Khâny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Khâny est un personnage de la série de bande dessinée Yoko Tsuno.

Histoire[modifier | modifier le code]

Originaire de la planète Vinéa, elle en a émigré enfant, avec de nombreux autres membres de son peuple, lorsque sa planète natale fut menacée de destruction. Membre du onzième vaisseau spatial ayant abrité une partie des survivants, elle atterrit sur Terre, plongée en léthargie magnétique. Réveillée, elle servit son peuple en tant que responsable technique[1]. Elle possédait néanmoins une sœur jumelle, Poky, qu'elle finit par réveiller quinze ans plus tard, d'où leur différence d'âge[1].

Elle rencontrera Yoko Tsuno, Vic Vidéo et Pol Pitron lorsqu'ils trouveront accidentellement la base souterraine des Vinéens[2].

Dans l'album Les 3 soleils de Vinéa, elle retrouve sa mère Syndâ, restée en léthargie sur Vinéa[3], et son père dont l'esprit a été conservé au cœur d'un ordinateur[4].

Description[modifier | modifier le code]

Tout comme les autres membres de son peuple, elle ressemble en tout point à une humaine, mais a la peau bleue. Ses cheveux sont d'un blond doré.

Commentaires de l'auteur[modifier | modifier le code]

Dans la première esquisse du personne, Roger Leloup l'avait nommée Kania[5].

Roger Leloup détaille son caractère :

« Khâny lui explique beaucoup. Elle a une grande maturité et semble de ce fait plus âgée que Yoko. Cette dernière la complète cependant sur le plan humain et elles sont un peu dans la situation de deux jumelles fortement personnalisées, suivant chacune son propre développement entre leurs aventures communes. Il y a une évolution progressive dans les personnages (...) Les Vinéens étaient assez froids au début, pratiquement sans sentiments, efficaces mais impersonnels, s'agitant comme les abeilles d'une ruche (...) Khâny s'humanise à travers les périls vécus avec Yoko et l'amitié qu'elles échangent. Elle laisse couler ici ses premières larmes en reconnaissant dans la voix de la mémoire de Vinéa celle de son père[6]. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Intégrale Yoko Tsuno, volume 1, page 22
  2. voir l'album Le Trio de l'étrange
  3. Voir planches 43 et 44 de l'album Les 3 soleils de Vinéa
  4. Voir l'album Les 3 soleils de Vinéa
  5. Intégrale Yoko Tsuno, volume 1, page 10
  6. « Les 3 soleils de Vinéa », Yokotsuno.com (consulté le 10 août 2009)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]