Khadija bint Khuwaylid

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Khadidja bint Khuwaylid)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Khadija.
Khadidja bint Khuwaylid
Description de cette image, également commentée ci-après
Promptuarii iconum insigniorum ; dessin d'artiste publié par Guillaume Rouillé à Lyon (France) en 1553, plus de 900 ans après la mort de Khadija

arabe : خَدِيجَة بِنت خُوَيلِد الطَّاهِرَة

Naissance Entre 555 et 560
La Mecque
Décès
La Mecque[1]
Pays de résidence Arabie
Ascendants
Khuwailed bin Assad (père)
Fatima bint Zaeda (mère)
Conjoint
Descendants
Famille

Khadija ou Khadidja bint Khuwaylid (arabe : خَدِيجَة بِنت خُوَيلِد الطَّاهِرَة[2]) (Entre 555 et 560-619 à La Mecque) est la première épouse du prophète de l'islam Mahomet. Elle est considérée dans l’islam comme « la mère des croyants ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Née entre 555 et 560 à Mecque chez Khuwailed bin Assad et Fatima bint Zaeda[3].

Il est dit qu'elle est une riche commerçante, peut-être issue d'une famille chrétienne[4] et membre de l'importante tribu mecquoise des Banu Asad, branche des Quraych. D'après Ibn Ishaq, son cousin Waraqa ibn Nawfal est prêtre nestorien[5],[6].

Premiers mariages[modifier | modifier le code]

Avant Mahomet, Khadija se marie deux fois :

  • Abou Hala (Al Nabashe bin Zouara Al Tamimi)[3]: ils auront 1 garçon, Hind, et une fille, Hala. Ce mariage se termine par un divorce[7].
  • puis avec Atiq bin Abed Al Makhzoumi[3], jusqu'à la mort de celui-ci. Ils auront une fille, Hind.

Mariage avec Mahomet[modifier | modifier le code]

Ibn Ishaq décrit Khadija comme « commerçante, noble, mieux née, riche, intelligente et résolue, et Dieu lui voulait du bien[8] ».

Ibn Kathir la décrit comme une femme « noble et d'une grande intelligence[9] ».

Khadija employait des hommes pour faire le commerce de sa richesse en leur confiant ses marchandises[10].

Elle engagea un jour le jeune Mahomet, qui s'était fait remarquer par son intégrité, pour conduire son commerce caravanier vers la Syrie. Il devient vite son homme de confiance, et elle lui propose le mariage, qu'il accepte en 595 avec la permission de son oncle Abû Tâlib. Elle avait alors 40 ans et lui 25[7].

Ibn Kathir, lui, affirme que les auteurs ne sont pas d'accord entre eux, au sujet de l'âge de Khadija. Certains disent qu'elle serait morte à 50 ans (et non à 65 ans). Cela annulerait donc sa différence d'âge avec Mahomet puisqu'ils auraient eu le même âge. D'autres auteurs disent qu'elle avait environ 35 ans à son mariage avec Mahomet, en 595[11],[13]. Ils auront ensemble six enfants, deux fils morts en bas âge (Qasim et Abd-Allah ibn Muhammad (en)) et quatre filles (Zeynab, Rukayya, Umm Kulthum et Fâtima).

En 610, Mahomet revient un soir chez eux et lui apprend qu'il entend un esprit. Selon les Chroniques de Tabari, Khadija devine qu'il s'agit de l'ange Gabriel. Elle va tout de même parler à son cousin, le prêtre judéo-nazaréen Waraqa ibn Nawfal, qui reconnaît en Mahomet le nouveau prophète[14].

Khadija croit tout de suite à la mission de Mahomet, et devient la première convertie après la révélation du Prophète. Khadija est donc le tout premier être humain de l'Histoire à devenir musulman, d'après les Chroniques de Tabari. Abu Bakr fut le deuxième converti (et le premier des hommes adultes). Ali fut le premier enfant converti[15].

Selon les Chroniques (tome II) de Tabari, Khadija aurait dit à Mahomet, qui n'avait pas confiance en sa mission : « Tu peux au moins m'appeler, moi, avant tous les autres hommes ; car je crois en toi[16]. »

Selon la tradition musulmane, Khadija est la seule des épouses de Mahomet à avoir reçu le salut de la part de l'ange Jibril et le salut d'Allah lui-même. En effet, lors d'une de ses révélations, Jibril aurait dit à Mahomet : « Transmets à ta femme Khadija le salut de son Seigneur et le mien[17]. »

Selon Ibn Ishaq, Khadija subit les persécutions contre les musulmans. Elle est puissante et riche, elle peut donc protéger son mari. Néanmoins, elle assiste aux persécutions contre les plus faibles. Elle endure aussi le boycott contre les musulmans entre 616 et 619. Elle souffre de la famine et de la mise au banc des musulmans à La Mecque, mais elle tente de faire rentrer de la nourriture dans le quartier des boycottés[18]. Khadija choisit délibérément de subir le boycott. Elle ne faisait pas partie de la famille des Hachémites, par conséquent elle aurait pu être épargnée et vivre dans l'opulence, mais elle refusa de quitter son mari et ses amis musulmans. Elle préféra la faim et le bannissement. Cela rendit son courage encore plus méritoire et exemplaire, aux yeux des musulmans[19].

Toutes ces épreuves épuisent Khadija, d'autant qu'elle était, selon la tradition musulmane, déjà âgée pour l'époque.

Khadija meurt à l'âge de 60 ou 65 ans. Mahomet est très affecté par sa mort, ainsi que par celle d'Abū Talib : cette année est connu sous le nom de l'« année de chagrin ».

