Kepelledro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Kepelledro
Description de cette image, également commentée ci-après
Fest-noz à Plouénan le 1er juin 2013.
Informations générales
Genre musical musique bretonne
Années actives 2000 à Octobre 2013
Labels LEZ'ARTS Productions
Site officiel www.kepelledro.com
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo de Kepelledro.

Kepelledro est un groupe de fest-noz, originaire de Taulé (Nord-Finistère), créé en 2000 et dissout en novembre 2013.

Biographie[modifier | modifier le code]

Tout commence en l'an 2000, à Taulé (Finistère Nord), à l'initiative de Jean-Jacques Hamon et de Joël Rivoal, deux des piliers fondateurs[1]. Leur objectif était de monter un groupe de fest-noz avec les moyens techniques et humains de l'époque, en initiant les jeunes à la musique traditionnelle, au sein de l'association musicale Lez'Arts Joyeux. La mayonnaise prend assez rapidement, les répétitions s'enchaînent afin de proposer un répertoire de danses complet et varié. Les deux compères s'entourent alors de musiciens locaux : Benoît Guivarc'h (2000-2003) à l'accordéon chromatique, Nolwenn Le Floch (2000-2001) à la bombarde et Dominique Hamon (2000-2006) à la guitare acoustique.

Mois après mois, le groupe s'étoffe avec l'arrivée de nouveaux musiciens, tous issus de l'école de musique de Taulé : Marie-Aude Le Déroff (2000-2007) et Marlène Milbéo à l'accordéon diatonique, Nadège Hamon (2000-2002) au clavier, Tanguy Hamon (2000-2010) à la batterie. Le groupe est vite repéré pour animer des prestations locales (la première date officielle fut la Fête de la musique à Taulé au mois de juin de l'an 2000). C'est alors que les premiers programmateurs réclament un nom de scène pour créer les affiches. Jean-Jacques Hamon qui, après avoir feuilleté un ouvrage sur les expressions bretonnes, propose "Kepelledro", qui est une contraction d'une expression signifiant "Nous ne vous dérangerons pas longtemps, nous sommes juste de passage". À l'époque, il n'est pas question d'enchaîner les tournées mais uniquement d'assurer des prestations locales, pour le club de danse bretonne de la commune notamment.

En 2001, Kilian Hamon, lui aussi issu de l'école de musique Lez'Arts Joyeux et du bagad Sonerien bro Montroulez, est invité à intégrer le groupe, à la bombarde les deux premières années puis au clavier, après le départ de Nadège Hamon. Le groupe se retrouve alors avec une formation composée de plus de 10 musiciens. C'est aussi à cette période que les "Képés" (surnom que leur donnent les inconditionnels)[2] vont commencer une collaboration plus qu'amicale avec le groupe de danseurs trégorois Koroll Digoroll, de Guimaëc, qui officie sur les planches de la région tous les étés[3].

De 2002 à 2004, Kepelledro ne cesse de répéter et de se produire. Durant les cinq premières années, entre festoù-noz et spectacles chorégraphiques, le groupe enchaîne les prestations en Bretagne et aux quatre coins de la France (déplacement dans la Sarthe, la Charente-Maritime, le Tarn-et-Garonne...) ! Des dizaines de dates vont s'enchaîner, à la grande surprise des musiciens. Le groupe se fera notamment remarquer lors du Festival Brest 2004, devant un parterre composé de plus de 2 000 danseurs[4].

En 2005, pour retracer les débuts de cette aventure, les Képés réalisent un DVD intitulé "5 ans déjà !". Le groupe participe à la Semaine du Golfe du Morbihan et au Festival interceltique de Lorient cette même année[5].

Après avoir rôdé leur répertoire, ils enregistrent en 2006 leur premier album studio, Phare Ouest, pressé à 1 000 exemplaires. La sortie officielle de cet album a lieu le 21 septembre 2006 à l'Alizé, à Guipavas. Dès lors, ce 15 titres pose ses marques de création avec la venue de deux compositions, telles que Le High Tech et In Extremis, des morceaux toujours plébiscités lors de leurs prestations. Il est aussi et surtout une panoplie de réarrangements de morceaux qui suivaient le groupe depuis ses débuts[6].

En 2007 et 2008, alors que le groupe est toujours sur les routes, deux nouveaux musiciens rejoignent le groupe pour enchaîner festoù-noz et festivals : Adrien Le Minor (2007-2010), aux guitares/voix, et Julie Le Cam (2008-2011) au violon. Des arrivées qui sont synonymes de nouvelles expérimentations musicales et une nouvelle formule à sept musiciens[7]. Le groupe participe en septembre 2007 au célèbre Cyber fest noz à Briec, en duplex avec le Zénith de Paris.

Fest-noz pour la Saint-Partick en mars 2009.

