Khal Torabully

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Khal Torabully
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalités
Activités

Khal Torabully est un écrivain et un cinéaste mauricien né le à Port-Louis.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1956 à Port-Louis, la capitale de Maurice[1], il s’installe en 1976 à Lyon où il suit des études de doctorat de Sémiologie du Poétique à l’Université Lyon II. Il y obtient aussi une maîtrise en Littérature Comparée puis un doctorat en sémiologie de poétique dans cette même université[2],[3],[4]. Il se consacre ensuite à l'écriture et à la réalisation de films. En 1995, il suit un stage à l’Institut national de l'audiovisuel[3].

Khal Torabully est membre-fondateur du Groupe d'études et de recherches sur les mondialisations (GERM), à Paris[4].

Thèmes et concepts, la coolitude[modifier | modifier le code]

Son œuvre est imprégnée de sa terre natale où la mer, les frontières et les imaginaires sont en relation, induisant une langue riche de multiples étagements de sons et de sens.

Il a développé dans ses différentes publications, depuis Cale d'étoiles-Coolitude à Chair corail, fragments coolies, et particulièrement dans un essai publié conjointement avec Marina Carter, une poétique ou vision du monde au travers du concept de coolitude, composante essentielle des visions complexes des sociétés contemporaines, alliant postmodernisme, postcolonialisme et des poétiques liées à la mise en relation des imaginaires et des cultures du monde

S'inspirant des migrations des travailleurs ou laboureurs venant des Indes, Khal Torabully, est le tout premier écrivain à créer une œuvre et une esthétique autour de ce concept de coolitude. Ce néologisme désigne cette diversité culturelle, propre aux îles de l'Océan indien, née de la mise en relation de la Chine et des Indes avec d'autres espaces culturels, accentuée par les métissages de population issus des pratiques de l'esclavage puis de l'engagement[1],[5],[6]. Des auteurs tels que David Dabydeen, de la Royal Society of Literature de la Grande-Bretagne s'inspirent de ce paradigme et d'autres tels que V.S. Naipaul, Marcel Cabon, Ananda Devi, Natacha Appanah, Amal Sewtohul, J. M. G. Le Clézio ou les écrivains post-coloniaux, se sont inspirés de ce concept[6]. Pour Aimé Césaire, « la négritude et la coolitude sont des frères »[7].

Prix (extraits)[modifier | modifier le code]

Khal Torabully a obtenu de nombreux prix, tels que le Prix Jean Fanchette en 1992, le Prix Missives en 1998 pour L'Ombre rouge des gazelles et le Prix de Poésie du Salon international du Livre insulaire en 2000[2]. Meilleur réalisateur au Zanzibar International Film Festival (en) (ZIFF) en 1998. Golden Award au Caire en décembre 2010 pour son documentaire, La Mémoire maritime des Arabes (52 min)[3].

Publications[modifier | modifier le code]

Il a publié une vingtaine d'ouvrages[2].

Poésie[modifier | modifier le code]

    • Fausse-île I. Port-Louis: Babel, 1981.
    • Fausse-île II. Lyon: Université Lumière (Lyon II), 1986.
    • Appels d'archipels, ou le livre des miroirs. Port-Louis: Babel, 1987.
    • Le Printemps des ombres (Azalées Éditions, 1991), traduction chinoise de Lan ké.
    • Petite Anthologie de la poésie mauricienne (Poésie-Rencontres, 1991)
    • Cale d'étoiles-Coolitude (Azalées Éditions, 1992), avec des toiles de S.H. Raza.
    • Kot sa parol la ? Rode parole (Le Printemps, 1995), poèmes en créole, traduction française, toiles d'Edmond Masson.
    • Du code au codex (Éditions Thierry Lambert, 1996)
    • Palabre à parole, préface de Werner Lambersy, (Le Bruit des autres, 1996), avec des toiles de S.H. Raza.
    • Dialogue de l'eau et du sel (Le Bruit des autres, 1998) (ISBN 2909468623), frontispiece de Jacques Barthélémy.
    • L'Ombre rouge des gazelles (Paroles d'Aube, 1998)
    • Chair corail : fragments coolies, préface de Raphaël Confiant, (Ibis rouge, 1999), toiles de S.H. Raza.
    • Roulis sur le Malecon, carnet de voyage cubain (L'Harmattan, 1999) (ISBN 2738481949)
    • Paroles entre une mère et son enfant fusillé (Les éditions du mont Popey, 2002)
    • La cendre des mots : Après l'incendie de la bibliothèque de Bagdad, textes sur l'indiscible (ouvrage collectif, L'Harmattan 2003) (ISBN 2747553582)
    • Mes Afriques, mes ivoires, préface de Tanella Boni, (L'Harmattan, 2004) (ISBN 2747564134)
    • Arbres et Anabase (Ibis rouge, 2005) (ISBN 2844502717)
    • "Cahier d'un retour impossible au pays natal", Éditions K'A, Ille-sur-Têt, 2009. Plaidoyer pour Diégo Garcia.
    • Voices from the Aapravasi Ghat,Indentured imaginaries, collection of poems, Foreword by K. Purryag, President of the Republic of Mauritius, published on Nov 2 2013, http://www.potomitan.info/torabully/voices.php
    • Le Pays est une pâle frontière (Syrie Libre, 2013), anthologie solidaire initiée par Khal Torabully (ISBN 978-2-7466-6370-1)
    • Les Semeuses d'azur, Aapravasi Ghat Trust Fund, 2014, île Maurice
    • Cantos Coolies, anthologie bilingue, TRAD-COL. Grupo de Traducción colectiva de la Universidad de Granada. Jöelle Guatelli-Tedeschi, (ISBN 978-84-942954-9-2)

