Khadidja Saâd

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Khadidja Saâd
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Date inconnueVoir et modifier les données sur Wikidata
Drapeau de l'Algérie Algérie
Nationalité
Activité

Khadidja Saâd ou Khadija Saâd, (en arabe : خديجة ساعد) native des Aurès, T'Kout dans la Wilaya de Batna, est auteure algérienne. Elle a publié un dictionnaire chaoui-arabe et un ouvrage sur la toponymie des Aurès.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Native de Tkout, dans les Aurès[1]. Elle est auteure et chercheur[2] en littérature chaouie[3]. Elle a étudié dans la ville Batna[4] et est chercheur au département de la Faculté de la Langue et de la Culture amazighe, à l’Université de Batna Hadj Lakhder[5].

Dictionnaire chaoui[modifier | modifier le code]

Elle a publié un premier livre, un dictionnaire chaoui-arabe[6], Amawal Tachawit-Taârabth[1], Amawal tamaziɣt-taɛrabt en berbère[7], édition Tira[4].

Son dictionnaire chaoui comporte 6 000 mots en langue chaoui[4]. Malika Hocine, professeur à l’Université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou, lors du colloque organisé par le Haut commissariat à l'amazighité a prôné une étude métalexicologique du dictionnaire chaoui qui a été élaboré par Khadija Saad[8].

Toponymie des Aurès et patrimoine[modifier | modifier le code]

Khadidja Saâd a publié un ouvrage sur la toponymie des Aurès, chez Anzar Éditions[5]. Elle a passé 3 ans à sillonner les Aurès afin de rassembler les noms des lieux, les personnages âgés l'ont aidé pour son travail[5].

Lors d'une émission à la Radio Algérie à Alger Chaîne 2 , elle a souligné l'importance pour la sauvegrade du patrimoine et le risque de la disparition du grenier Balou [9].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • (shy)Khadijda Saâd, Amawal (dictionnaire), édition Tira, , 247 p. (ISBN 9789947924396).
  • (shy)Khadidja Saâd, Toponymie amazighe, des noms et des lieux dans les Aurès, Biskra, Anzar Éditions, , 300 p..

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jugurta Hanachi, « Le nouveau lexique chaoui-arabe, l’éloge de la transmission », Le Matin (Algérie),‎ (lire en ligne)
  2. R H, « Colloque national de la toponymie algérienne :du local au national. Faut-il interroger les pierres ? », Liberté (Algérie),‎ (lire en ligne)
  3. « Programme du SILA du jeudi 5 novembre 2015 », HuffPost Algérie,‎ (lire en ligne, consulté le 10 décembre 2017).
  4. a b et c Rachid Hamatou, « L'auteure Khadija Saâd à Liberté », Liberté (Algérie),‎ (lire en ligne)
  5. a b et c Juba Rachid, « Un nouvel ouvrage consacré à la toponymie du pays chaoui », Reporters (journal),‎ (lire en ligne)
  6. (ber) « Une première dans les Aurès Publication d'un dictionnaire chaoui-arabe », Liberté (Algérie),‎ (lire en ligne, consulté le 10 décembre 2017).
  7. (ber) Mokrane Chikhi, « Amawal tamaziɣt-taɛrabt n Khadija Saâd », La Dépêche de Kabylie,‎ (lire en ligne, consulté le 10 décembre 2017).
  8. Yacine Zidane, « La Cité – Afflux et intérêt remarqués des étudiants au colloque d’aboudaou », sur Haut commissariat à l'amazighité, Haut commissariat à l'amazighité, (consulté le 10 décembre 2017).
  9. Rabie Hammouda, « Le grenier collectif de Baloul, patrimoine inestimable, témoin du génie des habitants des Aurès », sur Radio Algérie radioalgerie.dz, Alger Chaîne 2, (consulté le 10 décembre 2017).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]