Généalogie[modifier | modifier le code]

Selon l'islam, les Arabes sont les descendants d'Ibrahim (Abraham) par l'intermédiaire de son fils Isma'ïl (Ismaël). La tradition musulmane propose par conséquent une généalogie de Khadidja remontant à ces deux personnages bibliques. Par ailleurs, selon Israël Finkelstein et Neil Asher Silberman, les données archéologiques et historiques concluent que le récit biblique relatif à Abraham est légendaire[20].

 
 
 
 
 
 
 
 
Abraham
Père des Patriarches
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ismaël
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Qaidâr
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Hamal
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Yaschdjob
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ya`rob
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Homaisa
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Odad
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Odd
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
`Adnan
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ma`add
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Nizâr
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Modhar
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
d'Elyâs
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Modrika
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Khozaima
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Kinâna
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Nadhr
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Mâlik
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Fihr
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ghâlib
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Lowayy
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ka`b
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Morra
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Kilâb
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Qoçayy
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
`Abd-El-`Aziz
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
`Abd-El-`Ôzzi
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Assad
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Khuwaylid
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Khadija

Distinctions[modifier | modifier le code]

Khadîja occupe une place respectable et honorable dans l'Islam. Considéré dans l'islam comme « la mère des croyants », Elle est qualifiée par certaines sources de la premiere personne à accepter le message de Mahomet. Selon les musulmans, elle est la seule épouse de Mahomet à avoir reçu le salut d'Allah via l'ange Gabriel.

Khadîja est également la seule épouse de Mahomet à avoir passé 25 ans auprès de lui. Selon la croyance musulmane, elle est une des femmes qui sont des exemples pour les croyants.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. ou dans le désert aux alentours de La Mecque.
  2. Son nom veut dire la « prématurée pure »
    N.B: En arabe, Khadija signifie « l'enfant précoce, la prématurée ». En Afrique noire, on trouve la forme Kadiatou, en turc celle de Hatice. Dans le Nord du Maroc, une région berbère, le Rif, on trouve la forme Khaddouj, désormais en voie de disparition.
  3. a, b et c Le livret de famille du prophète Mouhammad, Damas-Syrie, MR Antique Groupe, page 8.
  4. « Le Prophète Mohammed: sa vie, ses enseignements… ». D’après Ibn Ishâq, Khadija Bint Khouwaylid était une femme d’affaires noble et fortunée
  5. La place de Jésus dans l’Islam, Cheikh Khaled Bentounès… c’est un chrétien dénommé Warraka, parent de sa femme Khadija, qui lui confirmera sa mission prophétique.
  6. Le Coran Mahomet lui-même épousa, dans la tradition islamique, Khadidja, dite parfois juive, mais qui serait plus probablement judeo-nazaréenne dans la mesure où son oncle, Waraqa, est dit être « chrétien » (en fait, « nasraniy », traduit par chrétien) converti (gagné aux idées politico-religieuses des ébionites ?) et versé dans les Écritures hébraïques. Un hadith rapporte même que quand Waraqa mourut, la Révélation faite à Mahomet s'interrompit pour un temps.
  7. a et b Janine Sourdel et Dominique Sourdel, Dictionnaire historique de l'islam, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Quadrige - Dicos Poche », (ISBN 978-2130545361), « Khadija bint Khuwalid, ?-619 »
  8. Ibn Ishaq, Muhammad (tome I), Albouraq, 647 p., p. 143
  9. ibn kathir, As-Sîra, La biographie du prophète Mohammed., Editions Universel, , 957 p., p 173
  10. Ibn Ishaq, Muhammad, tome I, Editions Albouraq, p654 p., p. 142
  11. ibn Kathir, As-Sîra, La biographie du Prophète Mohammed., Editions Universel, , p 957 p., p 174-175
  12. Tabari, Les chroniques tome II; Muhammad, sceau des prophètes, 354 p., p 58-59
  13. Selon Tabari, le père de Khadija refusa le mariage de sa fille avec Mahomet car il était trop pauvre pour elle. Khadija utilisa alors la ruse. Elle invita son père à un festin, auquel elle convia Mahomet, et fit en sorte que son père y boive de l'alcool. Le père de Khadija s'enivra et Abu Talib (oncle de Mahomet et de Khadija) en profita pour demander la main de Khadija au nom de Mahomet. Le père ivre accepta, et on célébra le mariage très vite. À son réveil, le père de Khadija réalisa son erreur, mais il était trop tard car le mariage avait été conclu devant de nombreux témoins de La Mecque[12]. Mais l'hypothèse de Tabari est extrêmement faible
  14. Tabari, Les Chroniques tome II; Muhammad, Sceau des prophètes, , 354 p., p 67
  15. Tabari, Les Chroniques tome II; Muhammad, Sceau des prophètes, Actes Sud Sindbad, , 354 p., p70
  16. Tabari, Les Chroniques tome II : Muhammad, Sceau des prophètes., Actes Sud Sindbad, , 359 p., p 68
  17. Hadith Hassan rapporté par Nassa-î n° 254.
  18. Ibn Ishaq, Muhammad (tome I), Paris, Albouraq, , 646 pages p., p 277
  19. Resit Haylamaz, Khadjia, la première femme musulmane et femme du prophète Mohammed, Editions du Nil, , 113 pages p., p 81
  20. Israël Finkelstein et Neil Asher Silberman, La Bible dévoilée. Les nouvelles révélations de l’archéologie, Bayard, 2002), 431 p. (ISBN 978-2-227-13951-0), p. 47-50 et p. 361-367

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]