Kiki (peluche)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kiki.

Kiki est une peluche de taille variable représentant un petit singe avec une tête ronde et dure, une tétine à la main, et qui connut un succès international dans les années 1980.

Histoire[modifier | modifier le code]

Kiki est d'origine japonaise, et s'appelle au Japon Monchhichi (モンチッチ, Monchicchi?, prononcer « Montchit'tchi »). Il a été créé par Kōichi Sekiguchi (関口 晃市, Sekiguchi Kōichi?) le à Tokyo pour son entreprise, la société Sekiguchi, grand fabricant de poupées dans son pays. Kōichi Sekiguchi aurait créé cette peluche afin d'inculquer le respect et l'amour aux jeunes enfants.

Fort de sa popularité grandissante, l'internationalisation débuta dès 1975 en coproduction avec Mattel, en Allemagne et en Autriche. C'est trois ans plus tard, en 1978, que la peluche est commercialisée en France ainsi qu'aux États-Unis d'Amérique, où elle connaît un succès important. Rapidement, c'est dans toute l'Europe qu'elle sera distribuée. Monchhichi garde son nom dans le monde entier — avec des graphies différentes selon les pays, à l'exception de la France, de l'Espagne ou il se rebaptisa Virkiki, mais aussi du Royaume-Uni où on les renomma Chicaboo.

Les Kiki sont distribués en France sous la marque Ajena, qui est une marque du groupe Nounours fondé en 1962, l'une des dernières sociétés à produire des peluches en France. Aujourd'hui, ils sont distribués sous la marque Bandai.

Les premiers Kiki avaient les yeux bleus. Une nouvelle série de Kiki fut cependant lancée en 1985 à partir des Pays-Bas : c'est alors que leurs yeux prirent la couleur marron qu'ils arborent encore aujourd'hui.

Cette série aux yeux marron fut commercialisée durant toutes les années 1990 et 2000, jusqu'en 2013, où Kiki est vendu sous le nom de Monchhichi, avec de nouveaux habits.

Il en existe de très nombreuses variétés, comme les Kiki Colori, les Kiki Papy et Mamie, "Les Petit" Kiki articulés... Il y eut aussi la série « Les amis de Kiki » : d'autres races d'animaux, comme l'ours, le lapin ou le mouton, conçu sur le même principe que les Kiki.

Plus récemment[évasif], sont sortis les Bébichhichi, les bébés, qui viennent compléter la gamme proposée par Sekiguchi. Ils mesurent 13 cm, et ont une tétine autour du cou.

Succès[modifier | modifier le code]

Fait à la fois de matières plastiques pour le visage et de fourrure synthétique pour le reste du corps, le succès du petit singe repose notamment sur le fait qu'il peut être habillé. Plusieurs versions sortiront, avec différents accessoires et costumes. Un élément relevable est la possibilité de lui mettre sa tétine dans la bouche tel un enfant.

En 1980, il est le protagoniste de la série d'animé Futago no Monchhichi (ふた子のモンチッチ?, lit. « Les Jumeaux Monchhichis »), diffusée en France à partir d'avril 1985 sur Canal+, dans l'émission Cabou Cadin[1]. En 2003 sortent en France trois DVD de 13 épisodes chacun intitulés Kiki, le Kiki de tous les Kiki.

En 1981, sortent « la chanson de Kiki » et « Kiki le campeur » composée par Jean-Pierre Bourtayre.

En octobre 2017[2], la série d'animation "La tribu des Monchhichi" fait son apparition sur Tfou[3].

Inspiration[modifier | modifier le code]

Le nom Monchhichi a été inspiré du français « Mon petit », prononcé en japonais « Mon puchi » (私のプチ?), et du japonais chicchai (チッチャ?, « petit » version enfantine) et chūchū (チューチュー?, le bruit d'une tétine), mais aussi de l'anglais « monkey » (« singe » en français)[4].

Le rappeur américain Pharoahe Monch a choisi son nom de scène selon son surnom du lycée, où à la suite d'une coupe de cheveux ratée il avait été surnommé « Monchhichi » puis « Monch ».

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Les Monchhichis - L'Encyclopédie des dessins animés », sur Toutelatele.com (consulté le 2 novembre 2012)
  2. « Les Monchhichi sont de retour », tfou,‎ (lire en ligne)
  3. « Monchhichi: TF1 coproduira une série animée dédiée au petit singe », LExpress.fr,‎ (lire en ligne)
  4. Kiki, « Folle ! Et Fauchée », sur Folle ! Et Fauchée (consulté le 15 octobre 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]