Forte de son expérience sur le premier disque, l'équipe décide de reprendre la route du studio à la fin de la tournée estivale 2007. Quatre mois s'écoulent et la maquette du nouvel album prend forme ; il s'agit cette fois-ci d'un disque composé de 11 créations, sans toutefois mettre de côté les influences traditionnelles. Ce disque résulte d'une année de rencontres et de collaborations avec de nombreux artistes bretons. Les morceaux sont arrangés « maison », avec les inévitables touches rock et électroniques qui caractérisent l’esprit de ce groupe de fest-noz nouvelle génération. La prise de son a été réalisée par Kilian Hamon et le mixage-mastering par Philippe Belleguic (Lynx record Studio, à Quimperlé)[8]. L'album Mod nevez ("La nouvelle vague", en breton) sort en juillet 2009, distribué dans les bacs en Bretagne et diffusé sur une vingtaine de radios[9]. L'album est sélectionné pour participer au Grand prix du disque du Télégramme[10] et est chroniqué dans Trad Magazine[11]. C'est aussi en 2009 que le groupe affirme son autonomie en créant son label "LEZ'ARTS Productions", qui régit le management du groupe, l'édition et la distribution des disques.

En 2010, pour fêter ses 10 ans de scène, le groupe entame une grande tournée anniversaire composée de 25 dates dans de nombreuses fêtes et festivals de Bretagne et d'ailleurs. Il marque un point d'honneur à cette première décennie en organisant le , à Taulé, un Fest noz Vraz (fest noz géant) en invitant une douzaine de groupes de renom de la scène traditionnelle actuelle (Startijenn, Loened Fall, Dispac'h, Meltan, Maneg Tort, etc.)[12]. Le line-up des musiciens évolue à l'issue de ce dixième anniversaire avec notamment l'intégration de trois nouveaux "Képés" : Léo Proust à la batterie et au sampling, Baptiste Moalic et Kim Bonnel aux guitares et au chant.

En 2011, Kepelledro défend sur les routes son dernier album Mod nevez : les musiciens se déplacent au mois de mai à Bruxelles (Belgique) dans le cadre de l'Urban Tour ou encore à Bordeaux, au mois d'octobre, pour célébrer la 25e Rencontre des Bretons du Sud-Ouest (RBSO)[13], avec une tournée d'été en Bretagne entre ces deux grands déplacements. Après le départ de Julie Le Cam, c'est Delphine Keraudren qui fait quelques apparitions sur scène aux côtés des Képés (déjà quelques remplacements spontanés en 2007-2008), avant de céder la place à Mathilde Lorgeré.

En 2012, le groupe continue d'enchaîner les prestations en Bretagne, avec une tournée d'une trentaine de festivals entre les mois d'avril et d'août (Tombées de la Nuit, Les Tonnerres de Brest 2012, 100 ans de la Fête des Pommiers de Fouesnant, Fête des Vieux Gréements à Paimpol, etc.). Dans un second temps, entre chaque date de fest-noz, le groupe prépare, maquette et enregistre consciencieusement des nouveaux morceaux[14].

En 2013, le groupe cesse son activité, l'aventure prenant fin le 26 octobre 2013, lors d'un grand fest-noz organisé pour l'occasion, à Lesneven.

Membres du groupe[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Quelques références scéniques et festivals[modifier | modifier le code]

Dellec'Noz de Plouzané, 22 mai 2010

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Kepelledro. Dix ans de scène et de musique, Le Télégramme, 11 octobre 2010
  2. Kepelledro. Dix ans et de l'énergie à revendre, Le Télégramme, 18 février 2010
  3. Le groupe « Kepelledro » très sollicité durant l'été, Le Télégramme, 4 septembre 2002
  4. Le chapiteau, trop petit, obligea une partie des danseurs à danser en dehors de la salle.
  5. « Képelledro : un groupe qui monte », Le Télégramme, 24 novembre 2005
  6. Interview Tamm-Kreiz.com, 8 décembre 2006
  7. Radio Nord Bretagne, Interview, 24 novembre 2010
  8. Radio Nord Bretagne, « Laissez-vous porter par la nouvelle vague des Képés ! », Interview 6 juillet 2009
  9. Kepelledro. Nouvelle vague sur la musique traditionnelle, Le Télégramme, 18 juillet 2009
  10. Chronique Grand Prix du Disque du Télégramme, 6 décembre 2006
  11. Alain Hermanstadt, « Kepelledro Mod Nevez », Trad Magazine, no 130,‎ , p. 81
  12. Un fest-noz nouvelle génération avec Kepelledro, Le Télégramme, 24 novembre 2010
  13. Kepelledro. Ferveur bretonne dans le Sud-Ouest, Le Télégramme, 7 octobre 2011
  14. Kepelledro. Bientôt la passe de trois !, Le Télégramme, 22 mai 2012

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Ressource relative à la musique : Last.fmVoir et modifier les données sur Wikidata