Kiki (peluche)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Kiki est une peluche de plusieurs tailles représentant un petit singe avec une tête ronde et dure, une tétine à la main, et qui connut un succès international dans les années 1980. Aujourd'hui nommée Monchhichi, elle est commercialisée dans de nombreux pays à l'international (particulièrement en Asie et en Europe), elle est distribuée en Europe par Bandai. Le singe en peluche est aussi le héros d'une série animée nommée La Tribu Monchhichi réalisée par Technicolor Animation Production et diffusée sur TF1.

Histoire[modifier | modifier le code]

Kiki est d'origine japonaise, et s'appelle au Japon Monchhichi (モンチッチ, Monchicchi?, prononcer « Montchit'tchi »). Il a été créé par Yoshiaru Washino, designer en freelance qui à conçu ce petit singe pour Kōichi Sekiguchi (関口 晃市, Sekiguchi Kōichi?) le à Tokyo pour son entreprise, la société Sekiguchi, grand fabricant de poupées dans son pays. Kōichi Sekiguchi aurait souhaité que cette peluche inculque le respect et l'amour aux jeunes enfants.

Fort de sa popularité grandissante, l'internationalisation débuta dès 1975 en coproduction avec Mattel, en Allemagne et en Autriche. C'est trois ans plus tard, en 1978, que la peluche est commercialisée en France ainsi qu'aux États-Unis d'Amérique, où elle connaît un succès important. Rapidement, c'est dans toute l'Europe qu'elle sera distribuée. Monchhichi garde son nom dans le monde entier, à l'exception de la France où il sera nommé Kiki, au Danemark sous le nom de BØLLE, en Italie sous le doux nom de Moncicci, mais aussi du Royaume-Uni où on les renomma Chicaboo.

Les Kiki sont distribués en France sous la marque Ajena, l'une des plus grandes sociétés productrices de peluches en France. Aujourd'hui, ils sont distribués sous la marque Bandai.

Les premiers Kiki avaient les yeux bleus. Une nouvelle série de Kiki fut cependant lancée à la fin des années 80 : c'est alors que leurs yeux prirent la couleur marron qu'ils arborent encore aujourd'hui.

Cette série aux yeux marron fut commercialisée durant toutes les années 1990 et 2000, jusqu'en 2013, où Kiki est vendu sous le nom de Monchhichi, avec de nouveaux habits.

Au vu du succès de la peluche, de très nombreuses variétés furent commercialisés, comme les Kiki Colori, les Kiki Papy et Mamie, "Les Petit" Kiki articulés... Il y eut aussi la série « Les cousins de Kiki » : d'autres races d'animaux, comme l'ours, le lapin ou le mouton, conçus sur le même principe que les Kiki.

En 2004 sont sortis les Bebichhichi, les bébés, qui viennent compléter la gamme proposée par Sekiguchi. Ils mesurent 13 cm, et ont une tétine autour du cou.

Succès[modifier | modifier le code]

Fait à la fois de matières plastiques pour le visage et de fourrure synthétique pour le reste du corps, le succès du petit singe repose notamment sur le fait qu'il peut être habillé. Plusieurs versions sortiront, avec différents accessoires et costumes. Un élément relevable est la possibilité de lui mettre sa tétine dans la bouche tel un enfant.

En 1980, il est le protagoniste de la série d'animé Futago no Monchhichi (ふた子のモンチッチ?, lit. « Les Jumeaux Monchhichis »), diffusée en France à partir d'avril 1985 sur Canal+, dans l'émission Cabou Cadin[1]. En 2003 sortent en France trois DVD de 13 épisodes chacun intitulés Kiki, le Kiki de tous les Kiki.

En 1981, sortent « la chanson de Kiki » et « Kiki le campeur » composée par Jean-Pierre Bourtayre.

En 2001 la série intitules "Kiki, le Kiki de tous les Kiki".

En [2], la série d'animation "La tribu Monchhichi" fait son apparition sur Tfou[3].

Avec pas moins de 1200 modèles différents commercialisés depuis sa création, le jouet est aussi devenu un objet de collection.

Livres[modifier | modifier le code]

