Khentkaous II

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Khentkaous.
Khentkaous
Image illustrative de l'article Khentkaous II
Relevé d'un relief représentant la reine Khentkaous II trouvé dans son temple funéraire d'Abousir
Nom en hiéroglyphe
W17
X1
D28
D28 D28
S29 B7
Transcription Ḫntkȝw=s
Famille
Conjoint Néferirkarê Kakaï
Enfant(s) Néferefrê
Niouserrê
Sépulture
Nom Pyramide de Khentkaous II
Type Pyramide à faces lisses
Emplacement Abousir
Date de découverte 1976
Découvreur Miroslav Verner
Fouilles 1976 - 1986
Objets Fragments du sarcophage en granite de la reine
Archives du temple funéraire

La reine Khentkaous II (-2475 / -2445) est la femme du pharaon Néferirkarê Kakaï de la Ve dynastie. Elle est la mère de Néferefrê et de Niouserrê.

Généalogie[modifier | modifier le code]

Titulature[modifier | modifier le code]

Comme Khentkaous Ire, sa titulature, « mw.t nsw-bi.tj nsw-bi.tj », donne lieu à deux interprétations : « Mère de deux rois de Haute et Basse-Égypte » ou « Mère du roi de Haute et Basse-Égypte et roi de Haute et Basse-Égypte ». De ce fait elle fut assimilée à son ancêtre mais les études récentes menées par l'équipe tchèque qui fouille le site d'Abousir, nécropole royale de la Ve dynastie, permettent clairement d'écarter cette hypothèse et donnent plus de sens à l'interprétation de cette titulature. Étant la mère de deux pharaons c'est donc la première interprétation qui serait à retenir.

Aujourd'hui on peut donc restituer la véritable place de cette reine qui épouse d'un pharaon mort prématurément, assura la régence pendant la minorité de ses deux fils qui se succédèrent sur le trône de leur père. Elle devint de ce fait une personnalité révérée et à laquelle un culte fut rendu, homonyme de l'ancêtre dynastique Khentkaous Ire dont elle pourrait être une descendante.

Sépulture[modifier | modifier le code]

Ces fouilles ont ainsi révélé qu'elle se fit édifier un complexe pyramidal complet à Abousir, non loin des complexes funéraires de son époux et de son premier fils Néferefrê, comprenant une pyramide, un temple funéraire et une pyramide satellite.

Parmi les découvertes faites dans son complexe funéraire il faut mentionner celle d'une partie des archives sur papyrus du temple qui démontrent que le culte de la reine fut actif pendant trois siècles au moins.