Khaled Freak

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Khaled Freak
Vidéaste Web
Informations
Genre Remix
Naissance 1982 (37-38 ans)
Alger, Drapeau de l'Algérie Algérie
Nationalité Drapeau de la France Française
Vidéos populaires Ah !
Perlimpinpin
Je suis pas venue ici pour souffrir okay !
Nombre d'abonnés 880 000 abonnés (novembre 2020)
Autres activités Informaticien
Chaîne(s) Khaled Freak

Khaled Freak, né en 1982 à Alger, en Algérie, est un vidéaste et musicien français, qui se fait connaître à partir de 2015 pour ses remix de débats et de discours politiques publiés sur sa chaîne YouTube.

Khaled Freak se fait remarquer en 2016 grâce à C'est pas de votre faute, remix d'une altercation à l'Assemblée nationale entre le ministre Bernard Cazeneuve et le député UMP Dominique Dord[1].

Depuis, il multiplie les vidéos virales sur les réseaux sociaux[2], s'emparant entre autres des discours et des punchlines de la campagne pour l'élection présidentielle française de 2017. En , sa chaîne YouTube rassemble plus de 800 000 abonnés.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Né en 1982[1], Khaled Freak passe son enfance en Algérie puis son adolescence à Bondy, en Seine-Saint-Denis[3].

Il emménage dans le sud de la France vers l'âge de vingt ans et s'installe à La Ciotat[3],[4], une ville du département des Bouches-du-Rhône en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Il a alors l'espoir de faire carrière dans la musique, de « signer dans un label, devenir Khaled Guetta et passer un jour sur Fun Radio », selon ses propres mots[3]. Il échoue cependant à intégrer une école formant aux métiers du son et opte finalement pour l'informatique[1],[3],[5], tout en apprenant la musique sur Internet[3],[6].

Reconnaissance sur internet[modifier | modifier le code]

Les débuts en 2015[modifier | modifier le code]

C'est en 2015 que Khaled Freak poste sur la plateforme vidéo YouTube ses premières compositions musicales, des morceaux électro et hip-hop sans paroles, et sans grand succès[1]. Il connaît un petit succès en Slovaquie en détournant un chanteur slovaque[Lequel ?] mais cela ne l'intéresse pas, car c'est en France qu'il veut réussir[3].

S'inspirant alors de youtubeurs qui parodient la politique américaine, il décide de se lancer dans des remix de discours d'hommes politiques français[1]. Sa technique consiste à remixer une vidéo durant vingt ou trente heures, à l'accompagner d'une instrumentation inédite et à altérer la voix des politiciens en utilisant l'Auto-Tune, logiciel correcteur de tonalité[1],[4],[7],[5] et de trucage de la voix[2].

En , il remixe Marine Le Pen et son père (Marine le Pen chante du rai Avec Cheb Jean-Marie), s'en prend aux hommes politiques français qui massacrent la langue anglaise (Les Politiciens français font du rap - Thug President) et met en scène celui qu'il baptise pour la première fois « MC Mélenchon » (Jean-Luc Mélenchon - Booba OKLM).

Le succès et la campagne présidentielle[modifier | modifier le code]

Son premier grand succès vient en avec C'est pas de votre faute, remix d'une altercation à l'Assemblée nationale entre Bernard Cazeneuve, alors ministre délégué au Budget, et le député UMP Dominique Dord[1],[4],[7],[8] en séance de Questions au gouvernement en [9].

Dans cette vidéo, Dominique Dord, « champion de la punchline » selon Khaled Freak, hausse le ton face au ministre du Budget en s'attaquant au bilan des finances publiques[7]. La vidéo met un mois à se faire remarquer[1] avant de faire l'objet d'un buzz après avoir été repéré par un site de rap, puis récupérée par des médias grands publics comme France Info[10]. Le , Dominique Dord adresse sur Twitter un clin d'œil à Khaled Freak à l'occasion de la nomination de Cazeneuve au poste de Premier Ministre[10] : « Félicitations républicaines à Bernard Cazeneuve. Mais c'est pas de votre faute ! », ce à quoi le youtubeur répond « Je suis KO »[11].

Khaled Freak entreprend ensuite de remixer les grands moments et les punchlines durant la campagne pour l'élection présidentielle française de 2017[1].

Il varie les genres : après avoir utilisé le raï pour Marine Le Pen[4], il choisit le rap pour Jean-Luc Mélenchon[12] (Hypocrites, Le Problème c'est celui de ceux qui se gavent, Réfléchissez), pour Nicolas Sarkozy (Double ration de frites) et pour François Fillon (C'est la faute à..., Penelope) et le heavy metal pour accompagner les hurlements d'un Emmanuel Macron déchaîné en meeting électoral (Emmanuel Macron hurle)[1],[7] ou encore le discours de Benoît Hamon à Bercy lorsqu'il s'en prend à la clause Molière et à ceux qui la soutiennent comme Wauquiez, Pécresse et Fillon (Benoit Hamon ft Emmanuel Macron - Metal). De manière générale, il considère que le rythme du rap est plus approprié à la langue française pour détourner des discours politiques[13].

