Kim (langue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kim.

Kim
Kosop, Kwasap
Pays Tchad
Région Mayo-Kebbi Est
Nombre de locuteurs 15 354 (recensement 1993)[réf. nécessaire]
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-2 nic[1]
ISO 639-3 kia
IETF kia

Le kim est une langue parlée au Tchad, principalement dans la région du Mayo-Kebbi Est, département du Mayo-Boneye.

Environ 15 000 locuteurs.

Histoire[modifier | modifier le code]

Classification[modifier | modifier le code]

Répartition géographique[modifier | modifier le code]

Elle est parlée traditionnellement dans quatre villages :

  • Kim
  • Eré
  • Djoumane
  • Kolobo

Elle est parlée également dans de petits groupes installés le long du fleuve Chari, notamment en aval de Ndjamena, ainsi que dans les villes de Bongor et Ndjamena.

Dialectes[modifier | modifier le code]

  • kwasap
  • garap
  • gerep
  • kolop

Écriture[modifier | modifier le code]

La langue kim s'écrit avec l'alphabet latin.

Histoire[modifier | modifier le code]

Usages[modifier | modifier le code]

Prononciation[modifier | modifier le code]

Grammaire[modifier | modifier le code]

Lexique[modifier | modifier le code]

Français Kwasap Garap Gerep Kolop
Lune Saba saba goalah Sabang
Soleil Giyala guyalla Dam Nguèle

Exemples[modifier | modifier le code]

Sociolinguistique[modifier | modifier le code]

Statut[modifier | modifier le code]

Le kim, comme toutes les autres langues nationales du Tchad, ne bénéficie d'aucun statut officiel.

L'article 9 de la Constitution dit : Les langues officielles sont le français et l'arabe. La loi fixe les conditions de promotion et de développement des langues nationales.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. code générique

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]