Essais[modifier | modifier le code]

  • Coolitude: An Anthology of the Indian Labour Disapora (avec Marina Carter, Anthem Press 2002) (ISBN 1843310031)

Dictionnaire[modifier | modifier le code]

Dictionnaire francophone de poche : le pouvoir des mots sur le mouvoir des peaux, la Passe du vent, Genouilleux, France (ISBN 978-2-84562-104-6)

Films[modifier | modifier le code]

Il a réalisé plusieurs documentaires : Pic Pic, nomade d'une île, La Traboule des vagues, mais aussi Malcolm, le tailleur de visions, sur la vie et l'œuvre de Malcolm de Chazal, film qui est à l'origine de la réhabilitation de cet auteur, et La Mémoire maritime des Arabes.

  • Pic Pic, Nomade d’une île, 1996.
  • La Traboule des vagues, multibroadcast Tele Lyon Metropole.
  • Malcolm le tailleur de visions (sur Malcolm de Chazal), (52 min), portrait of an artist, with France Telecom.
  • Portraits de mémoire en Gironde, France, 2010.
  • La Mémoire maritime des Arabes, Oman TV, Chamarel Films, France 2001. (Français, anglais, arabe).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Gesine Müller, « Khal Torabully », dans Crossroads of Colonial Cultures : Caribbean Literatures in the Age of Revolution, Walter de Gruyter GmbH & Co KG, (ISBN 9783110495416, lire en ligne), p. 299-302
  2. a b et c « Khal Torabully », sur Île en île
  3. a b et c « La Mémoire maritime des Arabes, de Khal Torabully », Institut du monde arabe,‎ (lire en ligne)
  4. a et b « Des Antilles transarchipéliques : la Coolitude de Khal Torabully », Revue critique de fixxion française contemporaine,‎ (lire en ligne)
  5. (en) Gesine Müller et Johanna Abel, « Cultural Forms of Representation of 'Coolies' : Khal Torabully and his concept of Coolitude », dans Bonded Labour: Global and Comparative Perspectives (18th-21st Century), (lire en ligne), p. 219-228
  6. a et b Laté Lawson-Hellu, « La coolitude et la question francophone », Les cahiers du GRELCEF, no 5,‎ , p. 9-10 (lire en ligne)
  7. André Robèr, « Cahier d’un retour impossible au pays natal », L'Express,‎ (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Véronique Bragard, « Transoceanic echoes: coolitude and the work of the Mauritian poet Khal Torabully », in International Journal of Francophone Studies, 8.2 (2005), p. 219-233.
  • Raphaël Confiant, Nouvelles des mondes créoles, criture, 2013, 256 p. (ISBN 9782359051407)
  • Anna Couassi, « Rencontre avec Khal Torabully », Jeune Afrique, septembre 1998, p. 68.
  • Marc Gastaldi, Valérie Cambon, Arlette Chemain-Degrange, "Littérature-monde" francophone en mutation: Écritures en dissidences, L'Harmattan, 2009, 308 p. (ISBN 9782296238633)
  • Patrice Martin, Christophe Drevet, Organisation internationale de la Francophonie, « Khal Torabully », in La langue française vue de l'Afrique et de l'Océan Indien : entretiens, Zellige, Léchelle, 2009, p. 107-112 (ISBN 9782914773294)
  • Vèle Putchay, « Autour de Khal Torabully, poète de la coolitude », in L'Express, 26 avril 2005
  • (en) Srilata Ravi, Rainbow Colors: Literary Ethnotopographies of Mauritius, Lexington Books, 2007, 173 p. (ISBN 9780739121375)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]