La réaction des hommes politiques est parfois très bonne comme Emmanuel Macron qui partage la vidéo Emmanuel Macron hurle - Heavy metal sur ses différentes vitrines sur les réseaux sociaux[4],[14] ou Jean-Luc Mélenchon[3], bon joueur et premier vidéaste politique de France, qui poste sur YouTube (via le responsable de sa chaîne Youtube, Antoine Nicolas[7]) des commentaires sous les vidéos Le Problème c'est celui de ceux qui se gavent (« Super remix. Merci » en janvier) et Réfléchissez (« Un grand merci pour ce nouveau remix ! Réfléchissez bien, en effet. Et le 23 avril, faites le choix de la paix... » en avril)[15].

Jean-Luc Mélenchon et son équipe de campagne ne se privent pas pour encourager, via des relais sur Twitter et Facebook, les remix que ses interventions inspirent[16]. Le site du mouvement politique La France insoumise lancé par Mélenchon salue le le « remix hip-hop du jour : Mélenchon et les hypocrites! »[17].

Quant à lui-même, Khaled Freak dit ne pas être féru de politique et ne pas vouloir s'engager : « Je m'y suis mis sur le tard. Aujourd'hui, je ne veux pas m'engager. Je resterai neutre et ne prendrai pas position. » même s'il est parfois contacté par les représentants de certains candidats[4]. En revanche, il reconnaît que certains de ces remix ne sont pas satiriques, comme Hypocrites, qui a selon lui une dimension « universelle »[13]

Sa composition La Poudre de perlimpinpin, reprenant le débat télévisuel de l'entre-deux-tours entre Le Pen et Macron, commence à être diffusée en radio le , ce qui constitue une première pour un vidéaste français[18].

Remix de discours politiques[modifier | modifier le code]

À propos de la qualité de la voix des hommes politiques, Khaled Freak estime que « Macron, Valls, Mélenchon et Sarkozy s'inscrivent dans les meilleurs potentiels »[4]. Il a plus de difficultés avec Hollande et Fillon car « l'Auto-Tune n'aime pas les voix basses »[4]. Il affectionne particulièrement les discours emphatiques, en plein air, avec des anaphores pour constituer un refrain[3].

« Quand les politiciens disent un truc, ils ne peuvent plus faire marche arrière – c’est enregistré à jamais. À l'instar des rappeurs, ils ont leur punchlines et ces punchlines sont immortelles » explique encore le musicien[7].

Dans un entretien pendant la campagne présidentielle de 2017, il fait un rapprochement entre le rappeur Booba et François Fillon, entre Kery James et Jean-Luc Mélenchon et entre Sinik et Benoît Hamon[19].

Vidéos[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i et j « Khaled Freak, le youtubeur qui remixe les politiques », sur Le Monde, .
  2. a et b Nacer Boubekeur, « André Manoukian : Khaled Freak et le Mélenchon Mix », sur France Inter, .
  3. a b c d e f g et h Mathilde Ceilles, « Présidentielle: Khaled Freak, le youtubeur qui fait slamer les candidats », sur 20 Minutes, .
  4. a b c d e f g et h Rislène Achour, « La Ciotat : il cartonne en remixant le discours des politiques », sur La Provence.com, .
  5. a et b « Macron, Mélenchon, Sarkozy... Khaled Freak remixe les politiques », sur L'Obs, .
  6. « Le youtubeur Khaled Freak ou la photo de Louison et Hollande : ces histoires qui ont agité le web cette semaine », sur Europe 1, .
  7. a b c d e et f « Qui est Khaled Freak, le youtubeur qui transforme les discours de Mélenchon en chansons de PNL ? », sur Les Inrockuptibles, .
  8. « Dominique Dord / Bernard Cazeneuve : le clash remixé qui fait le buzz », sur Le Dauphiné, .
  9. « C'est pas de votre faute ! Battle épique à l'Assemblée entre deux maîtres du flow, Bernard Cazeneuve et le député Dominique Dord, pour un remix hilarant », sur L'Obs, .
  10. a et b Jack, « Qui est Khaled Freak, le YouTubeur qui mixe auto-tune et politique ? », sur Canal+, .
  11. Tweet de Dominique Dord et réponse de Khaled Freak le 6 décembre 2016
  12. « Quand le discours de Mélenchon devient un rap endiablé », sur Le Progrès, .
  13. a et b « Nous avons rencontré Khaled Freak », sur Le Grand Continent, (consulté le 19 décembre 2019).
  14. Philippe Richard, « Khaled Freak mixe les discours politiques », sur France Bleu, .
  15. Elisabeth Debourse, « Mélenchon, Le Pen et Sarkozy, sauce Khaled Freak », sur Paris Match, .
  16. « Des détournements Star Wars aux remix hip-hop, Mélenchon entretient sa viralité », sur Libération, .
  17. Lucien FDG, « Le remix Hip-Hop du jour : Mélenchon et les hypocrites! », sur La France insoumise, .
  18. Jonathan Hamard, « La Poudre de perlimpinpin : Khaled Freak débarque en radio avec sa parodie d'Emmanuel Macron », sur Aficia, (consulté le 20 mai 2017).
  19. « Nous avons rencontré Khaled Freak », sur GEG — Europe, (consulté le 10 mai 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


.