Série Kiki
  1. Kiki et la papillon magique / texte de Hervé Chadenat et Lucy Pardo; ill. de Nick Craig. Paris : G.P., 1982, 26 p. (ISBN 2-261-01097-4)
  2. Kiki et l'univers des Kiki verts / texte de Hervé Chadenat et Lucy Pardo; ill. de Nick Craig. Paris : G.P., 1982, 26 p. (ISBN 2-261-01098-2)
  3. Kiki et l'Île fantôme / texte de Hervé Chadenat et Lucy Pardo; ill. de Nick Craig. Paris : G.P., 1983, 26 p. (ISBN 2-261-01159-8)
  4. Kiki pompier et Victor le volcan / texte de Hervé Chadenat et Lucy Pardo; ill. de Nick Craig. Paris : G.P., 1982, 26 p. (ISBN 2-261-01167-9)
  5. Kiki et le secret des Indiens / texte de Hervé Chadenat et Lucy Pardo; ill. de Nick Craig. Paris : G.P., 1983, 26 p. (ISBN 2-261-01253-5)
  6. Kiki et l'ordinateur en vacances / texte de Hervé Chadenat et Lucy Pardo; ill. de Nick Craig. Paris : G.P., 1983, 26 p. (ISBN 2-261-01254-3)
  7. Super kiki / texte de Hervé Chadenat et Lucy Pardo; ill. de Nick Craig. Paris : G.P., 1983, 26 p. (ISBN 2-261-01327-3) édité erroné (notice BnF no FRBNF34744524)
  8. Kiki et les internationaux des animaux / texte de Hervé Chadenat et Lucy Pardo; ill. de Nick Craig. Paris : G.P., 1983, 26 p. (ISBN 2-261-01328-0)
Série Bébé pélican
  1. Kiki et le papillon jaune / texte de Hervé Chadenat et Lucy Pardo ; ill. de Nick Craig. Paris : GP, 1985, 16 p. (ISBN 2-261-01490-2)
  2. Kiki et les kikis verts / texte de Hervé Chadenat et Lucy Pardo ; ill. de Nick Craig. Paris : GP, 1985, 16 p. (ISBN 2-261-01491-0)
Série Monchhichi (PKJ)
  1. La chasse au trésor. Paris : Pocket jeunesse, n° 3130, 03/2018, 44 p. (ISBN 978-2-266-28576-6)
  2. Drôle de farces. Paris : Pocket jeunesse, n° 3131, 03/2018, 44 p. (ISBN 978-2-266-28577-3)
  3. Gare aux lézards. Paris : Pocket jeunesse, n° 3132, 03/2018, 44 p. (ISBN 978-2-266-28578-0)
  4. Il faut sauver Bella ! / adaptation Pascaline Fernandez. Paris : Pocket jeunesse, n° 3133, 05/2018, 44 p. (ISBN 978-2-266-28684-8)
  5. Trop bonne, la galette ! / adaptation Pascaline Fernandez. Paris : Pocket jeunesse, n° 3134, 05/2018, 44 p. (ISBN 978-2-266-28685-5)
  6. Le grand malheur de Pollinia / adaptation Pascaline Fernandez. Paris : Pocket jeunesse n° 3135, 08/2018, 44 p. (ISBN 978-2-266-28804-0)
  7. Monchhinelle d'amour / adaptation Pascaline Fernandez. Paris : Pocket jeunesse n° 3136, 10/2018, 44 p. (ISBN 978-2-266-28805-7)
Série Monchhichi (Livres du Dragon d'or)
  • La fête de l'amitié / adaptation Nathalie Lescaille Moulènes. Paris : Livres du Dragon d'or, 03/2018, 28 p. (ISBN 978-2-8212-0906-0)
  • Les trois font la paire / adaptation Nathalie Lescaille Moulènes. Paris : Livres du Dragon d'or, 03/2018, 28 p. (ISBN 978-2-8212-0907-7)
  • L'exploit de Saule / adaptation Nathalie Lescaille Moulènes. Paris : Livres du Dragon d'or, 05/2018, 32 p. (ISBN 978-2-8212-0950-3)
  • Jamais sans Artus / adaptation Nathalie Lescaille Moulènes. Paris : Livres du Dragon d'or, 05/2018, 28 p. (ISBN 978-2-8212-0933-6)
  • Un spectacle magique / adaptation Nathalie Lescaille Moulènes. Paris : Livres du Dragon d'or, 08/2018, 30 p. (ISBN 978-2-8212-0977-0)
  • Le grand concert / adaptation Nathalie Lescaille Moulènes. Paris : Livres du Dragon d'or, 08/2018, 32 p. (ISBN 978-2-8212-0976-3)
  • Un amour de monchhinelle / adaptation Nathalie Lescaille Moulènes. Paris : Livres du Dragon d'or, 08/2018, 28 p. (ISBN 978-2-8212-0975-6)
Activités
  • Monchhichi : mon livre d'activités. Paris : Livres du Dragon d'or, 03/2018, 22 p. (ISBN 978-2-8212-0908-4)
  • Monchhichi : mes coloriages. Paris : Livres du Dragon d'or, 03/2018, 48 p. (ISBN 978-2-8212-0909-1). Rééd. Livres du Dragon d'or, 02/2019, 48 p. (ISBN 978-2-8212-1019-6)
  • Monchhichi : mon livre de stickers. Paris : Livres du Dragon d'or, 05/2018, 48 p. (ISBN 978-2-8212-0951-0)
  • Monchhichi : coloriages velours / ill. Alexandre Debrot. Paris : Livres du Dragon d'or, 09/2018, 8 p. (ISBN 978-2-8212-0978-7)
  • Monchhichi : cartes à gratter / ill. Alexandre Debrot. Paris : Livres du Dragon d'or, 09/2018, 10 p. (ISBN 978-2-8212-0979-4)
  • Monchhichi : mes coloriages : Hanae. Paris : Livres du Dragon d'or, 02/2019, 48 p. (ISBN 978-2-8212-1018-9)

Inspiration[modifier | modifier le code]

Le nom Monchhichi a été inspiré du français « Mon petit », prononcé en japonais « Mon puchi » (私のプチ?), et du japonais chicchai (チッチャ?, « petit » version enfantine) et chūchū (チューチュー?, le bruit d'une tétine), mais aussi de l'anglais « monkey » (« singe » en français).

Le rappeur américain Pharoahe Monch a choisi son nom de scène selon son surnom du lycée, où à la suite d'une coupe de cheveux ratée il avait été surnommé « Monchhichi » puis « Monch ».

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Les Monchhichis - L'Encyclopédie des dessins animés », sur Toutelatele.com (consulté le 2 novembre 2012)
  2. « Les Monchhichi sont de retour », tfou,‎ (lire en ligne, consulté le 23 mai 2018)
  3. « Monchhichi: TF1 coproduira une série animée dédiée au petit singe », LExpress.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 23 mai 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]