Khaïma

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jeune fille nomade devant la khaïma familiale (Trarza, Mauritanie)

La khaïma (de l'arabe « khaïma », kheima ou kheima ; littéralement « tente »[1]) est la tente traditionnelle utilisée par les nomades dans les zones désertiques et arides de l'Algérie, Mauritanie et du Maroc.

Dans la société Sahraouie le terme khaïma désigne aussi la notion de famille, foyer, voire la tribu.

Histoire[modifier | modifier le code]

Campement bédouin près de Biskra

Description[modifier | modifier le code]

Khaïma et son collier bleu (glad al khaïma)

La majorité des tentes sont faites de coton écru type malican fabriqué au Sénégal, les plus traditionnelles sont fabriquées à partir d'un tissage en poil de chameau ou de mouton. Les tentes blanches (en malican) et plus rarement les tentes noires (en poils) sont décorées à l'intérieur d'un patchwork.

Elles sont d’une forme pyramidale avec tapis de sol et (parfois) les "murs" décorés.

Elles comportent parfois une décoration extérieure sur le sommet que l'on nomme Glad al Khaïma (le collier de la tente).

Un mat central, en bois, souvent en deux parties, permet de soutenir les trois couches de tissus.

Il est courant de voir un tuyau de toile servant à maintenir les deux parties. Aux quatre angles des piquets sont tendus par des cordes (ou des sangles). Elles existent de toutes les tailles mais il est plus facile de les trouver sur les marchés de tentes de Nouakchott en 3 × 3 m, 4 × 4 m, 5 × 5 m, 6 × 6 m et même en 7 × 7 m, soit 49 m2.

Aménagement intérieur[modifier | modifier le code]

Fabrication et commercialisation[modifier | modifier le code]

Le marché de la tente bénéficie surtout aux femmes. Traditionnellement et encore actuellement, ce sont les femmes, en ville les artisanes qui produisent des tentes et les patchworks regroupées en coopératives. Les tentes sont cousues à la main. On trouve plusieurs grands marchés de tente (blanches) en Mauritanie et principalement dans la ville de Nouakchott.

A Nouakchott, une tente blanche de taille 4x4m décorée d'un patchwork coûte 59 000 ouguiya

Nouveaux usages[modifier | modifier le code]

Dans les grandes villes comme Nouakchott, la tente khaïma est encore très utilisée par les populations. On trouve des tentes khaïma sur les toits des maisons, dans les cours intérieures.

C'est un objet détourné aussi de sa fonction première et très largement utilisé dans tous le Sahara, au bord des routes comme local commercial, restaurant, auberges.

Symbolique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ambroise Queffélec, Le français en Algérie : Lexique et dynamique des langues, Bruxelles, (ISBN 9782801112946, lire en ligne), p. 378.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sébastien Boulay, La tente dans la société maure (Mauritanie), entre passé et présent. Ethnologie d’une culture matérielle bédouine en mutations, Muséum national d’Histoire naturelle, Paris, 2003, 2 vol. (350, 615 p.), thèse d'ethnologie et anthropologie
  • Sébastien Boulay, « Quand un objet change de statut : trajectoire de la tente dans la société maure (Mauritanie) », ethnographiques.org, no 6, novembre 2004, [lire en ligne]
  • Caroline Elbaz et Michel Dortes, « La tente khaïma ou “la maison du nomade” », in Mauritanie : le pays du million de poètes, Larivière, 2000, p. 50-55 (ISBN 9782914205429)

Articles connexes[modifier | modifier le code]