Killzone 3

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Killzone 3
Image illustrative de l'article Killzone 3

Éditeur Sony Computer Entertainment
Développeur Guerrilla Games
Concepteur Mathijs de Jonge
Musique Joris de Man

Date de sortie
  • États-Unis Canada 22 février 2011[1]
  • Europe 23 février 2011
Version 1.13
Genre Jeu de tir à la première personne
Mode de jeu Un joueur, multijoueur, coopération
Plate-forme PlayStation 3
Média Blu-ray
Contrôle DualShock 3, Sixaxis
PlayStation Move

Évaluation BBFC : 18 ?
ESRB : M ?
PEGI : 18 ?
Moteur Moteur propriétaire avec Havok

Killzone 3 est un jeu de tir à la première personne, développé par Guerrilla Games et édité par Sony Computer Entertainment, qui est sorti le 23 février 2011 sur PlayStation 3.

Il possède la compatibilité PlayStation Move et est pensé pour la 3D. En atteste la jaquette, rendue publique peu avant le dévoilement du jeu pendant l'E3 2010, où figurent les logos Move et 3D[2].

Développement[modifier | modifier le code]

Le jeu a été annoncé juste avant l'E3 2010 par une bande annonce. Durant l'E3, les journalistes présents ont pu visualiser une vidéo, conçue par Sony, figurant une attaque de l'ISA sur une plate-forme pétrolière détenue par les Helghasts. Cette vidéo faisait la démonstration des avancées techniques opérées sur le troisième titre de la série Killzone (réacteurs dorsaux, eau en mouvement…). Une prestation convaincante qui lui a valu le titre de "meilleur FPS de l'E3 2010" par certaines rédactions comme celle de Jeuxvideo.fr[3]. Durant le salon Gamescom 2010, Sony a dévoilé une vidéo 3D du mode multijoueur en ligne (passant par le PSN) et détaillé les différences par rapport à (Killzone 2).

Une version bêta a été annoncée pour le 25 octobre 2010. Il y aura 10 000 bêta-testeurs et il faudra souscrire au PlayStation Plus pour pouvoir participer. La bêta aura comme seul but de connaître les retours des joueurs concernant les changements de gameplay, c'est pour cette raison que celle-ci ne prendra pas en compte la 3D et le Move[4].

Le jeu[modifier | modifier le code]

Solo[modifier | modifier le code]

Six mois après la mort de l'Autarque Scolar Visari sur Helghan, les survivants de l'invasion de l'ISA (Alliance Stratégique Interplanétaire) sur la planète sont pris sous les feux de deux factions Helghast : l'une contrôle les industries de guerre et l'autre le secteur politique. La première est dirigée par le président de Stalh Arms Industry, Jorhan Brimve Stalh, et la seconde par l'amiral Orlock et le Conseil, composé de plusieurs sénateurs. Chacune de ces deux factions se bat pour reprendre le contrôle de l'empire Helghast. Ce troisième opus est moins violent que le second[5] et permet au joueur d'en savoir un peu plus sur la culture Helghast[6].

Multijoueur[modifier | modifier le code]

Le mode multijoueur est sensiblement le même que dans le précédent opus. Les cartes sont d'une taille similaire. Il y a 5 classes de personnages qui possèdent chacune 6 armes et 6 capacités qui leur sont propres:

Le TACTICIEN peut capturer des zones tactiques pour ensuite y déployer ses alliés, parfois avec des bonus. Il est capable de détecter ses ennemis sur son radar pendant une petite période de temps et aussi de déployer une sentinelle à ses côtés.

Le TIREUR D'ÉLITE peut devenir quasiment invisible pour mieux abattre ses cibles et a aussi la faculté de brouiller le radar de ses ennemis. C'est le seul personnage qui peut utiliser un sniper.

L'INFIRMIER DE TERRAIN peut remettre sur pied ses alliés pour qu'ils puissent reprendre le combat. Il peut aussi générer une aura qui fait régénérer la santé des soldats alliés autour de lui. Il est aussi capable de déployer un drone qui le protège en tirant les ennemis aux alentours.

L'INGÉNIEUR peut placer et/ou réparer des caisses de munitions et des tourelles automatiques, qu'il peut placer où il le veut, et manuelles, qu'il trouve dans la carte.

L'INFILTRATEUR peut prendre l'apparence d'un ennemi pour les tromper et les attaquer par derrière. Il est aussi plus rapide et endurant et peut poser des explosifs plus rapidement.

Il y a la possibilité de conduire des engins : l'exo-squelette (déjà présent dans la campagne solo de Killzone 2) et le jetpack[7].

Le multijoueur est disponible à plusieurs sur la même PlayStation 3, au contraire du précédent opus. En effet, Herman Hulst a confirmé l'apparition d'un écran splitté[8].

Il y a trois nouveaux modes multijoueurs :

- La Zone de guerre :

La Zone de guerre est un mélange de 7 missions différentes (Massacre, Recherche et Destruction, Recherche et Récupération, Capture et Contrôle et Assassinat, ). L'équipe gagnante est celle ayant gagné le plus de manches, et chaque joueur de l'équipe voit son score majoré par un coefficient de 1,5.

- Guerilla :

Guerilla est un simple mode de jeu présent dans la Zone de guerre qui est "'Massacre'".

- Opération :

Opération est un mode de jeu construit comme une histoire annexe du solo. Sur les 8 cartes présentes, trois seules possèdent ce mode : Mawlr Graveyard (Cimetière de Mawlr); Akmir Snowdrift (Congères d'Akimir) et Frozen Dam (Barrage gelé). Le but de ce mode est de jouer surtout les objectifs, souvent l'ISA axé sur l'attaque au contraire des Helghast sur la défense, les meilleurs joueurs sont mis en avant dans des cinématiques.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Il est possible d'utiliser un réacteur dorsal, comme dans l'épisode PSP, et le combat en corps à corps se rapproche d'Uncharted 2.

L'environnement est destructible[9].

Piste audio[modifier | modifier le code]

Joris De Man est le compositeur de la piste audio du jeu[10]. Il a aussi composé celle du précédent opus. La musique de la bande-annonce, quant à elle, a été composée par Two Steps from Hell.

Réception[modifier | modifier le code]

Le site JVN.com a délivré la note de 17/20[11]. Le magazine officiel PlayStation lui a attribué 19/20. Eurogamer a mis 8/10[12]. Le site Gameblog : 4/5[13]. Le site GamAlive : 4/5[14].

Le jeu ne demande que 5 Mo de place sur le disque dur au moment de l'installation[15].

Rééditions[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]