Ker- (Bretagne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ker- (élément de toponyme))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ker.
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la toponymie bretonne. Pour la racine pré-indo-européenne, voir Kʰar.

Ker est un appellatif toponymique breton utilisé le plus souvent comme premier élément d'un toponyme. Il désigne un lieu habité.

Il est également très courant dans les patronymes bretons.

Cet élément est très répandu dans la toponymie bretonne (sous la forme Ker- à l'ouest et sous la forme Car- à l'est et au sud de la Bretagne).

Ker peut être abrégé par un « K barré », un K comportant une petite barre placée perpendiculairement à la base de la dernière jambe finale du K : . Comme ce K barré n’est pas toujours disponible, il est retranscrit en « K/ » ou en « K' ».

Étymologie et signification[modifier | modifier le code]

Parfois notés sous les formes Quer- ou Car-, cet élément de toponyme remonte au vieux breton caer « endroit fortifié, citadelle, forteresse », semblable au gallois caer de même sens[1],[2],[3]. Ils sont tous deux issus du brittonique *kagr- « endroit clos », sur la base d'un thème celtique commun *kagh « contenir, fermer »[1],[3]. L'ancien breton cai « rempart », breton moderne kae « haie » reposent sur la même racine, ainsi que les mots français quai et chai, du gaulois caio(n), d'un plus ancien *kagion[3].

Après avoir d’abord désigné un lieu défensif, comme c’est toujours le cas en gallois (cf. Car- dans Cardiff, de l'ancien gallois caer), le terme prend le sens d'exploitation rurale et d’endroit habité à partir du Xe siècle, alors que fleurissent partout les noms en Kêr-[4].

En breton moderne, le substantif kêr a plusieurs significations : « ville, village, villa » (anciennement « habitat fortifié », et « cité »), parfois « (le) chez soi, intérieur (ou home)[5]. » Par contre, la maison en tant que bâtisse se dit ti en breton.

Parmi les formes anciennes et les variantes, on trouve : Kaer (Bretagne du Léon), Caer, Car est une forme contractée de Caer (en Bretagne de parler roman), homophone de kar ou kaer qui signifie aussi « beau » en breton. Il existe 18 250 noms de lieux formés à partir de cet appellatif toponymique préfixé en Bretagne.

Exemples[modifier | modifier le code]

  • Lycée :
    • Ker Anna, lycée professionnel dans la ville de Kervignac.
    • Ker Siam, lycée professionnel et IFSI dans la ville de Dinan.
  • Campus :
    • Ker Lann, campus dans la ville de Bruz.
  • Ville:
    • La ville d'Ys est souvent prénommée Ker Ys.
  • Autres :
    • Kêrvreizh, mouvement indépendantiste breton, installé dans la ville de Paris.
    • Ker-Vreiz, mouvement donnant des cours dans la langue régionale bretonne.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Fleuriot 1985, p. 93.
  2. Jean-Yves Le Moing, Les noms de lieux bretons de Haute-Bretagne, Coop Breizh, , 480 p. (ISBN 2903708045).
  3. a, b et c Pierre-Yves Lambert, La langue gauloise : description linguistique, commentaire d'inscriptions choisies, Paris, Errance, coll. « des Hespérides », , 239 p. (ISBN 2877720896), « quai », p. 198.
  4. « Noms de lieux : Le fruit de l’histoire », sur Office public de la langue bretonne.
  5. Francis Favereau, Dictionnaire du breton contemporain / Geriadur ar brezhoneg a-vremañ, Morlaix, Skol Vreizh, , 1357 p. (ISBN 2903313415), « KER ».