée du Sud

Kim Jong-pil
Hangeul 김종필
Hanja 金鍾泌
Romanisation révisée Gim Jongpil
McCune-Reischauer Kim Chongp'il

Kim Jong-pil, surnommé JP, né le et mort le [1], est un homme d'État et militaire sud-coréen. Il a été deux fois Premier ministre de Corée du Sud : de 1971 à 1975, puis de 1998 à 2000.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Kim Jong-pil est né dans le district de Buyeo (province de Chungcheong du Sud). En 1949, il est sorti diplômé de l'Académie militaire de Corée (classe n°8).

Kim Jong-pil et Douglas MacArthur en 1962.

Il a participé au Coup d'État du 16 mai 1961 du général Park Chung-hee, occupé des postes importants, notamment celui de premier directeur de la KCIA, la principale agence de renseignements sud-coréenne de à et été le président du Parti démocratique républicain (en) au pouvoir durant les dix-huit années de la présidence Park.

Activités politiques[modifier | modifier le code]

Les principales dates de la carrière politique de Kim Jong-pil sont sa fondation en 1963 du Parti démocratique républicain (en) (민주공화당) et ses deux postes de Premier ministre, d'abord de 1971 à 1975, puis de 1998 à 2000.

La simple mention de ces postes rend mal compte de sa maîtrise à naviguer dans les complexités de la politique sud-coréenne. Les spécialistes notent qu'il était un maître dans l'art des politiques de coalition. Ceci ressort de la façon dont il a été capable de resurgir politiquement plus fort après avoir subi divers revers politiques. À titre d'exemple, sa popularité en octobre 1997 se situait entre 2,9 et 4,6 %, ce qui est attribué à son image d'ancien putchiste[2]. Cela était encore aggravé par les problèmes d'image de son parti, associé à de vieux politiciens corrompus.

Grâce à d'habiles manœuvres, Kim Jong-pil a néanmoins été capable de conclure un accord de gouvernement avec le Congrès national pour une nouvelle politique (en) de Kim Dae-Jung, selon lequel il choisissait la moitié des ministres de l'administration de celui-ci[3]. Cet accord comprenait aussi sa nomination au poste de Premier ministre intérimaire en , puis de Premier ministre quelques mois plus tard.

Scoutisme[modifier | modifier le code]

Kim Jong-pil a été le président de l'Association scoute de Corée (en) jusqu'au . En 1967, il a reçu la plus haute distinction de l'Association scoute du Japon, l'Ordre du Faisan doré[4].

Famille[modifier | modifier le code]

Le , Kim Jong-pil a épousé Park Young-ok, née en 1929 et morte d'un cancer en 2015, à l'âge de 85 ans[5].

Retraite[modifier | modifier le code]

En 2004, Kim Jong-pil a annoncé son retrait de la politique après son échec aux élections législatives de 2004, où il n'a pas réussi à obtenir un dixième mandat à l'Assemblée nationale et où son parti, l'Union démocrate libérale, n'a remporté que 4 sièges. (En 2006, le parti a fusionné avec le Grand parti national).

Il est mort à Séoul le à l'âge de 92 ans[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Former Prime Minister Kim Jong-pil dies, The Korea Herald, 23 juin 2018.
  2. (en) Kongdan Oh, Korea Briefing : 1997-1999 : Challenges and Changes at the Turn of the Century, Londres, Routledge, (ISBN 978-1-315-29191-8)
  3. (en) Youngmi Kim, The Politics of Coalition in Korea : Between Institutions and Culture, Londres, Routledge, , 53 p. (ISBN 978-0-415-56215-7)
  4. reinanzaka-sc.o.oo7.jp/kiroku/documents/20140523-3-kiji-list.pdf
  5. (en) (ko) « Wife of former PM Kim Jong-pil dies », The Korea Times, 22 février 2015.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :