Kim En Joong

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Kim En Joong est un père dominicain et un peintre coréen né à Pooyo (Corée du Sud) en 1940, sous l'occupation japonaise.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1946, la famille de Kim En Joong s'installe à Taejon. C'est là que le garçon découvre, à l'âge de six ans, la couleur dans les imprimés abandonnés par les Japonais qui viennent de quitter la Corée[1]. De 1947 à 1959, il fait ses études dans cette ville jusqu'au lycée, et il commence à pratiquer la calligraphie. À dix sept ans, il suit les cours libres de dessin du lycée et il prépare le concours d'entrée à l'école des beaux-arts de Séoul où il est admis en 1959[1].

Ses études supérieures sont troublées par l'agitation qui règne chez les étudiants des beaux-arts en 1960, mais aussi parce qu'il doit se plier à la préparation très dure du service militaire, à l'école même[1]. Il est mobilisé en 1963 comme lieutenant d'infanterie. Malgré les bons rapports qu'il entretient avec les soldats, cette guerre et la séparation de la Corée en deux parties le font beaucoup souffrir. De retour du front, il reprend la peinture avec la nature pour thème principal : oiseaux, fleurs, etc. Un critique américain[note 1] écrit, à propos de son travail « Kim a intégré le monde de Miró et la matière de Dubuffet[1]. »

Libéré des obligations militaires en 1965, il obtient un poste d'assistant en cours de dessin du petit séminaire catholique de Séoul où il découvre le catholicisme. Il est baptisé en 1967[2].

Kim En Joong arrive en Europe en 1969. D'abord étudiant en philosophie en Suisse, puis novice au couvent des dominicains de Fribourg, il est encouragé dans la religion catholique et soutenu dans son talent de peintre par les pères Pfister et Geiger, qui lui conseillent d'aller à Paris et facilitent son transfert pour continuer sa vie d'apostolat et d'artiste peintre.

Il est ordonné prêtre en 1974 et il est assigné au couvent de l’Annonciation au 222 rue du Faubourg-Saint-Honoré à Paris en 1975 où il vit et travaille.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Représentatives du paysagisme abstrait, ses toiles non figuratives, nourries de notions techniques neuves sur l'espace et la perspective, imposent un dépaysement, point de départ d'une quête du mystère divin. Kim En Joong aborde les très grands formats en 1996 (Fragments d'un monde inconnu).

Reconnues par les hautes instances de sa communauté, comme les maîtres de l'ordre Damian Byrne, Timothy Radcliffe et Carlos Aspiroz Costa, mais aussi par les critiques et les directeurs artistiques du monde entier, les peintures du père Kim sont exposées en Europe (Paris, Rome, Zurich, Dublin, etc.), aux États-Unis (San Francisco, New York, Chicago) et en Extrême-Orient (Tokyo, Séoul, Pékin). Ses œuvres figurent aussi bien dans les galeries des capitales et les musées que dans les couvents et les monastères

Style[modifier | modifier le code]

Dans ses œuvres picturales ce qui frappe, c'est l'impression de « liquidité » ou de « fluidité » des pigments utilisés. Grâce à des couleurs délicates, pures et limpides, Kim En Joong restitue un spectacle féérique en jouant à la fois sur la vivacité des tons et les contrastes subtiles.

La quête mystique de ce artiste se traduit principalement par son souci de pénétrer l'essence des choses et de rendre visible ce qui est a priori invisible. Comme peintre de la lumière[3], il réussit souvent un tel dévoilement[4].

Vitraux[modifier | modifier le code]

Les vitraux du père Kim ornent de nombreux édifices religieux en Europe et dans le monde :

Signature de Kim En Joong

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Claude Pichaud: Avec le père Kim, pèlerinage aux quatre transfigurations; juin 2017, Editions du Colombier-MG 84210, 60 pages, broché
  • (ISBN 2-913593-65-8)
  • François Cheng et Kim En Joong, Lumière Galerie Pierre Chave Vence, janvier 2015, 30 pages, Broché
  • Denis Coutagne Kim En Joong - Selon Les Écritures Editions Pierre Chave (Institut Kim En Joong), juin 2015, 236 pages, broché (ISBN 978-2-902128-00-6)
  • Jean-Claude Pichaud, Kim En Joong et le cabanon de Saint-Paul, Paris, Éditions du Cerf, , 105 p., Broché (ISBN 978-2-204-09639-3)
  • Joël Damase et Kim En Joong, Bourges 2012 : Kim En Joong et Olivier Messiaen : Des couleurs et des sons par Jean-Claude Pichaud, Paris, Éditions du Cerf, , 60 p., Broché (ISBN 978-2-204-09872-4)
  • (nl) Godfried Danneels et Kim En Joong, La résurrection de Verrijzenis, Paris, Éditions du Cerf, , 30 p., Broché (ISBN 978-2-204-09286-9, OCLC 648924045)
  • Joël Damase et Christiane Keller, Brioude, la Basilique Saint-Julien dans la lumière de Kim En Joong, Paris, Éditions du Cerf, , 219 p., Broché (ISBN 978-2-204-08973-9)
  • François Cheng et Kim En Joong, Vraie lumière née de vraie nuit, Paris, Éditions du Cerf, , 150 p., Broché (ISBN 978-2-204-09074-2)
  • Jean-François Lagier, Sonia Lesot et Henri Gaud, Kim En Joong Vitraux, Paris, Éditions du Cerf, , 223 p., Relié (ISBN 978-2-204-09034-6)
  • Cardinal Godfried Danneels La Résurrection Dix triptyques lithographiques 30x99 cm, Éditions du Cerf 2007
  • Jean Thuillier, Kim En Joong, Peintre de la lumière, Paris, Éditions du Cerf, , 233 p., Broché (ISBN 978-2-204-07749-1)
  • Cardinal Godfried Danneels Kim En Joong, La Croix Dix triptyques lithographiques 30x99 cm, Éditions du Cerf 2002
  • Guy Bedouelle Kim En Joong, Rythmes, Huit lithographies 61x37 cm, Editions Pierre Chave 2000
  • Timothy Radcliffe, Bernard Antonioz et Edmond Dargent, Kim En Joong, Paris, Éditions du Cerf, , 239 p., Relié (ISBN 2-204-05778-9)
  • Jean Thuilier Kim En Joong, Rêves de couleurs, Douze lithographies en couleur 40x29 cm, Éditions Pierre Chave 1991
  • Julien Green Kim En Joong, Fragments d’un monde inconnu. Éditions du Cerf 1996 Douze lithographies en couleur 40x29 cm Éditions Pierre Chave 1991

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le nom de ce critique dont la phrase est très souvent reprise dans les biographies n'est jamais cité

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]