Khinalug (langue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Khinalug
kätš micʼ, кетш мицI
Pays Azerbaïdjan
Nombre de locuteurs 1 000[1]
Classification par famille
Codes de langue
IETF kjj
ISO 639-3 kjj
Étendue langue individuelle
Type langue vivante
État de conservation
Éteinte

EXÉteinte
Menacée

CREn situation critique
SESérieusement en danger
DEEn danger
VUVulnérable
Sûre

NE Non menacée
La valeur du paramètre |1= est requise : remplissez le paramètre avec le terme ci-dessus ou NA si les données ne sont pas disponibles.

Le khinalug (en khinalug kätš micʼ, кетш мицI ou каьтш мицI) est une langue de la famille des langues nakho-daghestaniennes. Il est parlé dans le rayon de Kuba en Azerbaïdjan. Dans les années 1970, le nombre de locuteurs s'élevait à environ 3 000. Le khinalug est une langue peu écrite.

Écriture[modifier | modifier le code]

Dans les années 1970, un alphabet appelé « Kibrik » est proposé et est utilisé depuis dans le village Khinalug. Le professeur de khinalug, Rahim Alxas, a créé un alphabet basé sur l’alphabet cyrillique lezguien et a publié plusieurs ouvrages avec celui-ci dans les années 1990. Le poète Namik a aussi développé un alphabet latin, représentant plus correctement les phonèmes, mais celui-ci n’a pas été adopté par les enseignants khinalug. Le dictionnaire khinalug de Ganieva utilise son propre orthographe. En 2007, un alphabet latin est développé par une équipe de chercheurs de l’Université d'État de Moscou et est adopté par la commission d’alphabétisation du khinalug le . En 2010, un autre alphabet, appelé « alphabet du village », est proposé par SIL International et connait un succès dû à sa facilité d’apprentissage et ses similitudes avec l’alphabet latin azéri. Monika Rind-Pawlowski et Tamrika Khvtisiashvili ont aussi développé un alphabet pour le khinalug[2].

Alphabet khinalug (2013)[3]
a b c ç ĉ ċ d e ə f g ğ ĝ h ĥ x ı j k
q l m n o ö p r s ŝ ş t u ü v z ż

Phonologie[modifier | modifier le code]

Consonnes[modifier | modifier le code]

  Bilabiale Dentale Latérale Palatale Vélaire Uvulaire Pharyngale Glottale
Occlusive [p] [b] [pʼ] [pː]
p b pʼ pp
п б пI пп
[t] [d] [tʼ] [tː]
t d tʼ tt
т д тI тт
[k] [ɡ] [kʼ] [kː]
k g kʼ kk
к г кI кк
[q] [qʼ]
q qʼ
хъ къ
[ʔ]
ʔ
ъ
Fricative [f] [v]
f v
ф в
[s] [z]
s z
с з
[ɬ]
ł
лъ
[ʃ] [ʒ]
š ž
ш ж
[x] [ɢ]
x ɢ
хь г^
[χ] [ɣ]
χ ɣ
х гъ
[ħ] [ʕ]
ħ ʕ
хI гI
[h]
h
гь
Affriquée   [t͡s] [d͡z] [t͡sʼ] [t͡sː]
c dz cʼ cc
ц дз цI цц
[t͡ɬ] [t͡ɬʼ]
ƛ ƛʼ
лI кь
[t͡ʃ] [d͡ʒ] [t͡ʃʾ] [t͡ʃː]
č dž čʾ čč
ч дж чI чч
Nasale [m]
m
м
[n]
n
н
           
Liquide [r]
r
р
[l]
l
л
Semi-voyelle [j]
y
й

Morphologie[modifier | modifier le code]

Classes grammaticales[modifier | modifier le code]

Comme de nombreuses langues nakho-daghestaniennes, le khinalug organise le nom selon des classes nominales.

  • Classe I : humains masculins. Exemples : csə - frère ; ši - fils
  • Classe II : humains féminins. Exemples : dædæ - mère ; χinimkʾir - femme
  • Classe III : animés : Exemples : kukacʾ - poule ; cʾol - chèvre ; lucoz - vache ;
  • Classe IV : objets, termes abstraits. Exemples : kʾǝnǝb - semaine ; ǝ~kka - rivière ; ǝ~qʾ - soleil

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]